Révolution alimentaire

1 siècle de révolution et d’explosion alimentaire plus tard !

Que faire ?

Comprendre et agir… pour cela quelques constats : 

Nutritionnellement, notre siècle connaît :

  • Une explosion de nouveaux produits alimentaires :

Bonbons, surgelés, féculents, soufflés, aliments exotiques, etc.

  • Une qualité alimentaire en baisse :

Engrais de synthèse, pesticides, colorants, conservateurs, aliments transgéniques, etc.

  • Une révolution des habitudes alimentaires :

Restauration rapide, les plats préparés issus de l’agroalimentaire, surgelés ou non.

  • Des nouveaux mélanges au cours du même repas.
  • De nouveaux réflexes alimentaires :

Les desserts en fin de repas

 

L’exemple des desserts… un réflexe courant

Pourtant, ils ne correspondent pas à un besoin physiologique, mais à un besoin culturel. Sans remonter très loin, nos arrières grands-parents ne consommaient pas de façon systématique des yaourts, des glaces, des pâtisseries ou des tartes aux fraises à la fin de chaque repas !

 

Pourquoi les desserts sont-ils addictifs pour l’organisme ?

Car :

  • Les proportions du mélange le plus addictif d’une recette sont : 50% de sucre et 50% de matières grasses.
  • Notre cerveau depuis la préhistoire sait gérer le sucre ou le gras alternativement mais pas simultanément.
  • La nature ne les combine jamais dans un même aliment et jamais dans ces proportions

 

Les professionnels de l’agro-alimentaire le savent, en usent et parfois, en abusent !

Nutella bagels

 

Le Nutella en est une illustration !

Il est donc nécessaire de gérer notre alimentation en tenant compte de ces aliments en jouant la carte « soupape de sécurité » de temps à autre.

Cette manière de procéder permet d’aller vers une meilleure logique alimentaire sans se refuser ce plaisir mais en connaissance de cause.

Que faire de tout ça ?

Et bien… Comment vous dire… Cuisinez ! Ne procrastinez plus, s’il vous plaît ! Achetez des produits frais et…cuisinez ! Appropriez-vous le contenu de votre assiette ! Pour vous, vos enfants, votre bien-être, votre santé, votre porte monnaie, l’environnement et la planète ! Merci d’avance ! Choisissez de ne plus faire partie du problème mais de la solution ! Mettez les bouchées doubles si nécessaire ! 😉 Agissez ! Ce sera salutaire et gratifiant ! 😉

 

Bouchées doubles, mais… pondérées ! 

Ne faisons pas de notre alimentation une religion !

Ce serait contraignant pour soi et pour les autres.

Évitons les transformations radicales et procédons à une évolution en douceur.

Le repas convivial fait partie de notre culture et est un moment de partage communautaire et personnel.

Associations alimentaires et équilibre acido-basique…

Tenir compte des associations alimentaires compatibles et de l’équilibre acido basique ne va pas dans le sens actuel de la diététique officielle.

Cela ne va pas non plus dans le sens de l’alimentation familiale de notre enfance.

Mais la pratique devient simple une fois la théorie maîtrisée : un repas à base de crudités en entrée suivi d’une potée est par exemple, un repas compatible, suffisant, et à la portée de tous.

 

Les quantités nécessaires sont variables…

  • D’une personne à l’autre
  • D’un jour à l’autre
  • D’une saison à l’autre
  • Du vécu et du stress émotionnel et professionnel de chacun.

 

Le besoin psychologique est important…

Les quantités sont donc à définir par chacun, suivant son besoin qui peut être :

  • Très faible ou importants par moments.

Dans les deux cas, cela correspond à un besoin non pas physiologique mais à un besoin psychologique. Ce besoin mental est aussi important que les autres.

L’affect est important…

« Le manger, c’est pas que du manger…c’est de l’amour »

Dès qu’une personne touche à son alimentation, c’est toute son intimité qui est en jeu. L’organisme a mémorisé des aliments, des goûts, des mélanges, des comportements alimentaires pendant l’enfance et l’adolescence.

L’amour ou le rejet d’un aliment est directement lié (entre autres) à des situations affectives de joie, d’amour, mais aussi de drames, de souffrances.

 

L’équilibre acido-basique… La voie du bon sens et de la pondération…

De ce fait, il est vain de croire pouvoir intervenir sur votre alimentation donc sur votre santé (quel que soit votre âge) en terme d’obligation ou d’interdiction (comme dans les régimes, par exemple). La santé est un choix personnel que vous rendez possible lorsque votre démarche s’oriente vers l’écoute et la connaissance de vous-même. Pour vous aider dans votre démarche, voici celle que je vous propose sur ce site et que je souhaite pondérée.

 

Ma posture…

Gourmand dans l’âme, je pense qu’une façon saine et alcaline de manger doit rester simple et surtout un plaisir gustatif pour nos papilles ! Manger sain…oui ! Manger malin…oui ! Manger alcalin…oui ! Mais manger chiant…non ! Telle est ma posture.

 

Ni diète, ni régime, ni mode de vie !

« Je me suis mis au régime. En quatorze jours, j’ai perdu deux semaines !» Joe Lewis

L’approche alcaline aura pourtant dans la plupart des cas, les effets suivants :

  • Les personnes en surcharge pondérale vont perdre du poids.
  • Les personnes ayant un poids normal et en bonne santé verront leur poids varier très peu.
  • Les personnes ayant un poids normal mais en situation de forte toxémie (toxines présentes dans le métabolisme par insuffisance d’élimination) perdront du poids.

Les recettes, menus ou programmes proposés maintenant et à l’avenir sur ce site induisent la réduction en douceur des aliments hautement acidifiants pour aller progressivement vers une alimentation plus basique.

Cette alimentation permet à l’organisme une reminéralisation accompagnée d’un regain de bien-être, d’énergie et de vitalité.

Le temps nous manque !?

Actuellement, nous n’avons pas tous le temps ou les compétences nécessaires à concevoir un repas équilibré, alcalin, avec de bonnes associations alimentaires.

Fort et passionné des découvertes des notions abordées ci-dessus, j’espère partager avec vous mes avancées et vous aider au fur et à mesure :

  • À vous approprier le contenu de vos assiettes pour votre plaisir, votre bien-être et votre santé.
  • À développer votre autonomie et acquérir de nouveaux réflexes alimentaires.

Voilà ce que je m’efforcerai de vous proposer.

En attendant…

Un peu d’action !

Si cet article vous plaît pressez le bouton pouce en l’air à gauche de votre écran et partagez-le sur votre réseau social.

Dans le cas contraire faites l’inverse.

Des questions, des impressions ou des avis ? Exprimez-vous ci-dessous. Merci d’avance ! 🙂

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *