Partager l'article :
  • 36
  •  
  •  
  •  
  • 4
  •  

La sauge officinale…  un bon allier santé ! 

Elle pousse de façon spontanée sur les terrains acides ou sur les sols secs et rocailleux des régions ensoleillées. C’est une des plus anciennes plantes cultivées dans les jardins. La sauge officinale appartient à la famille botanique de Liabées. Ses feuilles sont utilisées pour leurs propriétés médicinales depuis l’Antiquité. Pas évidente à utiliser culinairement, on aurait néanmoins bien tort de se passer de ces nombreux atouts santé, surtout vous mesdames. Je vous donne 2 recettes alcalines et 2 variantes pour la consommer. Très alcaline, elle soutien notre équilibre acido-basique. 

A propos de l’indice PRAL (Potential renal acid load) de la sauge…

La sauge déshydratée atteint des records d’alcalinité avec un indice PRAL à (-46, 3).

La sauge fraîche est sans doute moins alcalinisante car comme toute plante, elle concentre ses minéraux alcalins en séchant. Je ne dispose pas des données PRAL de la sauge fraîche.

Quels bénéfices pour la santé ?

La feuille de sauge contient de nombreuses substances actives…

  • polyphénols (flavonoïdes et acides–phénols)
  • acide diterpénique (salvine)
  • principe amer (picrosalvine)
  • huile essentielle (thuyone : cétone terpénique)
  • tanins
  • vitamines du groupe B
  • vitamine K
  • minéraux alcalins

Les propriétés :

  • Tonifiante
  • Antioxydant
  • Anti-inflammatoire
  • Antispasmodique
  • Antisudorale
  • Phyto – œstrogènique
  • Antigalactogène
  • Bactéricide antifongique
  • Astringence, antiseptique et cicatrisante (en mode local)

Dans quel cas l’utiliser ?

Par voie interne la sauge est avant tout une plante de système hormonal féminin.

Elle peut être utilisée dans les situations suivantes :

  • Règles irrégulières et règles douloureuses
  • Vaginite, cystite et cystalgies (à urine claire).
  • Cycle long et règles peu abondantes en périménopause
  • Spotting en milieu de cycle
  • Bouffées de chaleur de la ménopause
  • Arrête les montées de lait en fin d’allaitement

La sauge a également montré son efficacité…

  • contre les bouffées de chaleur chez les hommes qui sont en traitement du cancer de la prostate,
  • dans les colpathies fonctionnelles, elle améliore la digestion lente ou difficile,
  • Elle calme les ballonnements et les spasmes,
  • c’est la plante à essayer en priorité dans la transpiration excessive(hyperhidrose),
  • contre les gingivites, les aphtes, les amygdalites, les pharyngites.

Formes et présentations :

Il existe de multiples formes de présentation de la sauge en phytothérapie

  • teinture mère
  • extrait hydroalcoolique (en flacons)
  • extrait aqueux (en ampoules)
  • poudres
  • gélules

Mode d’emploi

Les doses journalières moyennes à prendre sont les suivantes :

  • Gélules :

1 à 2 g répartis en 3 prises au moment des repas (poudre totale)

150 à 300 mg répartis en 3 prises au moment des repas (extraits secs)

  • Teinture mère :

25 gouttes en 2 ou 3 fois par jours avant les repas

  • Extrait aqueux :

Une ampoule dans un peu d’eau 3 fois par jour

  • Infusion (cf. recette ci-dessous)
  • Macération huileuse solarisée (cf. recette ci-dessous)

Comment consommer la sauge ?

  • En infusion: vous pouvez la consommer chaude ou froide. Vous pouvez prendre une tasse le midi et le soir après les repas.
  • En gargarisme : préparez une infusion 2 fois plus concentrée et ne pas avaler.

Bon à savoir…

Aucune toxicité aiguë ou chronique n’a été signalée après emploi des doses préconisées des feuilles de sauge.

Quelle que soit la forme que vous choisissez de consommer…

Le traitement doit être poursuivi jusqu’à disparition des symptômes ou nette amélioration de ces derniers. Une cure peut être de 2 à 3 semaines par mois.

Attention : comme toute plante médicinale active, la sauge est susceptible d’interagir avec les médicaments. Elle est déconseillée pendant la grossesse et l’allaitement. Dans ces cas, il est bon de consulter un praticien de santé avant d’en consommer.

Types d’utilisations  

  • Contre les aphtes, les maux de gorge, et pour assainir la cavité buccale en bain de bouche : faites une macération huileuse solarisée de sauge.
  • Pour les brûlures et les blessures (cicatrisation) : laver et désinfecter avec la macération.
  • Pour soigner et soulager les piqûres et les morsures : l’application de la macération huileuse calme la douleur et soulage le prurit.
  • En anti-inflammatoire sur les érythèmes solaires : massage léger et doux avec la macération huileuse.
  • Pour les règles douloureuses et les effets désagréables de la ménopause comme les bouffées de chaleur : en massage du bas ventre
  • Pour tonifier et rééquiliber du système nerveux : en massage local.
  • En massage général : friction du cuir chevelu pour éviter la chute de cheveux et la formation de pellicules.
  • Très utile sur cheveux gras : elle leur rend de l’éclat. 

Recette de macération huileuse solarisée à la sauge :

(3 semaines d’anticipation)

  • Mettez la sauge dans un bocal en verre blanc, bien limpide et transparent. Ne coupez pas les plantes (surtout les fleurs). Cela induit une fuite d’énergie.
  • Ne tassez pas pour que toute la végétation soit bien exposée et reçoive les rayons solaires.
  • Remplissez le bocal en recouvrant largement avec de l’huile végétale (huile de tournesol + noisette 25 % + amande douce 25%).
  • Exposez le bocal en plein soleil afin qu’il soit éclairé sur toutes ses faces au cours de la journée.
  • Tournez chaque matin le bocal de 180° afin que l’ensoleillement soit uniforme au cours de l’exposition.
  • Exposez pendant 3 semaines. Si pendant la durée de l’opération il y a pleine lune, couvrez le bocal avec un tissu noir. Les rayons lumineux de la lune sont délétères pour cette préparation.
  • À la fin de l’exposition, on peut séparer la plante et l’huile. On peut même presser fortement la plante pour extraire complètement ses principes actifs.
  • Conserver l’huile dans un flacon, en verre fumé de préférence, stockée à l’abri de la lumière et à température moyenne : entre 16 et 20°C.

  

Recette d’infusion de sauge :

  • Il vous suffit de quelques feuilles de cette plante et de l’eau. Comptez une cuillère à café de feuilles séchées pour 200 ml d’eau. Selon l’usage que vous voulez en faire, vous pouvez ajouter plus d’ingrédients. Vous pouvez trouver les feuilles en herboristerie ou cultiver votre propre plante de sauge.
  • Mettez de l’eau (de source ou minérale de préférence pour éviter le chlore !) à frémir dans une casserole ou marmite couvertes.

Lorsque l’eau entre en ébullition, mettez les feuilles et laissez frémir 10 minutes environ.

  • Couvrez la casserole et éteignez le feu.
  • Laissez reposer 5 min (minimum)
  • Laissez refroidir puis filtrez l’infusion et buvez-la.

Rappel : il est conseillé de la boire après manger. Si vous êtes enceinte, il n’est pas recommandé de prendre cette infusion.

 

Astuces :

Si vous souhaitez favoriser la réduction de rétention d’eau et la perte de poids, ajoutez à la recette les ingrédients ci-dessous lorsque vous mettez les feuilles de sauge.

  • le jus d’un citron

ET

  • 2 cuillères à café de cannelle en poudre

OU

  • 1 bâtonnet et des feuilles de laurier.

Si vous voulez la prendre pour soigner le mal de gorge, vous pouvez ajouter :

  • du miel

OU

  • du piment de Cayenne. 😮

Comme vous le voyez, préparer une infusion de sauge est très simple et ses multiples propriétés amélioreront votre santé et votre bien-être acido-basique.

 

On en cause ? Et vous ? Êtes-vous déjà adepte de la sauge ? N’hésitez pas à me laisser votre réponse, avis ou question, ci-dessous dans la zone de commentaire. Merci d’avance !

Sources : 

Agence canadienne d’inspection des aliments. Guide d’étiquetage et de publicité sur les aliments. Chapitre 7 : Allégations relatives à la teneur nutritive.
Santé Canada. Fichier canadien sur les éléments nutritifs
Service de diététique, Hôpital Laval. Alimentation et anticoagulothérapie, Québec
Ars-Grin. Salvia officinalis.Ars-grin.gov [Consulté le 11 mai 2005]. www.ars-grin.gov

Campanella L, Bonanni A, Favero G et al. Determination of antioxidant properties of aromatic herbs, olives and fresh fruit using an enzymatic sensor. Anal Bioanal Chem.
Ninfali P, Mea G, Giorgini S et al. Antioxidant capacity of vegetables, spices and dressings relevant to nutrition. Br J Nutr. 
Zheng W, Wang SY. Antioxidant activity and phenolic compounds in selected herbs. J Agric Food Chem. 
Masuda T, Inaba Y, Maekawa T et al. Recovery mechanism of the antioxidant activity from carnosic acid quinone, an oxidized sage and rosemary antioxidant.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • 36
  •  
  •  
  •  
  • 4
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *