Mon histoire

Mon histoire, mes recettes alcalines et mon bien-être…

sont liés !

Mon histoire
Boostez votre équilibre l ! Atteignez des sommets de bien être, avec les recettes alcalines.

 

Mon histoire… Brièvement  

Je m’appelle Hervé (RV).

Né en 1969, au moment où j’écris cet article, en Novembre 2015,  j’ai 46 ans.

Je suis un créateur, autodidacte, artiste, entrepreneur, entreprenant, passionné de cuisine, maintenant, blogueur et parfois blagueur ! 🙂

Mon moteur dans la vie ? La curiosité. 

Elle m’a d’ailleurs permis de découvrir l’équilibre acido-basique et la cuisine alcaline.

Découvrir, apprendre, comprendre, expérimenter et tenter de maîtriser, sont les verbes qui m’animent, j’adore ça !

Un parcours non conventionnel.

Du coup, mon parcours professionnel en découle et peut paraître atypique.

Il est gouverné par la création, par mes passions et jalonné par la prise de risques qu’engendre tout esprit d’engagement quelle que soit l’entreprise.

Plusieurs vies professionnelles.

J’ai été jusqu’ici successivement : coiffeur, musicien, comédien itinérant, meneur d’attelage en tourisme équestre, animateur socioculturel, formateur en art dramatique, metteur en scène, directeur artistique.

Depuis un an je me suis lancé le défi de devenir auteur et dans cette continuité, je souhaite aussi devenir blogueur pour partager mes passions.

Pour ceux qui veulent en savoir plus…

Mon histoire…

Je « m’auto-qualifierais » de cuistot autodidacte donc de : « Cuistautodidacte » !

Ceci dit, le Cuistautodidacte épicurien n’a pas toujours été là !

Genèse, jeunesse et… malbouffe.

Fut une époque à laquelle je bouffais… ou plutôt…malbouffais ! CLAP !

C’était l’époque où lorsqu’on me disait : « va te faire cuire un œuf ! » j’étais heureux que ce ne soit qu’une expression ! OUF !

A l’époque je parlais verlan couramment et mangeais tout… enfin… du moins…tout ce que l’on me préparait !

Et le « on » en question s’étendait dans un vaste éventail allant des parents proches, aux industriels de l’agro-alimentaire, en passant par les fast-foods alors émergeants. Et oui ! Les années 80 ! 😉

L’équilibre alimentaire était pour moi une science extraterrestre issue de stratosphères d’exo-planètes d’une lointaine galaxie inconnue !

Autant vous dire que cela me passait à dix mille pieds au dessus de la surface supérieure du haricot beurre !

Bref ! Pour ne parler que de ces deux capitaines, je n’étais ni « le Kirk », ni « le Flamme » de la santé dans mon assiette ! 🙂

Il était une fois, un projet, une roulotte,  une rencontre, un changement de vie et d’alimentation…

La découverte de mes premières notions d’alimentation saine c’est faite de façon empirique et pragmatique, à la suite d’une rencontre fortuite… Pour faire court, il y a maintenant vingt-six ansj’ai décidé de radicalement changer de vie. J’ai quitté la région parisienne pour construire une roulotte, acheter un cheval de trait, créer une compagnie théâtrale itinérante et mener une vie spartiate de saltimbanque nomade qui dura quatre ans.

J’entends déjà certains lecteurs se dire :

« Hein !? Une roulotte !? C’est pas spartiate ! J’en ai loué une cet été au camping… Son confort était digne d’un mobile home ! »

 Là, heu… Comment vous dire… heu… Oubliez ! On ne parle pas de la même chose !

Il y a autant de différences entre votre roulotte et la mienne qu’entre une Twingo et un bus !

J’entends aussi d’autres lecteurs se demander :

« Quel rapport entre roulotte et équilibre alimentaire ? »

Et bien…  j’y viens… 

L’école de la patience, l’éloge de la lenteur.

Au delà d’un changement de vie pour « l’ex-banlieusard mal bouffeur » que j’étais, vivre en roulotte attelée en se déplaçant au rythme des chevaux permettait de se poser, de faire des rencontres et l’une d’entre elles fut singulière…

Une rencontre fondatrice.

Un agriculteur bio passionné de nutrition et de chevaux d’attelage qui nous a mis « le pied à l’étrier » (Pardon pour ce trait d’humour potache) concernant la nutrition des chevaux et la nôtre, en bouleversant du même coup (mais dans le bon sens), le contenu de nos têtes, de nos caddies, de nos assiettes et de nos estomacs. Je dis « nos » car nous étions trois.

L’adaptation au minimalisme.

Une roulotte, ça restreint beaucoup les moyens de cuisiner : pas d’électricité donc pas d’électroménager, pas de four, pas de robots, pas d’eau courante et une planche comme seul plan de travail.

Bref ! C’est la bonne école du minimalisme et c’est le contexte de mon apprentissage culinaire.

La cuisine du quotidien était donc simple, fonctionnelle et sommaire, mais saine car à base de produits frais. 

Et voilà comment et en un tour de main, entre une rencontre avec un pro du bio et vos nouvelles conditions de vie, vous ne mangez plus comme avant ! Ça se fait naturellement et vous constatez les effets : seulement dix jours malade en quatre ans de roulotte ! Ça fait rêver !

Il n’ y avait évidemment pas que l’alimentation qui était en jeu mais plusieurs facteurs combinés dont je vous parlerai bientôt pour ceux que ça intéresse.

Le temps de ma sédentarisation et de mon premier bouquin de cuisine.

A vingt-cinq ans, j’ai fait le choix de mettre un terme à ce périple pour me sédentariser afin d’aider mes parents, tous deux en fin de vie.

Ma mère, atteinte d’un cancer, manifestait souvent entre deux traitements l’envie de cuisiner. Hélas, ses forces ne lui en laissaient plus le loisir et le handicap de mon père lui interdisait de faire quoi que ce soit.

Ce sont ces raisons qui m’ont fait ouvrir mon premier bouquin de cuisine, mettre un tablier et me coller aux fourneaux.

Là, j’ai commencé à découvrir les bases d’une cuisine plus élaborée et redécouvrir le confort de la vie moderne…

Ma nouvelle vie de coq en pâte sédentaire. 

 « Tiens !? De l’eau qui coule du robinet, chaude ou froide et à volonté ! Chaque fois que nécessaire et parfois davantage… Pratique ! »

 « Et tout cet espace chauffé sans avoir à couper et fendre du bois pour alimenter le poêle ?! Cool ! »

 «Oooh ! Et ce grand canapé moelleux pour se vautrer… Hummm… Trop bien ! »

 « Et ce soir je n’ai pas à nourrir ou abreuver les chevaux avant la nuit, ni demain matin d’ailleurs ! Alors tiens ! J’ai rien de plus à gérer… J’adore cuisiner… Si je préparais le dîner…? »

Le confort de cette nouvelle vie fût donc un choc toxique, psychique et organique ! 

Combinez : Baisse d’activité physique, stress et fatigue morale vis-à-vis de l’état de santé de mes parents.

Ajoutez : Confort ramollissant, abondance d’une nourriture riche et mal équilibrée. 

Pardon si mon trait d’humour qui suit vous paraît cynique mais en six mois j’avais « rattrapé le temps perdu pendant 4 ans »… J’ai commencé à (trop) me « remplumer » puis à tomber malade avec des virus, des infections et surtout un mal de dos récurrent accompagné de problèmes sciatiques et lombalgiques chroniques.

En gros, je n’avais que 25 ans mais j’en avais déjà plein le dos ! 🙂

Pourquoi donc ces pannes à répétition ?

En fait, sans le savoir, je subissais sans le comprendre ! Je venais de glisser d’un mode de vie à un autre et de casser un équilibre essentiel que je découvre seulement aujourd’hui, 20 ans plus tard, au gréé de mon histoire…

Je viens seulement de comprendre ! 

C’est mon équilibre acido-basique qui était en jeu ! Et si je l’avais su, j’aurais épargné ma santé, gagné du temps et de la sérénité ! Alors, pour tenter de vous faire économiser d’un long et douloureux apprentissage, j’ai décidé de vous faire bénéficier de mon expérience et mes découvertes en créant ce blog pour vous.

J’ignorais que cuisiner deviendrait une passion dans ma vie…

Animé par celle-ci et mes besoins créatifs, j’ai exploré des recettes traditionnelles de notre pays et de beaucoup d’autres… et ce n’est pas fini ! Tant de choses à découvrir ! Je me suis approprié des savoir-faire, j’ai affiné mes techniques afin de les adapter à mes goûts et mes envies.

Une passion métissée.

Aujourd’hui je peux créer et vous proposer des recettes métissées en revisitant des assaisonnements, des ingrédients ou des textures au gré de l’inspiration.

Toutes ces recettes ont un point commun : elles sont gourmandes, respectent les bonnes associations alimentaires et  l’équilibre acido-basique.

Des recettes alcalines bénéfiques.

Car à mon sens, la fameuse « santé dans nos assiettes » est une notion qui doit sortir d’une déclaration de bonne intention ou d’un titre de documentaire. Elle peut facilement et doit prendre pied dans le plat donc dans la réalité, dans notre quotidien, à notre table.

Une cuisine gourmande, facile, saine et équilibrée.

Cette réalité à la portée de chacun et j’espère vous partager cette conviction avec vous.

Telle est mon approche d’une cuisine que je souhaite autant festive et gourmande que saine, équilibrée et tant que faire ce peut, éco-responsable.

Bouchées Doubles pour prendre son pied.

 C’est ma façon de vous mettre le « pied à l’étrier » en espérant vous amener à prendre votre pied dans le plat. Chaque fois que nécessaire, je n’hésiterai pas à mettre aussi les pieds dans le plat des idées reçues, des mauvais réflexes ou habitudes alimentaires.

Bouchées doubles à partager.

Vingt ans et des recettes plus tard, au moment ou j’écris ces lignes, je suis toujours animé de l’idée fondatrice qui lie ma passion pour la cuisine, la création de ce blog et celle de ma chaîne You tube (à venir) : PARTAGER et tenter de vous communiquer du plaisir au travers de ma nouvelle façon de cuisiner.

Voilà pour mon histoire !  Merci d’avoir pris le temps de me lire et à bientôt j’espère. 😉

En attendant, un peu d’action : 

Je vous remercie d’avance de bien vouloir commenter cet article dans l’espace ci-dessous et/ou si vous en avez envie, à me poser vos questions.

 Si cet article vous a plu vous pouvez en plus cocher « pouce en l’air » sur le bouton à votre gauche ou « pouce en bas » si il vous a déplu.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 thoughts on “Qui suis-je ?”

  1. Bonjour Hervé, je découvre ton bog ! les recettes sont vraiment sympas et très originale !!!! un homme qui ose !!! 🙂 cela ne se trouve pas partout. j’essaye à ma façon aussi dans ma petite région de Belgique ne transmettre cette passion de la nature, de la terre et de tous ses bienfaits qu’elle nous offre si généreusement.
    Bonne continuation !!!!

    1. Bonjour Caroline,
      Merci pour votre commentaire très sympa et ton intérêt pour mon blog.
      Ainsi donc les hommes n’osent pas !? 😉
      Vous semblez passionnée par la nature et de ce qu’elle nous procure : je partage cette approche.
      J’espère sincèrement que mes recettes estomaqueront vos papilles et câlineront votre équilibre !
      A bientôt. 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *