Ami(e)s mammifères omnivores acido-basiquophiles bonjour !

🙂

BIENVENUE SUR LA PAGE EXCLUSIVE DES

ABONNÉ(E)S ! 🙂

 

LES PUBLICATIONS DE CETTE PAGE SONT POUR VOUS,

RIEN QUE POUR VOUS ! 

En exclusivité ! 😉

🙂

Toutes les photos et textes des recettes sont la propriété de Bouchees-doubles.com.

Mon interview par Euriel Naturiel, naturopathe.

Voici une entrevue vidéo dans laquelle je réponds aux questions d’Euriel Bourreau qui est naturopathe et auteur du blog « Euriel Naturiel » et de la chaîne YouTube  : « Euriel bourreau naturopathe – santé et bien-être naturellement ». Une belle rencontre et une collaboration qui débute. Nous avons décidé de d’aborder et de traiter simplement des sujets sur l’alimentation, la nutrition et la santé. Nous co-animerons parfois dans des vidéos de vulgarisation aux formats volontairement courts, par soucis de concision.

Vous pouvez revoir cette vidéo sur la chaîne You Tube de Bouchées Doubles dans la playlist intitulée « Mes interviews ».

Je vous invite à vous inscrire à la chaîne pour être tenu(e) informé(e) prioritairement des prochaines publications vidéo de la chaîne.

Je sélectionne aussi régulièrement des vidéos pertinentes d’experts ou des documentaires sur les thèmes suivants : 

• l’alimentation alcaline,

• l’équilibre acido-basique

• nutrition – santé

• consommation et enjeux environnementaux.

Ces vidéos peuvent aussi vous intéresser ! 🙂

 

Alors à très vite sur You Tube j’espère  !? 😉

Cliquez ci-dessous pour aller vous abonner à la chaîne !

Merci d’avance ! 😀

 


 

En attendant, voici la vidéo ! Bonne découverte de cette interview et à très vite sur la chaîne ou ici ! 🙂

 

Vous trouverez ensuite sur cette page abonné(e)s… 

  • Mes livres
  • 19 idées de recettes alcalines d’automne
  • 11 recettes pour manger du fenouil même sans aimer ça ! 
  • La pomme de terre ! Un tubercule alcalin qui nous veut du bien.
  • Cuisinez pas-à-pas avec moi en suivant mes vidéos de recettes !
  • 18 mets tissés alcalins : la planète et la santé dans l’assiette
  • 25 sauces alcalines pour varier vos mets alcalins sans jamais vous lasser, ni vous acidifier ! 
  • Un article et 7 recettes de dessert alcalin
  • Mes 2 recettes de compète ! 
  • 15 idées de marinades et salades alcalines composées d’été
  • La blette, bête de santé dans nos assiettes
  • Curcuma et santé… voici la vérité !
  • Vendredi, c’est poisson !?
  • Mes salades alcalines fleuries
  • Mes 30 recettes de printemps (publié le 3 mai)
  • À propos du sucre dans l’alimentation (publié le 26 Avril mis à jour le 15 mai)
  • Les régimes alimentaires bénéfiques pour notre santé le sont aussi pour notre planète  ! (le 12 Avril)
  • P’tit déj, vous avez dit p’tit déj ? Moi je dis « Grand déj » ! 🙂 (publié le 5 Avril)

Mes livres : 

Ils sont disponibles sur la page « Mes Livres » dans le menu du blog…

Cultivez votre santé – Comment manger alcalin éthique et durable (Livre complet papier ou ebook avec un contenu à la fois théorique et pratique)

Cultivez votre équilibre acido-basique  Principes et enjeux (Livre papier théorique sans recettes alcalines avec conseil, adresses, budget, méthodes, astuces pour le quotidien)

Mangez alcalin gourmand et éthique : Livre de pratique de cuisine avec mes 124 meilleure recettes alcalines et leurs atouts santé. 2 versions : photos couleur ou esquisses noir et blanc (c’est indiqué sur la couverture).

19 idées de recettes alcalines d’automne

 

Voici votre dossier exclusif abonné(e)s spécial changement de saison ! Avec 19 idées de recettes alcalines d’automne pour cuisiner les légumes de début de saison froide (pour l’instant à peine fraîche) qui se croisent sur l’étalage avec ceux de fin de saison chaude (pour l’instant plutôt tiède).

19 idées d’entrées, plats chauds, tartes salées (avec et sans gluten) et desserts pour cuisiner de façon simple et alcaline ce week-end et toute la semaine prochaine avec même de quoi en emporter si besoin au boulot (pour éviter la restauration aux propositions culinaires souvent acidifiantes) ! 🙂 

Suggestion de méthode : faites un tir groupé ! Évitez le coup par coup ! 

Quitte à vous mettre en cuisine, envoyez du pâté et prenez de l’avance sur la préparation des repas de la semaine ! Repérez les recettes qui nécessitent  le même ingrédient (comme du quinoa par exemple) et faites-en en quantité suffisante pour plusieurs recettes d’affilée dont il est un des ingrédients. Ainsi vous gagnerez du temps. Autre exemple  : si c’est un légume qui revient dans 3 recettes qui vous intéressent, préparez-le dans la quantité correspondant à ces 3 recettes, etc…

Paré(e)s !? Alors, allez-y ! C’est partiiiiiii ! 😀

 

Mes salades d’automne alcalinisantes et très alcalinisantes : 

Ma salade jamais malade un délice au 10 légumes et fruits

Salade complète express en 7 mn

Salade composée d’automne en un tour de main

Salade au 9 légumes et fruits sauce aux agrumes

Salade rose ou pink salade

salade alcaline de 7 légumes (automne-hiver)

Ciboule alcaline de betterave et poivron aux épices et jus d’agrume

 

Mes tartes : 

Tarte croquante et fondante aux 3 légumes

Tarte alcaline de légumes sans gluten ni lactose

 

Mes plats chauds d’automne alcalinisants :

Mitonné de 8 légumes à la mozzarella

Recette alcaline : courge à la créole

Courges, champignons, quinoa, pois cassés, lardons

Cataplana de légumes et viande aux herbes (faisable sans cataplana)

Quinotto alcalin aux légumes de saison

Cuisine alcaline : tajine de courge, carotte et haricots rouges 

Purée épicée de patates douces et pommes de terre à l’ail

Quinoa au pesto de feuilles de blettes et cardes aux 4 épices

 

Desserts équilibrés acido-basiquement avec légumes d’automne : 

Dessert alcalin : Halwa à la carotte

 

11 recettes pour manger du fenouil même sans aimer ça ! 

Bonjour à tou(te)s,

• Vous aimez le fenouil et vous cherchez de nouvelles idées pour le cuisiner ?

• Vous n’aimez pas le fenouil mais aimeriez essayer pour peu que sont goût ansé soit atténué ?

• Vous ne pouvez pas en proposer à votre entourage alors que vous l’appréciez ?

Vous avez raison ! Car ce légume est un véritable allié alcalin pour notre santé et notre équilibre acido-basique ! 

Je partage donc 11 recettes qui peuvent vous aider à consommer le fenouilou à varier la façon de le cuisiner en rendant sont goût discret si nécessaire (pour celles et ceux qui ne l’aiment peu ou pas ), voire très valorisé si vous en raffolez. J’ai favorisé les recettes crues car les cuissons détruisent souvent de nombreux micronutriments (vitamines, minéraux, etc…) contenus dans les légumes qui perdent donc au passage une partie de leurs qualités nutritionnelles. De plus, la cuisson rend parfois le goût anisé du fenouil plus présent et plus fort. Avis aux adeptes ! 😉

Pour connaître les 8 raisons de manger du fenouil pour notre santé, je vous invite à lire ou à relire cet article : 

Le fenouil : 8 atouts santé 8 raisons d’en manger

Et comme les plaisirs de l’esprit n’empêchent pas ceux du corps, voici X recettes qui peuvent vous aider à introduire du fenouil dans vos assiettes.

Cliquez sur le lien qui vous intéresse ci-dessous pour aller découvrir la recette de votre choix.

CRU : 

Recette alcaline : marinade de fenouil

Recette alcaline : ma salade 9 vertus prête en 5 mn

Idée cuisine acido-basique : assiette complète alcaline

Mon trio alcalin gagnant-gagnant express, en 5 mn 

La salade alcaline complète pour l’activité physique

Salade composée alcaline : fraîcheur et vitalité

Ma salade alcaline spéciale découverte

Cuisine alcaline : crème aromatique de 5 légumes crus marinés 

Tartare alcalin végétal sur lit de pommes de terre

Cuisine alcaline : chiffonnade végétale

CUIT :

Cuisine acido-basique : cataplana terre et mer

Voilà ! J’espère que ces idées recettes alcalines vous aideront  ! À vous de jouer ! Bon app ! MiaM ! 🙂 N’hésitez pas à partager vos avis, questions ou commentaires en bas de cette page ! Merci d’avance  ! 😀

 

La pomme de terre !

Un tubercule alcalin qui nous veut du bien.

Les pommes de terre font grossir ! Il faut les éliminer de son alimentation ! Les pommes de terre sont des sucres rapides ! Les pommes de terre sont des sucres lents ! Les pommes de terre sont pleines de produits chimiques agricoles. Les pommes de terre sont mauvaises pour les intestins ! Les pommes de terre sont bourrées d’amidon !

Alors… Kikator ? Kikaréson ?

Voilà des postulats et des idées reçues trop répandus car très excessifs ! Or l’excès n’est pas bon lorsqu’il est restrictif, d’autant plus s’il est infondé. L’alimentation saine, c’est la diversité et la modération… dans ce qu’on garde dans l’assiette, comme dans ce qu’on évite d’y mettre !

Or, au regard de vos retours, vos messages et des conversations qui alimentent les réseaux sociaux, il semble que vous êtes nombreuses et nombreux à bannir la pomme de terre… par pure méconnaissance  !

Après cet article, j’espère que vous ne bouderez plus cet aliment pour de mauvaises raisons et qu’il retrouvera la place qu’il mérite dans votre assiette. Encore faut-il choisir, cuire et consommer la pomme de terre de la bonne façon, au bon moment et en bonne combinaison alimentaire

Tubercule alcalinisant originaire d’Amérique du Sud, je souhaite te rendre hommage et te réhabiliter à ta juste place au sein de nos assiettes !

 

Voici donc… mon « réquisitoire parmentier » (et quelques recettes)! 😉

 

Pour commencer… pour les pressé(e)s… voici l’ entrée…

La pomme de terre contient, entre autre, les mêmes propriétés antioxydantes que le café, le vin rouge et le thé, particulièrement lorsqu’elle est consommée avec la pelure qui contient une substance bénéfique nommée acide chlorogénique.

La pomme de terre est aussi reconnue pour son contenu en potassium, soit en moyenne 620 mg (à titre d’exemple comparatif une banane contient 450 mg), en plus d’être riche en vitamines du groupe B, notamment en B6 et en cuivre.

Une partie de son retrait de l’alimentation réside dans son amidon souvent diabolisé qui, comme dans les légumineuses et la banane verte, est résistant à la digestion.Or, cette résistance permet et favorise la fermentation colique et aide la flore intestinale à maintenir une bonne santé, diminue le taux de lipides sanguins et  prévient l’apparition de certains cancers, selon plusieurs études. Oui vous avez bien lu !

Pour baisser l’impact de son index glycémique, si c’est ce qui vous inquiète, consommez la pomme de terre avec sa peau, cela réduit sa charge glycémique.Car sachez que sans peau, elle sa charge glycémique se classe dans la même catégorie que le riz blanc à cuisson rapide, le pain blanc ou les gaufres du dimanche matin !

 

Pour aller plus loin…

Si vous vous accordez le temps nécessaire, je vous invite à lire la suite (les sources et les recettes sont à la fin) ! 🙂

cliquez ici pour voir l'image de pommes de terre
La pomme de terre, la patate douce, la banane, l’igname etc… sont des féculents alcalin. Ils apportent des amidons complexes.

Lumière sur la pomme de terre…

La pomme de terre est un féculent alcalin à utiliser régulièrement aux repas, à moins d’un régime particulier (insuffisance rénale chronique nécessitant une restriction du potassium). La pomme de terre remplace avantageusement les céréales.

Les plus colorées sont bénéfiques…
Les variétés à la chair de couleur bleu, violet, jaune, rouge, contiennent un taux élevé d’antioxydants, permettant de lutter contre les radicaux libres.

La pomme de terre est une bonne source de…

  • fibres
  • antioxydants
  • vitamines du groupe B  (B1, B2, B3, B5, B6, B9)et C
  • potassium, magnésium, cuivre, manganèse.

Comment bien la choisir ?

3 critères pour choisir vos pommes de terre :

1 •Si possible issues de l’agriculture biologique

Car c’est un aliment parmi les plus traités en agriculture conventionnelle ! Selon une étude publiée par l’association « Pesticide Action Network Pan Europ« , la pomme de terre fait partie des 18 fruits et légumes les plus pollués, avec l’aubergine, le poireau, le raisin, les pommes, les fraises, etc…

A noter qu’en choisissant des pommes de terre bios, vous pourrez les consommer avec leur peau qui contient un antioxydant bénéfique appelé acide chlorogénique.

2 • En adéquation avec la manière dont vous aller la cuisiner…

Il existe en effet des pommes de terre à chair ferme (idéal pour une cuisson à l’eau ou à la vapeur), des pommes de terres à soupes, d’autres à purée.

3 • Sans tâches vertes ! Attention aux alcaloïdes… la solanine…

Les composés toxiques nommés alcaloïdes (dont la solanine) aident la pomme de terre à se protéger dans la nature. Chez l’humain, la consommation d’alcaloïdes, lorsqu’ils sont consommés en grande quantité, peut entraîner de graves intoxications pouvant nuire au système nerveux central.

Pour détecter la teneur en alcaloïdes des pommes de terre : 

Plus elle est élevée, plus la pomme de terre peut prendre une teinte verte ou présenter des tâches vertes (liée à la présence de solanine).

  • Les alcaloïdes résistent à la cuisson
  • Leur concentration augmente lorsque la pomme de terre est exposée à une température élevée ou à la lumière.

Conservation et recommandations :

  • A l’abri de l’humidité et de la lumière
  • Retirez-les tâches vertes
  • Jetez-les si elles sont trop tachées

Traitement culinaire : 

Le mode de cuisson et de préparation joue sur l’Indice glycémique de la pomme de terre…

Ce dernier peut aller de 65 (modéré en cuisson vapeur) à 80 (cuisson au four, en purée). L’ajout d’un peu de matières grasses permet de ralentir la vidange gastrique et ainsi abaisser et ainsi abaisser cet indice glycémique. Le refroidissement après cuisson permet aussi d’augmenter le taux d’amidons résistants (non digestible) et par la même, de baisser de façon naturelle sa charge glycémique (voir ci-dessous. Elle est très riche en glucides et notamment en amidon (75% à 80% de la matière sèche). Du coup, elle est souvent classée dans la catégorie des féculents. Aujourd’hui, le principal reproche qu’on peut formuler à l’égard de ce tubercule est son index glycémique élevé.

Les recherches réalisées prouvent que la combinaison des 2 amidons qui la composent présente des vertus qui  commencent à être cernées…

Les 2 types d’amidons : 

  • Digestible : L’amidon digestible fait partie des glucides complexes (polysaccarides) hydrolysables. Hydrolysable qualifie la partie de l’amidon digestible et assimilable. Il peut être transformé par notre métabolisme en glucose, c’est-à-dire des glucides simples appelés également sucres rapides pour permettre son absorption par la muqueuse intestinale.
  • Non digestible : Pour l’amidon résistant (une forme d’amidon avec une structure particulière et cristalline), a la particularité de ne pas se décomposer en sucres et donc, de ne pas se faire absorber par l’intestin grêle.

Point de vue nutritionnel…

Comme les fibres alimentaires (qui ne sont pas digérées par les enzymes digestives, salivaires et pancréatiques), l’amidon résistant parcourt quasiment tout l’appareil digestif avant de fermenter au niveau du côlon.

Une bonne chose…

L’amidon résistant, en parvenant intact dans le côlon, peut y fermenter en produisant un certain type d’acides gras à chaînes courtes qui aident à diminuer le pH du côlon, provoquant une légère acidité favorable à la flore intestinale.

Les études s’accordent…

La consommation d’amidon résistant améliore le contrôle de la glycémie puisqu’il n’est pas dégradé sous forme de glucose dans l’intestin grêle. A tel point que, pour les auteurs, le fait que « l’amidon résistant pourrait être utile dans le contrôle du diabète«  est une perspective d’investigations à venir.Concernant l’appétit, l’amidon résistant pourrait favoriser le sentiment de satiété, grâce à la libération d’hormones particulières lors de sa dégradation.

5 types d’amidons résistants, dont 2 font partie de notre alimentation…

Les amidons physiquement inaccessibles (des graines entières et des légumes secs) aux amylases et les amidons rétrogradés :

1) Amidons trouvés dans les aliments revêtus d’une graine ou d’un germe (grains à blé entier non transformés, légumineuses, graines de soja, haricots, lentilles, pois séchés…)
2) Amidons résistants naturellement présents dans les aliments (Pommes de terre crues, farines de banane verte, farines de maïs qui ont une teneur élevée en amylase…)
3) Amidons rétrogradés formés lorsque les aliments riches en amidon sont cuits puis refroidis, augmentant ainsi leur teneur en amidon résistant (pommes de terre, pâtes cuites et refroidies pour une salade, riz cuit et refroidi, etc…)
4) Amidons chimiquement modifiés par les fabricants de façon à ce qu’ils soient résistants à la digestion.
5) Amidons résistants créés par les fabricants par un processus au cours duquel les aliments riches en amidon sont chauffés et refroidis en présence de lipides particuliers.

L’amidon résistant contre les maladies…

Quasi 2 fois moins énergétique que l’amidon digestible, il est bon pour les adultes qui surveillent leur ligne. Des chercheurs ont découvert que les aliments contenant de l’amidon résistant font moins augmenter la glycémie et le taux d’insuline nécessaire à leur traitement métabolique, que d’autres aliments amylacés(qui contiennent de l’amidon) aux amidonsplus digestibles et d’origine céréalière, comme le pain ou les pâtes.

Les aliments possédant des amidons résistants seraient-ils donc bons pour les diabétiques ?

Ils pourraient, en raison de leur faible impact sur le taux d’insuline, être bénéfiques dans la prévention du diabète de Type II, de l’obésité ou des maladies cardiovasculaires.Ce sont des pistes qui nécessitent encore d’autres investigations scientifiquespour être confirmées.

L’amidon résistant aurait des effets bénéfiques sur les lipides sanguins…

En remplaçant dans l’alimentation du rat, une partie de l’amidon digestible par de l’amidon résistant de pomme de terre crue les scientifiques ont constaté une augmentation de la fermentation intestinale, une amélioration de l’absorption de certains minéraux et une diminution du cholestérol-LDL (« mauvais » cholestérol). Une diminution du cholestérol et des triglycérides sanguins a aussi été observée dans d’autres études. Des études cliniques permettront d’évaluer si l’effet est le même chez l’humain.

L’amidon résistant préviendrait les maladies du côlon…

D’autres éléments permettent de penser que ces amidons pourraient servir à la prévention de certaines maladies, telles que le cancer ou certaines maladies inflammatoires du côlon.

Car l’amidon résistant favorise la production d’acide butyrique, l’un des acides gras produit au cours de la « fermentation colique » et reconnu comme essentiel à la santé du côlon. Des études plus approfondies restent cependant à être effectuées pour pouvoir conclure de façon sûre à un effet protecteur de l’amidon résistant sur la formation de tumeurs du côlon.

Conclusion :

La pomme de terre est délétère ? Non ! On dit : « la pomme de terre est dans la terre ». 😉

Sauf problème de santé spécifique, la pomme de terre avec la peau grâce à la combinaison de ses 2 amidons… c’est bon dans la nutrition (avec modération) ! Et bon pour le côlon ! Non d’un cornichon ! L’enfer de la pomme de terre, c’est que nous banissons ce que nous ignorons ! Non d’un melon !

On en cause ? 

Partagez votre avis, vos expériences et connaissances dans la zone de commentaire sous cet article. Merci d’avance ! 🙂

 

Sources : 

Garcia-Alonso A, Goni I. Effect of processing on potato starch: in vitro availability and glycaemic index.

Liljeberg EH. Resistant starch content in a selection of starchy foods on the Swedish market.

Levrat MA, Moundras C, et al. Effectiveness of resistant starch, compared to guar gum, in depressing plasma cholesterol and enhancing fecal steroid excretion.

Younes H, Levrat MA, et al. Resistant starch is more effective than cholestyramine as a lipid-lowering agent in the rat.

Englyst KN, Englyst HN. Carbohydrate bioavailability.

 

Envie de recettes avec des pommes de terre ? 

Je vous invite à aller les découvrir en cliquant sur les liens qui suivent : 

Cuisine acido-basique : Parmentier d’avocat, olives et sésame

Tartare alcalin végétal sur lit de pommes de terre

Cuisine alcaline : chiffonnade végétale

Cuisine alcaline : salade rustique de légumes nouveaux

Rissolé de pommes de terre nouvelles aux asperges vertes et oignons nouveaux

Chou, carottes et champignons sur lit de pommes de terre

Pommes de terre, tomates et poivrons à la méridionale

Purée épicée de patates douces et pommes de terre à l’ail

Recette alcaline de pommes de terre au sésame, cumin, pavot, coriandre

Recette alcaline de poivrons confits et pommes de terre

Recette alcaline : blettes et pommes de terre en sauce sésame et tomates

 

Cuisinez pas-à-pas avec moi en suivant mes vidéos de recettes !

1) Petit déjeuner…

2) Repas alcalin complet et équilibré  acido-basiquement…

3) Le chaud…

 

 

18 mets tissés alcalins : la planète et la santé dans l’assiette ! 

Envie d’exotisme, d’évasion, de voyage ? Voici des mets tissés alcalins inspirés des influences asiatiques, indiennes, orientales, méditerranéennes, ou tropicales… ça vous dit ? Ça tombe bien ! Je vous propose ce petit florilège de mes 18 meilleures recettes acido-basiques d’inspiration world food. Certaines sont des plats principaux, d’autres des accompagnements. Du chaud et du cuit parce que : « il n’y pas que le cru dans la vie !  » « Il y a aussi le cuit et la tambouille » ! 😀

Astuce santé : pour conserver un apport nutritionnel équilibré en micronutriments : il convient d’accompagner les plats cuits et chauds, de crudités en entrée (ou avec). En effet, la cuisson à partiellement détruit des vitamines et certains minéraux que les aliments contiennent. En revanche, la cuisson permettra une meilleure digestion et assimilation d’autres nutriments, toujours présents. Retenez qu’en alimentation alcaline, le cru et le cuit sont complémentaires.

Colombo alcalin de haricots blancs, légumes et coco

Recette alcaline : wok asiatique aux 2 choux chinois

Cuisine acido-basique : cataplana de légumes et viande aux herbes.

Cuisine acido-basique : cataplana terre et mer

Poulpe aux saveurs méditerranéennes

Recette alcaline : riz pilaf aux légumes et coulis de tomates

Colombo de légumes

Rougail maison : une bonne base !

Mon curry d’œufs durs

Pommes de terre, tomates et poivrons à la méridionale

Fricassée de fèves, pommes de terre au curcuma et poulpe en 2 façons

Cuisine alcaline : riz pilaf aux petits légumes de saison

Cuisine alcaline : curry de légumes, haricots et coulis de tomates

Cuisine acido-basique : court-bouillon de poissons et compotée de légumes.

Cuisine alcaline : Pot au feu aux saveurs thaïlandaises : cuisson lente au four

Dal Bhat népalais, l’Himalaya dans votre assiette !

Tartare de rougets, mangues, avocats, coco, marinés.

Purée épicée de patates douces et pommes de terre à l’ail

 

25 sauces alcalines pour varier vos mets alcalins

sans jamais vous lasser, ni vous acidifier ! 

😀

Originales et faciles, elles donnent « du peps » à tous vos plats en variant leurs goûts, leurs couleurs et leurs saveurs ! Qu’ils soient chauds, froids, cuits ou crus !  🙂 Elles sont alcalines et saines et augmentent le plaisir dans nos assiettes ! Je vous offre 25 recettes de « folie saucière » ! Un « carnaval des sauces alcalines »  pour accompagner vos recettes dès maintenant et en toutes saison ! J’espère que ce dossier vous fera plaisir 😀 

Les critères des recettes de mes sauces alcalines sont :

           • Se situer dans une fourchette d’indices PRAL faiblement à fortement alcalins.
           • Utiliser des laits et des crèmes végétales.
           • Utiliser des huiles et oléagineux riches en nutriments et en acides gras sains pour l’organisme.
           • Etre gourmandes, saines, et réalisées avec des produits frais et respectueux de notre environnement.

Voici 8 variations de sauces alcalines de base : 

Voici 17 sauces alcalines différentes : 

Sauce alcaline N°1 : aux pissenlits

Sauce alcaline N°2 : à la mangue et à la moutarde

Sauce alcaline N°3 : aux haricots rouges

Sauce alcaline N°4 : à l’ail et aux amandes

Sauce alcaline N°5 : au Raifort

Sauce alcaline N°6 : la barbecue alcaline maison

Sauce alcaline N°7 : aux cacahuètes, bananes et épices

Sauce N°8 : au Kéfir et aux noix

Sauce N°9 : à l’avocat et au cresson

Sauce N°10 : aux herbes

Sauce N°11 ; sauce verte

Sauce N°12 : aux tomates fraîches et confites

Sauce N°13 : à l’andalouse

Sauce N°14 : aux câpres

Sauce N°15 :  aux  poivrons

Sauce N°16 : Crème de cacahuète maison en 4 mn (goût et astuce croustillant Curly)

Sauce N°17 : Recette facile et rapide : sauce au tahiné

J’espère que vous vous régalerez et que vous régalerez votre santé ! Bon app ! MiaM ! 😀

On en cause ?

N’hésitez pas à partager votre expèrience, vos avis ou posez vos questions dans la zone de de commentaires en bas de cette page. Vos avis et suggestions sont importants ! Ils contribuent à maintenir un contenu de qualité sur le blog. Merci d’avance ! 😉

 

Un article et 7 recettes de dessert alcalin

Pour allier les plaisirs du corps et de l’esprit voici un article et des recettes qui je l’espère allieront l’utile à l’agréable ! 🙂

Les desserts… source de plaisirs… délétères ou bénéfiques ?

 

Les recettes : 

Dessert alcalin : Halwa à la carotte

Recette acido-basique : dessert alcalin sans gluten

Clafoutis sans lactose, au lait de coco 

Cake moelleux et sucré aux haricots rouges

Clafoutis de courge

BURGER POMME PAMPLEMOUSSE (BIG APPLE PAMP)

Gâteau Quinoa coco vanille aux 7 fruits : 1er prix défi cuisine alcaline !

Mes 2 recettes de compète ! 

Ma salade grecque « Horiatiki salata » revisitée (visuellement : plus rien à voir ! )

Salade de légumes cuits et crus et maquereaux en 2 façons

 

15 idées de marinades et salades alcalines composées d’été

Ma salade « Énergie Alcaline »

Crudités alcalines douces et acidulées

La salade grecque « Horiatiki salata » une recette simple, fraîche et saine

Ma salade grecque « Horiatiki salata » revisitée

Ciboule alcaline de betteraves et poivrons aux épices et jus d’agrume

Salade alcaline d’Orzo aux légumes d’été confits à basse température.

Courgettes, raisins secs et pois chiches en marinade épicée

Tartare alcalin d’algues et de crudités

Recette alcaline de lentilles, courgettes, radis à la coriandre

Recette alcaline : crudités et capucines

Recette alcaline d’été « spéciale belle peau »

Cuisine alcaline : carpaccio végétarien de crudités marinées

Cuisine alcaline : chiffonnade végétale

Pâté de légumes de saison crus, cuits et confits, épices et chorizo.

Crudités épicées, coco, pois chiches et petits pois

La blette, bête alcaline de santé dans nos assiettes ! 

Comment varier nos recettes alcalines…

Six à sept mois par ans, pousse les variétés d’un légume sous utilisé mais pourtant bon marché et véritables bête d’atouts santé : les blettes, cardes, cardons et autres bettes…  Alors quoi !? Ou plutôt… à quoi cela est-il dû ? Il semble  que ce soit par ignorance de ses vertus alcalinisantes et nutritionnelles d’une part… et d’imagination pour varier nos recettes histoire de ne pas se lasser, d’autre part… J’ai donc pensé avoir une carte à jouer pour aider les abonné(e)s e Bouchées Doubles à cuisiner ce légume santé.

Voici donc 1 article et 5 recettes qui j’espère vous aideront.

(Cliquez sur les liens ci-dessous pour aller les découvrir)

Les atouts santé et nutritionnels de la blette

5 recettes alcalines gourmandes pour varier…

Côtes et feuilles de blettes aux épices

Cataplana alcaline de 3 légumes

Recette alcaline : blettes et pommes de terre en sauce sésame et tomates

Quinoa au pesto de feuilles de blettes et cardes aux 4 épices

Recette alcaline de 6 légumes de saison, blettes et autres…

On en cause ? 

Et vous ? Quelle est votre recette de blette préférée ? Si vous le souhaitez, n’hésitez pas à la partager ici, dans la zone de commentaire en bas de cette page. Merci d’avance ! 🙂

 

CURCUMA ET SANTÉ… 

VOICI LA VÉRITÉ ! 

Les compléments alimentaires à base de curcuma cartonnent ! Proclamé comme un des ingrédients les plus porteurs par les analystes du marché des compléments alimentaires (financièrement parlant), la plupart des laboratoires vendent ce complément et du coup, en tant que consommateur il est très difficile d’en choisir un puisqu’à en croire les sites internet des vendeurs, chaque produit est encore meilleur que celui vendu par le voisin ! Mais qu’en est-il vraiment ?

Je vous propose un état des lieux des différents types de curcuma en vous indiquant ce que disent réellement les études scientifiques sur les différents curcumas disponibles :

  • Le contenu réel du curcuma naturel
  • Le contenu réel des gélules lorsqu’il est complément.
  • Le curcuma le mieux absorbé par l’organisme.
  • Les dangers des compléments au curcuma.
  • Comment sont-ils fabriqués et distribués.
  • Les vraies vertus santé du curcuma naturel.
  • Comment l’utiliser naturellement et augmenter son efficacité.
  • Les recettes alcalines avec du curcuma

Que contient le curcuma ?

Le curcuma (Curcuma Longa) est un rizhome et une épice de couleur jaune qui lui vient de sa concentration en curcumine, pigment de la famille des polyphénols. La curcumine est aussi légèrement présente dans le gingembre et c’est d’ailleurs ce qui lui donne cet aspect jaune.

La curcumine… c’est quoi ? 

Elle appartient à une famille de polyphénols qu’on appelle les curcuminoïdes. Dans la famille des curcuminoïdes on trouve la curcumine, la demethoxycurcumine, le bisdemethoxycurcumine et le cyclocurcumine.

Curcumine et agro-alimentaire…

L’industrie agro-alimentaire utilise la curcumine comme colorant sous le nom de code E100. Très souvent, on parle indifféremment de « curcuma » et de « curcumine » mais il s’agit pourtant de deux choses différentes.

Métabolisation des curcuminoïdes…

Après ingestion, les curcuminoïdes sont rapidement métabolisés et transformés en d’autres molécules plus solubles :

  • la tétrahydrocurcumine,
  • l’hexahydrocurcumine,
  • la curcumine sous forme de sulfate
  • la curcumine sous forme de glucuronide.

Aujourd’hui les chercheurs pensent que la majorité des bénéfices du curcuma proviennent en fait de la tétrahydrocurcumine produite dans notre organisme après ingestion de curcumine.

Actions du curcuma sur la santé

Idée reçue N°1 : Le curcuma est l’épice magique qui protège les indiens du cancer !  

C’est ce qu’on lit souvent sur internet. Or, les études scientifiques démontent ce mythe !

Particulièrement une méta-étude menée dans différents hôpitaux indiens et publiée en 2014 dans The Lancet, célèbre revue médicale, qui démontre que le nombre de cancers ne cessait d’augmenter dans ce pays tandis que les taux paraissaient plus bas. Leur conclusion sans équivoque prouve que les taux de cancer paraissaient plus bas à cause d’une détection plus tardive de ces cancers, en raison d’un système de santé moins performant. 🙁

Idée reçu N°2 : Le curcuma super-aliment anti-tout ? Rien de moins sûr…

Toutes les études sur le curcuma montrent qu’à l’état naturel, la curcumine de l’épice est très mal absorbée. La quantité à ingérer est d’au moins 10 000 mg de l’épice naturelle pour qu’une petite quantité passe dans le sang (soit l’équivalent de 10 à 20 gélules en 1 fois). De plus, même à cette dose, peu ou pas d’effets sont observés.

Par conséquent, lorsqu’on vous parle des effets miraculeux du curcuma sur la santé pour terrasser le cancer, guérir les maladies cardiaques, Alzheimer ou Parkinson, il s’agit d’informations mensongères ou trompeuses !

On oublie juste de nous préciser au passage qu’il s’agit de travaux faits sur des souris auxquelles on a injecté des doses de curcuma inatteignables via une alimentation humaine normale.

Il s’agit même parfois de résultats d’études sur des cultures cellulaires : on les plonge dans un bain de curcuma plus ou moins dilué ou concentré puis on relate ce qui se passe : il est évident que ces conditions n’ont rien à voir avec une situation réelle. Les résultats sont donc des extrapolations quelque peu capillotractées (tirées par les cheveux).

On atteint des sommets de mauvaise foi scientifique quand en avril 2018, on apprend que le Pr Bharat Aggarwal de l’université du Texas (États-Unis) père de nombreuses études sur les effets anti-cancer du curcuma, avait bel et bien truqué la quasi totalité de ses travaux. Il manipulait les données pour fausser les conclusions. Étant fondateur d’une société qui vend du curcuma soit disant à haute biodisponibilité, il aurait agi ainsi par intérêt… Non ! Le profit aurait-il eu raison de son intégrité !? 😮 A ce jour, une trentaine de ses travaux ont été retirés des revues médicales qui les avaient publiés et cette sanction se poursuit.

Même si les effets anti-cancer du curcuma sont exagérés, que le curcuma puisse néanmoins avoir d’autres bénéfices, en particulier sur certaines douleurs (voir plus bas) est probable. Mais le manque de solubilité du curcuma empêche de constater ces bénéfices. En effet, versez-le directement dans un verre d’eau, le curcuma flotte. Pour cette raison il est aussi très mal absorbé par notre organisme. De plus, après son absorption, le curcuma est rapidement éliminé.

Pour cette raison, de nombreux chimistes ont été sollicités pour mettre au point de « meilleurs curcumas » mieux absorbables. Ce sont ces curcumas qu’on retrouve majoritairement aujourd’hui en compléments alimentaires.

Les différentes formes de curcuma en compléments alimentaires…

Première chose très importante à savoir : pour être efficace, le curcuma vendu en compléments alimentaires n’est pas naturel, il a été modifié chimiquement. On est donc proche du médicament et loin du produit naturel.

Le circuit des compléments à base de curcuma…

Lorsqu’un nouveau curcuma est mis au point pour l’industrie de la chimie , un brevet est déposé sur sa méthode de fabrication, ce qui donne un nom à ce nouveau curcuma ou nouvelle molécule de curcuma. Un curcuma sous forme de complément alimentaire n’a donc pas été fabriqué par la marque qui le vend ! Cette dernière revend simplement un ingrédient breveté.

Des laboratoires de compléments alimentaires le revendent ensuite dans leurs propres emballages. Le potentiel commercial du curcuma est aussi fort que la guerre existante autour des dépôts de brevets ! Les vendeurs de curcuma n’hésitent pas à surenchérir sur les prix pour faire illusion en donnant l’impression que leur curcuma est meilleur que celui du concurent. En réalité comme vous allez le comprendre si toutefois vous ne le savez déjà, ce n’est pas parce qu’un produit est plus cher, qu’il est meilleur.

Ces curcumas modifiés chimiquement et brevetés sont par exemple :

”Cavacurmin”, “NovaSol”, “Meriva”, “Curcumin “CurQfen”, “Longvida”, “Biocurcumax”, “BCM-95”, “HydroCurc“, C3 Reduct“, “Theracurmin“, etc…

Vigilance et analyse indépendante…

Des chercheurs américains indépendants se sont rendus en magasin et ont acheté 87 boîtes de curcuma et curcumines différentes puis les ont analysées en laboratoire.

Les résultats de leurs analyses, publiés en mai 2018 démontrent que :

• 20% des produits analysés ne contiennent pas les teneurs en curcumine mentionnées sur les emballages.

• 59% des produits analysés contiendraient des analogues synthétiques de la curcumine qui est normalement interdite dans l’alimentation en raison d’une méconnaissance sur sa toxicité.

• 71% des produits analysés contiennent des résidus de solvants chimiques industriels toxiques.

Voilà ce qu’on nous propose ! Merci l’industrie chimique ! 

A cela s’ajoute que 100% des compléments alimentaires de curcuma à biodisponibilité élevée contiennent des quantités notables de pesticides puisqu’ils ne sont pas bios.

Il existe du curcuma bio mais il s’agit du même que celui utilisé en cuisine, qui est certes excellent pour exalter les plats mais qui a peu d’effets thérapeutiques sur la santé.

Bien entendu, cela ne signifie pas que ces compléments alimentaires sont inefficaces mais c’est pour toutes ces raisons (études scientifiques truquées, pesticides, additifs chimiques, etc.) que je n’ai pas souhaité proposer à la vente de compléments alimentaires de curcuma sur Bouchées Doubles. Ces produits me semblent bien trop éloignés de ma vision de la santé, de sa prévention et de l’éco-responsabilité.

Si vous souhaitez tout de même vous supplémenter en curcuma, je vais donc maintenant vous mettre en garde sur les stratégies utilisées par chaque vendeur sur les produits existants. Histoire de mieux savoir dans quoi vous mettez les pieds pour mieux choisir et mieux consommer.

Les stratégies sont utilisées :

1) Quand un laboratoire indique son curcuma comme étant « 200 fois meilleur que les autres », il peut faire référence à plusieurs choses :

• une différence de la valeur de concentration maximale atteinte par tous les curcuminoïdes dans le sang après ingestion

• un calcul fait à partir du volume de l’air sous la courbe.

Une méthode n’est pas meilleure que l’autre mais certains fabricants peuvent faire référence à l’une ou l’autre des méthodes afin d’empêcher une comparaison trop rapide de la part du consommateur (et éviter qu’il ne se rende compte qu’il n’y a pas de différence réelle).

2) Autre technique utilisée pour empêcher une analyse facile des résultats :

  • comparer successivement des nanomoles à des nanogrammes (ça n’a strictement rien à voir mais ça embrouille le profane).

Passer d’une mesure à l’autre pour comparer objectivement les produits devient ainsi impossible car pour faire la conversion il faut connaître le poids moléculaire exact du produit, qui n’est pas communiqué. Autant comparer des billes à des girafes !

Certains produits sont difficilement comparables car ils n’agissent pas de la même façon :

  • certains peuvent augmenter l’absorption de la curcumine
  • d’autres peuvent augmenter l’absorption d’autres curcuminoïdes (ce qui peut aussi être intéressant).

Certains jouent sur la manière dont la biodisponibilité est testée sur les volontaires :

  • à jeun.

OU

  • juste après mangé.

Hors, la composition du repas influence l’absorption et donc les résultats. La mise en place de méthodes si différentes selon les marques permet de brouiller les pistes ! Ceci leur sert à empêcher une véritable comparaison d’égal à égal des produits qui viennent tous des mêmes laboratoires de production ! Hihihi ! Alors… cékilépigeons ?

3) Il ne faut pas oublier que les chiffres d’absorption ou de biodisponibilité sont tirés des études dirigées et financées par les fabricants eux-mêmes. Toutes les raisons sont donc réunies pour penser que de nombreuses études soient un peu « arrangées » pour obtenir des chiffres favorables.

4) Une pratique malheureusement pas nouvelle dans l’industrie du médicament comme du complément alimentaire ! Ajoutez à cela, le fait que les études ne sont quasiment jamais refaites, donc qu’une seule mesure est prise, et vous obtenez un tout peu sérieux. Les échantillons sont  souvent si faibles que les résultats ne sont absolument pas fiables.

5) Pour finir, les chiffres de biodisponibilité annoncés par les fabricants ne sont pas comparables « tels qu’on nous les donnent, car dans les études, les doses de curcuma comparées ne sont pas équivalentes ! Par exemple, si vous comparez un produit qui s’absorbe 2 fois mieux qu’un autre et que vous doublez la dose, vous pouvez prendre certains « raccourcis » en disant que votre produit s’absorbe « 4 fois mieux ». Cette allégation qui sème la confusion se retrouve par exemple avec le curcuma NovaSol : affiché avec une disponibilité augmentée d’un facteur 185. Pour s’en rendre compte il faut avoir en tête qu’une gélule ne contient que 30 mg de curcuma ! Le reste est constitué d’excipients. Au final, cette biodisponibilité « supérieure » est donc relative et encore davantage si vous comparez le coût de revient par gélule. En clair, ce n’est ni plus ni moins qu’un point de vu subjectif. Aucune valeur scientifique ! Juste une manipulation marketing pour vendre !

Conclusion : Si vous tenez à acheter du curcuma sous forme de compléments, je recommande en premier lieu de choisir un produit le moins toxique possible sans excipients ou d’additif problématique et qui n’est pas vendu à un tarif trop élevé.

En revanche je ne saurai que vous conseiller de consommer du curcuma naturel bio, naturel sous forme déshydratée ou du curcuma frais, associé à du poivre noir dans votre recette.

Les vraies vertus du curcuma…

Contre les troubles digestifs…

Traditionnellement en Asie, il est utilisé pour lutter contre la dyspepsie, c’est-à-dire pour limiter :

  • nausées,
  • maux d’estomac de type ulcères,
  • pertes d’appétit et sensations de pesanteur ressenties au niveau de l’estomac et de la vésicule biliaire après les repas copieux.

En effet, il facilite l’évacuation de la bile (effet cholagogue), cette substance sécrétée par la vésicule qui participe à la digestion des graisses.

Ses propriétés anti-microbiennes en font également une épice de choix en cas de gastro-entérite.

Contre les douleurs articulaires…

L’activité anti-inflammatoire de la curcumine est visible aussi bien sur l’inflammation aiguë que sur l’inflammation chronique.

Elle agit en inhibant une enzyme responsable de la synthèse des prostaglandines inflammatoires. Il est maintenant reconnu que la curcumine possède un effet anti- inflammatoire proche des AINS (anti-inflammatoires non stéroïdiens) agissant sur la douleur inflammatoire, les médiateurs de l’inflammation et sur les raideurs articulaires matinales, sans provoquer d’irritation au niveau digestif comme cela est souvent le cas avec les médicaments anti-inflammatoires. La prise de curcuma va donc permettre de réduire la fréquence et l’intensité des poussées arthrosiques sur le long terme, en limitant l’activation d’une protéine qui amorce l’inflammation et la destruction de l’articulation.Pour soulager le syndrome du colon irritable…

Ce syndrome qui touche en particulier les femmes pourrait être soulagé par la prise de curcuma pendant au minimum 8 semaines selon une étude pilote réalisée sur près de 200 personnes. Dans ce cas, recommandez également en parallèle une cure de probiotiques, à prendre à jeun le matin, pour réensemencer la flore intestinale.

Votre conseil pour optimiser son efficacité…

La curcumine n’étant que faiblement absorbée par l’organisme, vous devez conseiller en même temps d’autres substances qui améliorent sa disponibilité : la pipérine du poivre noir ou la bromélaïne de l’ananas. Recommandez également la consommation de cette épice ou des suppléments lors d’un repas contenant des graisses pour augmenter son absorption : huiles végétales pression à froid ou poissons gras. 

Voici deux anciens articles sur les compléments alimentaires qui peuvent aussi vous intéresser…

Quel magnésium pour notre santé ?

Comment choisir votre aloé verra

Compléments alimentaires : inefficaces, onéreux et dangereux

 

Quelques recettes alcalines et gourmandes avec du curcuma…

Cuisine alcaline : potage rustique au curcuma

Recette acido-basique : Cari légumes curcuma coco

Fricassée de fèves, pommes de terre au curcuma et poulpe en 2 façons

 

On en cause ?

Partagez vos avis ou expèrience dans la zone de commentaire en bas de cette page ! Merci d’avance ! 🙂

Sources :

Mallath MK, Taylor DG, Badwe RA, Rath GK, Shanta V, Pramesh CS, Digumarti R, Sebastian P, Borthakur BB, Kalwar A, Kapoor S, Kumar S, Gill JL, Kuriakose MA, Malhotra H, Sharma SC, Shukla S, Viswanath L, Chacko RT, Pautu JL, Reddy KS, Sharma KS, Purushotham AD, Sullivan R. The growing burden of cancer in India: epidemiology and social context. Lancet Oncol. 2014 May;15(6):e205-12.

Lao CD, Ruffin MT 4th, Normolle D, Heath DD, Murray SI, Bailey JM, Boggs ME, Crowell J, Rock CL, Brenner DE. Dose escalation of a curcuminoid formulation. BMC Complement Altern Med. 2006 M. ar 17;6:10.

https://retractionwatch.com/2018/09/04/cancer-journals-retract-10-papers…

Skiba MB, Luis PB, Alfafara C, Billheimer D, Schneider C, Funk JL. Curcuminoid Content and Safety-Related Markers of Quality of Turmeric Dietary Supplements Sold in an Urban Retail Marketplace in the United States. Mol Nutr Food Res. 2018 May 29:e1800143.

Schiborr C, Kocher A, Behnam D, Jandasek J, Toelstede S, Frank J. The oral bioavailability of curcumin from micronized powder and liquid micelles is significantly increased in healthy humans and differs between sexes. Mol Nutr Food Res. 2014 Mar;58(3):516-27.

Gota VS, Maru GB, Soni TG, Gandhi TR, Kochar N, Agarwal MG. Safety and pharmacokinetics of a solid lipid curcumin particle formulation in osteosarcoma patients and healthy volunteers. J Agric Food Chem. 2010 Feb 24;58(4):2095-9.

Santos-Parker JR, Strahler TR, Bassett CJ, Bispham NZ, Chonchol MB, Seals DR. Curcumin supplementation improves vascular endothelial function in healthy middle-aged and older adults by increasing nitric oxide bioavailability and reducing oxidative stress. Aging (Albany NY). 2017 Jan 3;9(1):187-208.

Cox KH, Pipingas A, Scholey AB. Investigation of the effects of solid lipid curcumin on cognition and mood in a healthy older population. J Psychopharmacol. 2015 May;29(5):642-51.

Santos-Parker JR, Lubieniecki KL, Rossman MJ, Van Ark HJ, Bassett CJ, Strahler TR, Chonchol MB, Justice JN, Seals DR. Curcumin supplementation and motor-cognitive function in healthy middle-aged and older adults. Nutr Healthy Aging. 2018 Jun 15;4(4):323-333.

McFarlin BK, Venable AS, Henning AL, Sampson JN, Pennel K, Vingren JL, Hill DW. Reduced inflammatory and muscle damage biomarkers following oral supplementation with bioavailable curcumin. BBA Clin. 2016 Feb 18;5:72-8.

Shin YA, Suk MH, Jang HS, Choi HJ. Short-term effects of Theracurmin dose and exercise type on pain, walking ability, and muscle function in patients with knee osteoarthritis. J Exerc Rehabil. 2017 Dec 27;13(6):684-692.

Small GW, Siddarth P, Li Z, Miller KJ, Ercoli L, Emerson ND, Martinez J, Wong KP, Liu J, Merrill DA, Chen ST, Henning SM, Satyamurthy N, Huang SC, Heber D, Barrio JR. Memory and Brain Amyloid and Tau Effects of a Bioavailable Form of Curcumin in Non-Demented Adults: A Double-Blind, Placebo-Controlled 18-Month Trial. Am J Geriatr Psychiatry. 2018 Mar;26(3):266-277.

Yamaguchi T, Yoneyama M, Onaka Y, Imaizumi A, Ogita K. Preventive effect of curcumin and its highly bioavailable preparation on hearing loss induced by single or repeated exposure to noise: A comparative and mechanistic study. J Pharmacol Sci. 2017 Aug;134(4):225-233.

Sasaki H, Sunagawa Y, Takahashi K, Imaizumi A, Fukuda H, Hashimoto T, Wada H, Katanasaka Y, Kakeya H, Fujita M, Hasegawa K, Morimoto T. Innovative preparation of curcumin for improved oral bioavailability. Biol Pharm Bull. 2011;34(5):660-5.

Kanai M, Imaizumi A, Otsuka Y, Sasaki H, Hashiguchi M, Tsujiko K, Matsumoto S, Ishiguro H, Chiba T. Dose-escalation and pharmacokinetic study of nanoparticle curcumin, a potential anticancer agent with improved bioavailability, in healthy human volunteers. Cancer Chemother Pharmacol. 2012 Jan;69(1):65-70.

Antony B, Merina B, Iyer VS, Judy N, Lennertz K, Joyal S. A Pilot Cross-Over Study to Evaluate Human Oral Bioavailability of BCM-95CG (Biocurcumax), A Novel Bioenhanced Preparation of Curcumin. Indian J Pharm Sci. 2008 Jul-Aug;70(4):445-9.

Al-Karawi D, Al Mamoori DA, Tayyar Y. The Role of Curcumin Administration in Patients with Major Depressive Disorder: Mini Meta-Analysis of Clinical Trials. Phytother Res. 2016 Feb;30(2):175-83.

Shoba G, Joy D, Joseph T, Majeed M, Rajendran R, Srinivas PS. Influence of piperine on the pharmacokinetics of curcumin in animals and human volunteers. Planta Med. 1998 May;64(4):353-6.

Khajuria A, Thusu N, Zutshi U. Piperine modulates permeability characteristics of intestine by inducing alterations in membrane dynamics: influence on brush border membrane fluidity, ultrastructure and enzyme kinetics. Phytomedicine. 2002 Apr;9(3):224-31.

Panahi Y, Khalili N, Hosseini MS, Abbasinazari M, Sahebkar A. Lipid-modifying effects of adjunctive therapy with curcuminoids-piperine combination in patients with metabolic syndrome: results of a randomized controlled trial. Complement Ther Med. 2014 Oct;22(5):851-7.

Kurd SK, Smith N, VanVoorhees A, Troxel AB, Badmaev V, Seykora JT, Gelfand JM. Oral curcumin in the treatment of moderate to severe psoriasis vulgaris: A prospective clinical trial. J Am Acad Dermatol. 2008 Apr;58(4):625-31.

Ringman JM, Frautschy SA, Teng E, Begum AN, Bardens J, Beigi M, Gylys KH, Badmaev V, Heath DD, Apostolova LG, Porter V, Vanek Z, Marshall GA, Hellemann G, Sugar C, Masterman DL, Montine TJ, Cummings JL, Cole GM. Oral curcumin for Alzheimer’s disease: tolerability and efficacy in a 24-week randomized, double blind, placebo-controlled study. Alzheimers Res Ther. 2012 Oct 29;4(5):43.

Sinha VR, Kumria R. Polysaccharides in colon-specific drug delivery. Int J Pharm 2001;224(1–2):19–38.

Krishnakumar IM, Ravi A, Kumar D, Kuttan R, Maliakel B. An enhanced bioavailable formulation of curcumin using fenugreek-derived soluble dietary fibre. J Funct Food 2012;4(1):348–57.

Marilyn S. Campbell, Adam J. Berrones, I.M. Krishnakumar, Richard J. Charnigo, Philip M. Westgate, Bradley S. Fleenor. Responsiveness to curcumin intervention is associated with reduced aortic stiffness in young, obese men with higher initial stiffness. Journal of Functional Foods, Volume 29, 2017, Pages 154-160, ISSN 1756-4646.

Pandaran Sudheeran S, Jacob D, Natinga Mulakal J, Gopinathan Nair G, Maliakel A, Maliakel B, Kuttan R, Im K. Safety, Tolerance, and Enhanced Efficacy of a Bioavailable Formulation of Curcumin With Fenugreek Dietary Fiber on Occupational Stress: A Randomized, Double-Blind, Placebo-Controlled Pilot Study. J Clin Psychopharmacol. 2016 Jun;36(3):236-43.

Cuomo J, Appendino G, Dern AS, Schneider E, McKinnon TP, Brown MJ, et al. Comparative

absorption of a standardized curcuminoid mixture and its lecithin formulation. J Nat Prod

2011;74(4):664–9.

Di Pierro F, Rapacioli G, Di Maio EA, Appendino G, Franceschi F, Togni S. Comparative evaluation of the pain-relieving properties of a lecithinized formulation of curcumin (Meriva(®)), nimesulide, and acetaminophen. J Pain Res. 2013;6:201-5.

Belcaro G., Cesarone M. R., Dugall M., Pellegrini L., Ledda A., Grossi M. G., Togni S., Appendino G. Product-evaluation registry of Meriva, a curcumin-phosphatidylcholine complex, for the complementary management of osteoarthritis. Panminerva Medica 2010 Giugno;52(2 Suppl 1).55-62.

Belcaro G, Dugall M, Luzzi R, Ledda A, Pellegrini L, Cesarone MR, Hosoi M, Errichi M. Meriva®+Glucosamine versus Condroitin+Glucosamine in patients with knee osteoarthritis: an observational study. Eur Rev Med Pharmacol Sci. 2014;18(24):3959-63.

Drobnic F, Riera J, Appendino G, Togni S, Franceschi F, Valle X, Pons A, Tur J. Reduction of delayed onset muscle soreness by a novel curcumin delivery system (Meriva®): a randomised, placebo-controlled trial. J Int Soc Sports Nutr. 2014 Jun 18;11:31.

Pia Allegri, Antonio Mastromarino, Piergiorgio Neri. Management of chronic anterior uveitis relapses: efficacy of oral phospholipidic curcumin treatment. Long-term follow-up. Clinical Ophthalmology. October 2010 Volume 2010:4 Pages 1201 – 1206.

Belcaro G, Hosoi M, Pellegrini L, Appendino G, Ippolito E, Ricci A, Ledda A, Dugall M, Cesarone MR, Maione C, Ciammaichella G, Genovesi D, Togni S. A controlled study of a lecithinized delivery system of curcumin (meriva) to alleviate the adverse effects of cancer treatment. Phytother Res. 2014 Mar;28(3):444-50.

Pastorelli D, Fabricio ASC, Giovanis P, D’Ippolito S, Fiduccia P, Soldà C, Buda A, Sperti C, Bardini R, Da Dalt G, Rainato G, Gion M, Ursini F. Phytosome complex of curcumin as complementary therapy of advanced pancreatic cancer improves safety and efficacy of gemcitabine: Results of a prospective phase II trial. Pharmacol Res. 2018 Jun;132:72-79.

Muglikar S, Patil KC, Shivswami S, Hegde R. Efficacy of curcumin in the treatment of chronic gingivitis: a pilot study. Oral Health Prev Dent. 2013;11(1):81-86.

Schneider A, Hossain I, VanderMolen J, Nicol K. Comparison of remicade to curcumin for the treatment of Crohn’s disease: A systematic review. Complement Ther Med. 2017 Aug;33:32-38.

Cunha Neto F, Marton LT, de Marqui SV, Lima TA, Barbalho SM. Curcuminoids from Curcuma Longa: New adjuvants for the treatment of crohn’s disease and ulcerative colitis? Crit Rev Food Sci Nutr. 2018 Mar 22:1-8.

Khajehdehi P, Pakfetrat M, Javidnia K, Azad F, Malekmakan L, Nasab MH, Dehghanzadeh G. Oral supplementation of turmeric attenuates proteinuria, transforming growth factor-β and interleukin-8 levels in patients with overt type 2 diabetic nephropathy: a randomized, double-blind and placebo-controlled study. Scand J Urol Nephrol. 2011 Nov;45(5):365-70.

Santos-Parker JR, Strahler TR, Bassett CJ, Bispham NZ, Chonchol MB, Seals DR. Curcumin supplementation improves vascular endothelial function in healthy middle-aged and older adults by increasing nitric oxide bioavailability and reducing oxidative stress. Aging (Albany NY). 2017 Jan 3;9(1):187-208.

Mazzolani F, Togni S. Oral administration of a curcumin-phospholipid delivery system for the treatment of central serous chorioretinopathy: a 12-month follow-up study. Clin Ophthalmol. 2013;7:939-45.

Hanai H, Iida T, Takeuchi K, et al. Curcumin maintenance therapy for ulcerative colitis: randomized, multicenter, double-blind, placebo-controlled trial. Clin Gastroenterol Hepatol. 2006;4(12):1502-1506.

Lang A, Salomon N, Wu JC, et al. Curcumin in combination with mesalamine induces remission in patients with mild-to-moderate ulcerative colitis in a randomized controlled trial. Clin Gastroenterol Hepatol. 2015;13(8):1444-1449 e1441.

 

Vendredi, c’est poisson ! ?

Les bienfaits des produits de la mer pour notre santé, même s’ils sont acidifiants, ne sont plus à prouver. Ils sont une source qualitative de protéines animales, leur chair est souvent moins acidifiante qu’une viande, et ils sont (entre autre) une excellente source d’iode, essentielle à la production et la régulation des hormones thyroïdiennes T3 (tri-iodothyronine) et T4 (tetra-iodothyronine). Dès la vie fœtale, ces hormones contrôlent les processus de croissance et de maturation cellulaire. Elles contribuent aussi au développement cérébral. Donc UN GROS OUI aux poissons et autres produits de la mer mais pas n’importe quand, n’importe comment, svp ! C’est tout l’enjeu de ce dossier !  😉

Pour mieux comprendre et mieux consommer…

Les poissons-poisons : danger, santé et environnement (article avec plusieurs guides dont 2 PDF en ligne, téléchargeables et imprimables)

5 idées recettes alcalines pour les accommoder…

Certaines peuvent être adaptées en fonction de la saison et du marché.

Recette alcaline : harengs doux, champignons, fruits et légumes

Recette acido-basique : tartare de harengs doux à la crème d’amande

Salade de légumes cuits et crus et maquereaux en 2 façons

Cuisine acido-basique : court-bouillon de poissons et compotée de légumes.

Recette acido-basique : Courge farcie aux poisson, fruits et légumes marinés de saison

Mes salades alcalines fleuries ! 

Fraîcheur, saveurs, atouts santé, bonne humeur et surtout…

couleurs dans vos assiettes ! 

😀

Les fleurs comestibles… voici une embellie qui met en appétit ! En plus d’être aromatiques et alcalines, les fleurs ont un effet surprise garantie sur les pupilles et font saliver les papilles. N’oubliez pas que l’on mange d’abord avec nos yeux ! Plus une salade nous fait envie, plus nous sublimons mentalement son goût et plus nous la savourerons. Attention ! On ne mise pas tout uniquement sur le visuel, hein !? On soigne aussi l’assaisonnement ! Bon app ! 😉

Dans ce dossier les fleurs comestibles utilisées sont faciles à se procurer, car elles ne sont pas rares. Une simple jardinière suffit à les cultiver et se pourvoir. Donc même si vous n’avez pas de jardin et que vous ne connaissez pas quelqu’un qui en possède… c’est possible et accessible ! Vous pouvez aussi en demander à votre fournisseur s’il pratique une agriculture biologique. 

Voici ma sélection de 7 recettes autour des fleurs comestibles et accessibles…

Cliquez ci-dessous sur la recette de votre choix pour aller la découvrir.

Marinade acido-basique fleurie

Salade de légumes cuits et crus et maquereau en 2 façons (recette classée 2nd dans un concours de blogueurs culinaires de 82 candidats)

Crudités alcalines douces et acidulé(e)s

Ciboule alcaline de betterave

Ma salade vitalité aux deux textures : fondante et croquante

Salade de jeunes pousses sauvages

Crudités et capucines

Fleur de courgettes farcie

 

Mes 30 recettes alcalines de printemps

 

Manger alcalin c’est aussi (et entre autre) tenir compte du biorythme de notre corps, donc des saisons, sur lesquelles il est calé depuis des millénaires. Nos besoins nutritionnels (malgré certaines constantes) varient en fonction des saisons. Cela remonte à des temps encore pas si lointain, à l’époque où l’agriculture (autrefois naturelle locale et vivrière) respectait les rythmes de la terre et de la nature sans chercher à nous fournir des fraises au mois de décembre. Aujourd’hui nous avons une nette tendance à perdre ces notions de saisonnalité et les repères permettant de les respecter. Pourtant, manger des cerises ou des concombres en hiver est un non sens ! Ils n’ont pas connus la terre (cultures hydropiques ou aéroponiques) ou ils ont reçus des accélérateurs de croissance et traitements chimiques sous serre, ou encore, ils viennent de l’autre bout de la planète. Les consommer est une hérésie tant sur le plan alimentaire et nutritionnel, qu’environnementale et planétaire !

Aussi, pour vous aider à manger des légumes de saison, voici ma sélection exclusive de 20 recettes alcalines de printemps, classée par légumes de saison.

Cliquez sur celle(s) qui vous intéresse pour aller la découvrir…

Assiette complète rapide à composer : 

Assiette alcaline complète

Plantes sauvages cueillies dans la nature : 

Recette alcaline : salade de jeunes pousses sauvages

Fougères en mayonnaise au pesto d’orties

Pilaf de quinoa au pesto et velouté d’orties

Multi-légumes de printemps : 

Jardinière de légumes et dinde marinée aux agrumes, cuite à basse température (recette chaude aux légumes de printemps)

Recette alcaline : 7 légumes sauce tahiné (recette froide aux légumes de printemps)

Cataplana : 

Cataplana de légumes et viande aux herbes

Cataplana de légumes aux saveurs asiatiques

Cataplana de légumes de saison

Crèmes de légumes : 

Crème aromatique de 5 légumes crus marinés

Crème de concombre à la noix de coco

Chou Kale : 

Salade alcaline poireau cru et chou kale marinés, légumes et légumineuses.

Asperges

Salade entre deux pour manger mieux

Rissolé de pommes de terre nouvelles aux-asperges vertes et oignons nouveaux

Blettes

Blettes et pommes de terre en sauce sésame et tomates

Côtes de blettes aux epices

Quinoa au pesto de feuilles de blettes et cardes aux 4 épices

Epinards

Velouté d’épinards, champignons, coco

Épinards aux épices et au chorizo bio

Salade composée aux 8 légumes

Recette alcaline de 7 légumes sauce tahiné

Pommes de terre

Pommes de terre au sesame, cumin, pavot, coriandre

Poivrons confits et pommes de terre

Saute alcalin de seiches et pommes de terre a l’ail et coriandre

Frites maison au four en un tournemain. (frites possibles avec tout légume racine aussi ! )

Fèves

Ma salade alcaline anti-fatigue

Fricassée de fèves, pommes de terre au curcuma et poulpe en 2 facons

Recette alcaline polyvalente de fèves et légumes

Câpres

Sauce aux câpres

À propos du sucre dans notre alimentation (dossier)…

Cliquez le ou les liens ci-dessous pour aller lire l’article qui vous intéresse.

Découvrez le fléau de tout type d’alimentation

Sucre, scandales et mensonges : 60 ans de manipulation enfin prouvés !

Sucres libres, jus et santé

Jus maison et santé : 7 conseils naturopathiques

Les desserts… source de plaisirs… délétères ou bénéfiques ?

Fruits : 12 idées reçues, erreurs à éviter, savoir choisir et comment consommer.

 

À propos du sucre et des cuissons…

Quel lien entre une cuisson et du sucre ? La glycation autrement appelée « réaction de Maillard », du nom de son « découvreur ».

Les produits de glycation avancés se dénomment AGE (Advanced Glycation Endproducts). Ce sont des substances issues de la réaction entre un sucre et des résidus de protéines qui peuvent aussi résulter de l’oxydation des graisses. A dose élevée, les AGE sont soupçonnés d’accélérer le vieillissement et d’augmenter le risque de certaines maladies. Les AGE sont présents en quantité importante dans notre corps. Une partie d’entre eux se forme directement dans l’organisme notamment lorsque le sucre sanguin est élevé, mais la majorité provient de notre alimentation

Lors de la cuisson, la réaction entre les sucres et les protéines alimentaires donne des AGE alimentaires.

En cuisine, ces réactions sont indispensables car ce sont elles qui donnent aux aliments leur couleur dorée et leur fumet appétissant. Là encore, pour apprendre à mieux choisir vos modes de cuisson, je vous invite à lire : 

Quel type de cuisson choisir pour notre santé

 

 

Les régimes alimentaires bénéfiques pour notre santé

le sont aussi pour notre planète  ! 

Si ce n’est pas de la symbiose ça, ça s’en approche…

Ça vous paraît juste être du bon sens ? Et bien…

Ce bon sens est désormais scientifiquement démontré !

 

Les régimes alimentaires pauvres en empreinte carbone sont bons pour notre santé et celle de la planète. L’alimentation alcaline ou acide-base avec une consommation d’aliments entre autres issus de filières de proximité est bénéfique pour notre planète et nous-mêmes. Les enjeux sont sérieux et la recherche s’y intéresse.

Le 24 janvier 2019, une équipe de chercheurs publiait une recherche dans laquelle a été examiné pour la première fois l’empreinte carbone de régimes alimentaires quotidiens. Une enquête menée sur plus de 16 000 Américains. 

Ils ont constaté une réelle corrélation : les régimes alimentaires les plus respectueux du climat sont également les plus sains.

Ces résultats ont été publiés en janvier 2019 dans la revue American Journal of Clinical Nutrition etrésonnent avec un rapport récent de la Commission EAT-Lancet dont les conclusions définissent un régime du futur.

Alors… votre « régime alimentaire »  est-il polluant ?

Lorsque manger pollue…

Une étude de la Tulane University (États-Unis) examine l’empreinte carbone de ce que plus de 16 000 Américains consomment chaque jour, pour l’environnement.

Cette recherche est la 1ère à comparer l’impact sur le climat et la valeur nutritionnelle des régimes alimentaires en utilisant des données réelles sur ce que les Américains disent manger. 

Les personnes dont le régime alimentaire réduisait l’empreinte de carbone consommaient moins de viande rouge et de produits laitiers, et consomment des aliments plus sains comme la volaille, les céréales complètes et des végétaux.

Or, si vous mangez déjà alcalin, vous reconnaissez bien ce type de choix alimentaires salutaires. Si en plus vos aliments sont bio et locaux, vous faites déjà partie de la solution pour l’avenir de la planète ! Super !

Rappel :la production de viande rouge et les produits laitiers contribuent à une plus grande part des émissions de gaz à effet de serre, sont hydrophages et sont riches en graisses saturées néfastes pour nos organismes.

Production alimentaire et changement climatique

La production alimentaire est un facteur majeur de changement climatique. Les chercheurs ont donc souhaité en savoir plus sur les conséquences des choix alimentaires quotidiens des Américains ayant participé à cette étude.

Le protocole de l’étude :

Pour cela, ils ont construit une vaste base de données sur les émissions de gaz à effet de serre liées à la production d’aliments et l’ont corrélée à une large enquête qui demandait aux gens ce qu’ils mangeaient sur une période de 24 heures.

Les chercheurs ont classé les différents réponses sur les choix alimentaires de ces personnes en fonction de la quantité d’émissions de gaz à effet de serre générée pour 1 000 calories consommées. Ils ont créé 5 groupes égaux. Puis, ils ont évalué la valeur nutritionnelle des aliments consommés dans chaque régime, en utilisant un indice spécifique pour classer et mesurer la qualité des aliments consommés dans ces groupes pour hiérarchiser les choix alimentaires qui possèdent les impacts des plus faibles aux plus importants.

Résultat :

Les résultats sont sans équivoques : l’indice de mesure a permis d’établir un lien direct entre l’empreinte carbone la plus faible et le régime alimentaire le plus sain.

Bémol : toutefois, ces régimes contenaient encore malgré tout des éléments peu sains, à savoir les sucres ajoutés et les céréales raffinées. 

Réflexion : cela laisse imaginer la faiblesse de l’impact environnemental d’une personne qui mange alcalin au quotidien ! 😉

Les régimes alimentaires du groupe d’impact le plus faible…

Globalement, les personnes avec des régimes alimentaires sains du groupe ayant le plus faible impact sont en meilleure santé, mais présentent aussi une plus faible quantité de nutriments importants (comme le fer, le calcium et pour certains la vitamine D probablement à cause de la diminution de la consommation de viande et de produits laitiers) sans pour autant être carencés.

Les chercheurs expliquent que ces régimes sont complexes et que de nombreux ingrédients influencent la qualité nutritionnelle et les impacts environnementaux. Ceci explique la relation nuancée observée entre ces résultats.

Les régimes alimentaires du groupe d’impact le plus élevé…

5 fois plus d’émissions de gaz à effet de serre(emprunte carbone) que celles du groupe dont l’impact est le plus faible. 

Les régimes à impact les plus élevés comportaient les plus grandes quantités de viande (bœuf, veau, porc et gibier), de produits laitiers et de matières grasses solides pour 1 000 calories consommées, que les régimes à faible impact. 

Enfin, de façon générale, les régimes à fort impact étaient davantage concentrés en aliments à base de protéines animales. 

Les auteurs espèrent que la recherche aidera le public et les décideurs politiques à reconnaître que l’amélioration de la qualité de l’alimentation peut également aider l’environnement.

Conclusion : la fin d’une utopie ! 

Il n’est plus aujourd’hui utopiste de croire que l’on peut avoir des régimes alimentaires plus sains et de réduire nos émissions liées à l’alimentation.

Ma façon de manger et de consommer et celle que je préconise ici correspond en tout point à cette progression bénéfique et éthique.

Les proportions consommées d’aliments à emprunte carbone élevée sont si faibles en alimentation alcaline qu’elles minimisent leur impact néfaste pour notre santé et celle notre environnement. Pourrait-on dire que manger alcalin et local est neutre ??? (pardon je n’est pas pu résister):-D Pas totalement mais on en est proche ! Bien plus qu’avec un régime alimentaire omnivore (et souvent trop carné) traditionnel.

Adopter une alimentation alcaline est un comportement alimentaire non évictif qui n’exige pas de changements extrêmes ni l’élimination complète de tout ou partie des aliments consommés habituellement, y compris des aliments dont l’emprunte carbone est élevée comme les produits d’origine animale ou des céréalières. 

Si vous mangez alcalin, vous faites donc davantage partie de la solution que du problème pour vous-même et pour notre planète.

Je vous invite à lire cet autre article scientifiquement sourcé sur ce thème :

Manger utile pour soi, sa santé et celle de notre planète

Sources :

« Study : Lower-carbon diets aren’t just good for the planet, they’re also healthier », 24 janvier 2019

« Healthy diets for a healthy planet »

The American Journal of Clinical Nutrition, Volume 99, Issue 6, 1 Juin 2014

 

P’tit déj, vous avez dit p’tit déj ?

Moi je dis « Grand déj » ! 🙂

 

Tout commence au levé, au levé du soleil, à votre levé, après votre nuit de sommeil… vous êtes à jeun… votre organisme à bossé à votre insu toute la nuit pour digérer le dîner et effectuer une « maintenance » et des « réparations » nécessaires pour vos fonctions vitales et là, précisément, vous le remerciez en lui proposant (encore à votre insu et souvent par méconnaissance) tout, absolument tout ce dont… il n’a pas besoin du tout ! 😮

La plupart du temps, cela se traduit par des produits excitants, ou sucrés et/ou salés comme :

• des céréales (type corn flakes, miel pops et compagnie = sucres libres et rapides, galettes de riz ou autres céréales soufflées = sucres libres et rapides),

• viennoiseries (brioches, croissants, pains au lait, pains au chocolat, pan cakes, pains aux raisins, etc = sucres + mauvaises graisses + produits laitiers+ farines blanches ultra-raffinées),

• baguette (pain blanc à base de farine hyper-raffinée = sucre + sels+ pesticides et insecticides si baguette non bio),

• jus d’orange industriel (pressé ou pire tout prêt ou à base de concentré  = sucres libres sans vitamines puisque ayant subi une pasteurisation-idem pour les jus multifruits), 

• jus d’orange pressé maison ( sucre libre rapide, perte rapide de vitamines au bout de 2 mn, peu de fibres)

• café ( caféine excitante + sucre libre si vous le sucrez),

• thé (théine  excitante + sucre libre si vous le sucrez),

• lait (sucre + protéines)

Je pourrais malheureusement continuer cette liste d’aliments néfastes et acidifiants longuement ! Et je ne parle pas de ceux et celles qui « attaquent » la journée par une clope ou un verre d’alcool ou pire…  Ce n’est pas attaquer sa journée, c’est juste s’attaquer soi-même ! 🙁

OoOoh… ne culpabilisez pas ! D’une part ça ne sert à rien, d’autre part nul n’est sensé tout savoir !

C’est pour cela que je vous informe, car tout comme j’ai connu ces petits déjeuners « croche pied nutritionnel à soi-même » ! Je vous propose donc ce dossier pour prendre conscience des hérésies alimentaires que nous nous infligeons (souvent par ignorance) dès le matin et des solutions pour en sortir.

Les bénéfices ? Plus de fringales, plus d’hypoglycémie, plus de coups de mou ! Une meilleure énergie et plus de bonne humeur, de concentration, d’entrain, de vitalité…

Ça vous dit ?

Alors… cliquez sur les liens et allez découvrir ce que devrait être le « GRAND DEJEUNER » de la journée ! 😉

Et aussi des solutions…
Quelques recettes de petits déjeuners alcalins équilibrés qui correspondent à nos besoins matinaux : 
Laissez-moi un avis dans les commentaires sous les vidéos, s’il vous plaît ! Merci d’avance !  😉
Et c’est pas fini ! 😉
Voici un lien vers d’autres vidéos d’une de mes playlists disponibles sur la chaine You Tube de Bouchées Doubles dans laquelle vous trouverez d’autres conseils d’experts en nutrition sur nos besoins aux petits déjeuners et sur l’alimentation santé en général !
Vous verrez, il y a des fondamentaux et des variantes mais nos besoins physiologiques de base restent les mêmes ! 
Bonne découverte ! 

On en cause ? 

Partagez votre avis, vos questions ou votre expérience personnelle dans la zone de commentaire en bas de cette page. Merci d’avance  et bon week-end !  

 

 

Cultivez votre santé

Comment manger alcalin éthique et durable

*** Cliquez sur l’image ci-dessous pour aller le découvrir ! ***

***DISPONIBLE !***

Cliquez ici pour voir l'image et le livre Cultivez votre santé, s'ils ne s'affichent pas
Cultivez votre santé : mon premier livre complet disponible en format papier et numérique (epub et kindle). Il s’adapte à toutes les tablettes et smartphones ! Cliquez sur l’image pour aller le découvrir sur la page « Livres et ebook – Bouchées Doubles »

 

ET C’EST PAS FINI ! ! !

IL Y A AUSSI…

D’autres articles et dossiers exclusifs publiés antérieurement qui peuvent aussi vous intéresser ci-dessous sur cette page. Bonne découverte ! 🙂

Liste des articles et dossiers qui suivent : 

  • La pyramide alimentaire de l’alimentation alcaline
  • Comment faire une assiette complète et équilibrée (publié le 04/01/2019)
  • Gros plan sur les minéraux essentiels alcalinisants(01/01/19)
  • Dossier pour un Noël plus alcalinisant (publié le 07/12/18)
  • Les abonné(e)s ont la parole (publié le 16/11/18)
  • Dossier : Des crudités même en hiver !? (publiée 23/11)
  • Mon dossier autour des crucifères (publié le 09/11)
  • Mon dossier sur la nutrition (publié le 24/08)
  • La synthèse de vos réponses au sondage sur le contenu du livre
  • Le Bonus (les lecteurs et lectrices prennent la parole)
  • Le programme de ma formation multimédia en ligne (en cours de concrétisation)`

 

Pyramide alimentaire de l’alimentation alcalinisante

 

 

 

Comment faire une assiette alcaline complète et équilibrée

Comme je l’explique souvent, il est important en alimentation alcaline de manger absolument de tout en respectant juste les proportions appropriées pour favoriser notre équilibre acido-basique. Pas question de bannir les aliments acides mais donc de les doser ! 🙂 De plus, il est important de composer des repas ou des assiettes complètes qui incluent des aliments crus et cuits. En effet, ceux-ci sont complémentaires car ils ne possèdent pas les mêmes bienfaits pour nos organismes, notre digestion et leur assimilation.

Les idées recettes de cette assiette alcaline complète ne dérogent pas à ces préconisations importantes. Ces dernières, si on les respecte, créent une réelle différence au long terme sur la prévention santé par une alimentation naturelle, saine et équilibrée, sans risques de carences ou de risques sanitaires.

Pourquoi toujours du cru et du cuit ?

Voici les raisons fondamentales…

  • Le cru est plus riche en apport en micronutriments (enzymes alimentaires, vitamines, antioxydants, minéraux) mais est moins digestible.
  • Le cuit est appauvri en micronutriments par la cuisson mais est plus digestible.
  • Le cru est sujet au développement des germes et bactéries.
  • Le cuit détruit les germes et les bactéries.
  • L’ingestion du cru prépare l’ingestion de cuit dans l’organisme.
  • L’ingestion du cuit rend plus digestibles les aliments crus et plus assimilables leurs nutriments.
  • Le cru et le cuit permettent de varier les couleurs, les saveurs et les textures d’une assiette ou lors d’un repas et cette variété stimule notre appétence, nos papilles et permet d’atteindre plus facilement un sentiment de satiété précieux pour ne pas trop manger.

Bien sûr, s’ajoutent à ces avantages le fait de cuisiner des légumes de saison qui nous apportent exactement les nutriments qui nous sont nécessaires au moment de l’année où nous en avons vraiment besoin.

Les atouts santé des recettes alcalines complètes sont :

  • Un « allié digestif » : leurs fibres (crues et cuites) facilitent la digestion et ont un bon impact sur le sentiment de satiété.
  • Source d’antioxydants : bêta carotène, lutéine, xéaxanthine, sésamine, omégas 3,
  • Excellente source de vitamineA, elle vous apportera aussi les vitamines B1, B2, B5, B6, B9, B12, K et C.
  • Source de minéraux : manganèse, fer, cuivre, zinc, phosphore, magnésium, potassium, calcium, silicium
  • Source de bons gras pour l’organisme

A propos de l’indice PRAL des recettes d’assiettes alcalines complètes…

  • C’est l’indice de référence mis au point scientifiquement et devenu l’outil de calcul de la mesure acido-basique d’un aliment.
  • PRAL signifie Potential Renal Acid Load (potentiel acidifiant reinal ) C’est un indice exprimé en milliéquivalent pour 100 g(mEq/100g).
  • L’indice PRAL de cette recette est basique car les aliments majoritairement utilisés sont alcalinisants à 70%. Donc la proportion d’aliments acides (30 % maximum) n’est fait pas basculer l’ensemble des recettes vers un indice PRAL acide pour notre métabolisme.
  • Pour aller plus loin…et mieux connaître l’indice PRAL, cliquez sur ce lien : 5 points pour tout savoir sur le PRAL

Paré(e)s pour cuisiner ? Super ! 🙂

Recommandations

Si vos légumes sont bio…

Ils sont plus riches en micronutriments, donc plus rassasiants. Pour en bénéficier au maximum, ne les épluchez pas. Contentez-vous de les rincer. Vous conserverez jusqu’à 25 % de leurs micronutriments en plus.

Si vos légumes ne sont pas bio…

Ils sont moins riches en micronutriments, donc moins rassasiants. Lavez-les et épluchez-les afin de minimiser vos ingestions de fongicides, pesticides et insecticides.

Quelques idées d’assiettes alcalines complètes :

Idée cuisine alcaline : un repas alcalin complet et équilibré

Repas alcalin : idée d’assiette composée complète

Assiette alcaline express en 5 mn

Repas alcalin complet en vidéo pas à pas (vidéo)

Dal Bhat népalais, l’Himalaya dans votre assiette !

Tartare de rougets, mangues, avocats, coco, marinés.

Repas alcalin de 5 recettes pour votre équilibre acido-basique !

Repas alcalin complet !

 

Quelques sources pour aller plus loin dans la compréhension de l’importance d’allier du cru et du cuit dans un repas chaque fois que c’est possible :

Un excellent article issu d’une expérience vécue sur les risques de ne manger que cru : http://deboncru.com/risques-alimentation-vivante/

Un article avec de nombreux liens qui tente de faire le tour de la question entre cru et cuit :

https://www.ca-se-saurait.fr/2013/12/11/jai-teste-pour-vous-devenir-crudivore/

Un article sur les dangers des aliments crus :

https://www.futura-sciences.com/sante/questions-reponses/nutrition-manger-cru-bienfaits-dangers-aliments-crus-3103/

Un article sur la problématique du choix entre cru et cuit :

https://www.docteurnature.org/cru_meilleur_sante/

L’approche diététique chinoise (chaud, froid, cru, cuit, doux, amer, neutre etc…) :

https://www.alimentarium.org/fr/magazine/nutrition/yin-et-yang-en-cuisine

Pour aller plus loin…

Et connaître les atouts santé du Kefir, sa préparation et une recette de sauce au Kefir, je vous invite à lire : sauce au kefir et aux noix

On en cause ?

Cette chronique vous a-t-elle été utile ? Votre avis est important pour améliorer la qualité du contenu du blog. N’hésitez pas à laisser votre avis ou votre expérience en bas de page dans la zone de commentaires. Merci d’avance ! 🙂

 

Les minéraux essentiels alcalinisants

 

 

Temps de lecture estimé : 5 mn

 

Pourquoi ce dossier ?

Depuis presque 1 an, que ce soit lors de mes conférences, de mes ateliers alcalins ou de mes suivis individuels (en ligne ou présentiel(le)s, je suis ou rencontre des personnes désireuses de se faire aider pour gagner du temps dans leurs transitions vers une hygiène de vie alcaline et saine. Or, les questions que ces dernières me posent traduisent souvent certaines lacunes ou erreurs dans la compréhension du rôle de certains micronutriments dans notre santé, notamment concernant les minéraux essentiels les plus présents dans les aliments. Pour tenter d’y remédier, voici donc un « focus » axé sur le potassium, le magnésium et le calcium.

J’ai arbitrairement choisi de faire ici un focus sur 3 minéraux alcalinisants et essentiels à notre équilibre acido-basique, notre santé et notre vitalité. Il m’a fallu faire ce choix et du tri car leurs rôles sont vastes et complexes, au point de pouvoir en faire de nombreux articles ! J’ai privilégié volontairement sur cette page, le développement du contenu concernant le calcium. Ainsi, les lectrices et lecteurs pressés pourront « scanner » les informations importantes. Quant à celles et ceux qui en ont le temps, vous pouvez cliquer sur les liens disponibles et aller découvrir des compléments d’informations.

 

1.1     Gros plan sur le Potassium…


Ce minéral essentiel alcalin est extrêmement utile pour notre santé !


Compte tenu de son importance dans de nombreuses réactions biochimiques de notre organisme, il est impératif de s’en pourvoir par notre nourriture. Il exerce des fonctions similaires à celles de sodiumà l’extérieur de la cellule, il permet d’ajuster notre équilibre acido-basique, la rétention d’eau, l’excitabilité neuromusculaire et le rythme cardiaque. Une carence en potassium peut être causée par une alimentation pauvre en légumes et fruits et par l’administration excessive de certains médicaments.


Pour en savoir davantage sur le potassium, je vous invite à lire cet article : Potassium contre hypertension… les bienfaits sont prouvés !

 

1.2    Gros plan sur le magnésium…

Le magnésium est un minéral alcalin essentiel pour notre métabolisme et notre équilibre acido-basiqueparce qu’il intervient dans plus de 300 réactions enzymatiques*indispensables dont la production d’énergie.

 

Le magnésium est apporté par l’alimentation à hauteur moyenne de : 120 mg de magnésium pour 1000 calories – kcal ingérées.

 

Or, dans les situations de stress, notre organisme cherche à réguler le désordre et les dysfonctionnements enzymatiques* occasionnés en allant puiser davantage dans nos réserves disponibles en magnésium, jusqu’à parfois les épuiser. 

Pour aller plus loin et en savoir plussur le magnésium, je vous invite à lire : Quel magnésium pour notre santé ?

 

L’importance des enzymes…

En faisant cela, il cherche à maintenir un pH sain, viable et stable (balance ou équilibre acido-basique) nécessaire et indispensable au bon fonctionnement de nos enzymes métaboliques (intracellulaire) et digestives (extracellulaires).

Car sans ces enzymes, toute fonction prendrait des jours et des jours pour s’accomplir. Les aliments naturels nous fournissent aussi des enzymes alimentaires qui facilitent la digestion et préservent notre potentiel enzymatique.

*Fonctions des enzymes : les enzymes ont pour mission d’accélérer (catalyser) des millions de fois les réactions chimiques dans les organismes vivants. Il existe un grand nombre d’enzymes spécifiques qui jouent un rôle important dans les processus physiologiques (digestion, conduction nerveuse, synthèse d’hormones, etc.) …

Pour aller plus loin et en savoir plus sur les enzymes, n’hésitez pas à aller lire : Le rôle des enzymes

 

1.3     Gros plan sur le calcium…

C’est un minéral hautement alcalinisant, important pour notre squelette et notre équilibre acido-basique. Les lobbies essaient depuis 30 ans de nous persuader que les produits laitiers sont « nos amis pour la vie ». Le tout, relayé par les allégations  officielles qui nous les vendent comme la principale et indispensable source pour notre bonne santé, la solidité et la croissance du squelette dès l’enfance. Or avec le recul et plusieurs années de recherches scientifiques plus tard, on s’aperçoit qu’il n’en est rien. Un point sur le mythe du calcium éclairé par de nombreuses publications scientifiques disponibles sur ce sujet depuis 1961 …

D’après les sources officielles, nos besoins journaliers en calcium sont élevés :

  • 500 mg/jour pour un jeune enfant
  • 900 pour un adulte  
  • 1200 pour un adolescent une personne âgée, une femme enceinte ou allaitante

 

Ces calculs paraissent rigoureux et crédibles, mais en réalité, personne ne sait réellement de combien de calcium nous avons besoin. 

 

Comment les besoins en calcium sont-ils calculés ?

Des études dites « d’équilibre calcique », ont tenté de déterminer le niveau auquel la quantité de calcium consommée est égale à la quantité éliminée. Jusqu’au milieu des années 1970, un adulte devait recevoir environ 550 mg de calcium par jour pour que cet équilibre soit assuré. Valeur retenue en 1992 par les scientifiques européens.

Pour s’assurer que 97,5 % de la population européenne consommerait bien ces 550 mg de calcium, il a été fixé à cette époque au niveau européen un apport conseillé de 700 mg de calcium par jour. Dans ces études était négligé qu’un peu de calcium quitte le corps par la peau (environ 40 mg/j). Des chercheurs ont alors calculé que pour compenser ces 40 mg de calcium supplémentaires, il faut consommer chaque jour 200 mg de calcium alimentaire en plus des 550 déjà estimés.

Lorsqu’on prend une marge de sécurité statistique pour s’assurer que 97,5 % de la population recevra bien 750 mg de calcium par jour, on parvient à des apports nutritionnels conseillés en calcium compris entre 800 et 1 000 mg par jour.

 

Ce qu’on ne nous dit pas ! 

L’un des mensonges par omission au sujet des apports conseillés en calcium, c’est que les besoins réels varient considérablement selon le mode de vie.

Il est absurde de donner ces chiffres comme le font les autorités sanitaires et les nutritionnistes en culpabilisant celles et ceux qui ne consommeraient pas le niveau d’apport préconisé. Ces chiffres sont largement influencés par les lobbies laitiers.

Plus on mange de protéines animales, plus on élimine de calcium :

1 g de protéines animales ingérée (acide) = environ 1 mg de calcium dépensé (base).

Lorsqu’on multiplie par deux la consommation de protéines animales (de 35 à 78 g/j), le calcium éliminé dans les urines augmente de 50 %.

Plus on mange de sel, plus on perd du calcium :

1 g de sodium (soit 2,5 g de sel) = 15 mg de calcium dépensé (base).

Ces mouvements sont largement liés à l’acidification générée d’un côté par les groupes soufrés des protéines, synthétisées en acide sulfurique, et de l’autre par le chlore du sel à l’origine de la synthèse d’acide chlorhydrique.

Les céréales sont également très acidifiantes :

On ne sait pas précisément si elles engendrent une fuite de calcium, mais la probabilité est forte pour que ce soit le cas.

Concrètement, cela signifie simplement qu’avec un régime alimentaire moins acidifiant, on peut se contenter de consommer un peu de calcium chaque jour sans mettre son squelette en danger.

Rassurez-vous (si toutefois vous étiez inquiet(e)s), la biodisponibilité du calcium est plus importante dans les légumineuses que dans le lait de vache dont les lobbies et les ministères de la santé essaient de nous « fourguer « (et y parviennent souvent) depuis des décennies. Il y est présent en belle quantité (c’est loin d’être négligeable) et on l’assimile mieux.

 

Le calcium des produits laitiers (acidifiants) est peu assimilable…

Le calcium est effectivement présent en grande quantité dans les produits laitiers. Ce que l’on omet de dire cependant, c’est que seulement 30 % environ de cette quantité est assimilable par l’organisme.

Exemple: 1 L de lait (1000 g) apporte environ 1200 mg de calcium dont 32 % sont absorbés, soit environ 380 mg de calcium net. 

 

Le calcium végétal est 2 fois mieux assimilé…

La quantité disponible est assimilée par notre organisme à hauteur de 50 à 70 %. 

Exemple : 120 g de chou chinois apporte 133,5 g de calcium net.

 

Quelle consommation de calcium pour couvrir nos besoins quotidiens ?

1 ou 2 sources alimentaires riches en calcium, des quantités suffisantes de protéines végétales, des quantités moins importantes de sel, nous avons la quasi-certitude de couvrir nos besoins en calcium.

L’alimentation alcaline est par ces proportions d’aliments acidifiants et alcalinisants, à la fois une source de calcium végétal, de vitamine D3 et de potassium. Elle contribue à pourvoir notre organisme en calcium et évite à celui-ci d’aller puiser dans ses réserves en affaiblissant notre squelette.

Les végétaux les plus riches en calcium sont :

  • Tous les choux : chinois, kale, vert, blanc, frisé, chou-rave, chou rouge, chou-fleur et brocolis.
  • Les salades : cresson, pissenlits, laitues, chicorées, endives, etc.
  • Les herbes aromatiques : surtout le persil et les algues.
  • Les légumineuses : essentiellement le tofou, les haricots secs et les pois chiches.
  • Les fruits secs : figues, pruneaux, abricots. 
  • Les graines et les céréales : quinoa, avoine, sarrasin, amarante.
  • Les fruits(jusqu’à 40 à 200 mg pour 100 g) : kumkat, cassis, pastèque, orange, etc. 

Pour aller plus loin et en savoir plus sur le calcium, je vous invite à lire : calcium végétal : le plus bénéfique pour notre santé

On en cause ?

Cette article vous est-il utile ? Partagez vote expèrience et/ou votre avis dans la zone de commentaires en bas de cette page. Merci d’avance ! 🙂

 

Dossier pour un Noël plus alcalinisant…

Noël… que ça plaise ou non (pour moi c’est non), les fêtes de fin d’années sont un marqueur de l’existence. Il est difficile de le nier et/ou de s’y soustraire ! Alors comment faire en sorte que le marathon traditionnel culinaire, avec sa folle farandole d’inévitables gaveries de denrées souvent trop carnées, trop riches en sucres, sels et mauvais gras, ne défile ? Demander une dispense à son médecin ? Pas sûr que cela fonctionne ! 😀

En revanche, il y a moyen de s’entourer de quelques précautions simples pour prévenir (c’est beaucoup plus exaltant que guérir ! ), pallier ou compenser. C’est justement l’objet de ce dossier dans lequel vous allez trouver de nouvelles idées culinaires et des astuces pour mieux digérer vos repas de fêtes ! 🙂

 

Décryptage nutritionnel : 5 produits phares des réveillons (comprendre les enjeux nutritionnels de ce qu’on absorbe)

Pour un repas de fêtes sain et extra-ordinaire ! (billet d’humeur + 28 idées culinaires et alcalines qui changent)

Repas de fêtes : tout savoir pour mieux encaisser les excès !  (avant)

Repas de fêtes… se préparer pour mieux encaisser les excès ! (pendant)

Détox : repas de fêtes… 3 conseils pour mieux éliminer vos excès !(après)

 

Les abonné(e)s ont la parole….

LORSQUE VOUS VOUS EXPRIMEZ DANS MON QUESTIONNAIRE…

HEU… JE N’AI PAS PU METTRE TOUS VOS RETOURS ET JE VOUS PRIE DE BIEN VOULOIR M’EN EXCUSER. 

JE VOUS LAISSE DÉCOUVRIR LES RAISONS POUR LESQUELLES JE VOUS ADRESSE UN GRAND MERCI ! 🙂

Et vous ?

Avez-vous envie de réagir ? N’hésitez pas à partager vos retours d’expérience avec Bouchées Doubles en bas de cette page, dans la zone de commentaires ! Merci d’avance. 🙂

 

Des crudités même en hiver !?

Savoir varier les associations, les textures, l’assaisonnement donc les saveurs de vos crudités c’est vous aider, voire vous assurer d’en manger toute l’année sans jamais vous lasser ! À la maison c’est ce qui se passe, y compris avec une ado de 17 ans qui y a pris goût et qui parfois se prépare elle même ses crudités lorsqu’elle estime ne pas en avoir assez mangé. Depuis 6 ans, ma belle fille, ma femme et moi-même, traversons les hivers en bonne santé et bonne forme. 

Privilégiez les féculents, notamment les légumes secs (lentilles, haricots blancs, flageolets, pois cassés…) qui sont très rassasiants, riches en protéines et glucides à index glycémique bas. Les pommes de terre, les pâtes complètes, le riz… bien qu’acidifiants et nécessitant de gérer leurs proportions dans nos menus pour favoriser notre équilibre acido-basique , permettent d’avoir un bon apport. Vous pouvez les ajouter froids ou tièdes à vos crudités, comme vous le verrez dans certaines de mes recettes proposées ci-dessous.

Privilégiez les fruits et légumes de saison pour leur apport en fibres (équilibrer le transit), en antioxydants (maintenir l’intégrité cellulaire : Béta-carotène, vitamines C et E, Sélénium, Zinc, Cuivre), en éléments alcalins (équilibrer le terrain acido-basique qui a tendance à fléchir vers le côté acide à cause de la sédentarité, du manque d’aliments crus ou de l’effort pour les sportifs : calcium, phosphore, magnésium, manganèse, potassium, sodium…), en vitamines du groupe B (intervenant au niveau des métabolismes énergétique, glucidique, protéique, lipidique…).

 

Dans ce groupe riche en couleurs et au niveau nutritionnel, favorisez la consommation (liste non exhaustive):

  • Ananas (Potassium, Manganèse, Sodium, provitamine A, vitamines B…)
  • Avocat (Vitamine E…),
  • Banane (Potassium…),
  • Carotte (Béta Carotène…),
  • Citron (Vitamine C…),
  • Kiwi (Vitamine C…),
  • Oignons (Potassium, Phosphore, Calcium, Sélénium,…),
  • Orange (flavonoïdes, Vitamine B1, C), Pamplemousse (Vitamine C…)
  • Papaye (flavonoïdes, caroténoïdes, Vitamines B, C, Potassium, Calcium, Magnésium, Phosphore),
  • Pomme de terre (Vitamine C, Potassium…),
  • Radis (Potassium, Vitamines B, caroténoïdes…),
  • Poireau, Potiron, Céleri, Fenouil, Panais, Blettes, Salsifis, Topinambour, Choux, Betterave, Pomme, Poire, Châtaigne, Noix, Navet…

18 idées recettes alcalines de crudités à base de légumes (et parfois de fruits) de saison : 

Salade express en 7 mn

Millefeuille de betterave et crudités en 10 mn

Recette alcaline facile, réversible et adaptable

Coselaw « customisé »

Salade aux 7 légumes d’hiver

Ciboule alcaline de betterave et poivron aux épices et jus d’agrume

7 légumes de saison en 3 façons alcalines et gourmandes

Ma salade « jamais malade », un délice aux 10 légumes et fruits !

Salade aux 9 légumes et sa sauce épicée au jus d’agrumes

Recette acido-basique : Chou rouge, pommes et oléagineux

Mon gâteau aux probiotiques maison

Recette alcaline : ma salade santé pour le foie

Recette alcaline : marinade de fenouil

Recette acido-basique : Chou rouge, pommes et oléagineux

Salade alcaline multicolore et multivitaminée

Recette alcaline : spéciale calcium végétal

Salade composée aux 8 légumes

Recette alcalinisante et antioxydante : La Croquante

Pour aller plus loin…

Et trouver plein d’idées de sauces alcalines en plus de celles des recettes pour varier les saveurs, je vous invite à découvrir les 25 idées de sauces saines sur la page « MiaM ! Toutes les recettes »

On en cause ? 

Et vous ? Mangez-vous des crudités toutes l’année même en saison froide ? Partagez votre expèrience dans la zone de commentaires en bas de cette page. Merci d’avance ! 🙂

 

Mon dossier autour des crucifères :

Le crucifère est un allié santé toute l’année et particulièrement en automne et hiver ! Encore faut-il pouvoir le digérer et varier les façons de l’accommoder pour ne pas s’en lasser ! Vous êtes nombreux et nombreuses à ne plus savoir que faire de vos crucifères. C’est justement pour vous donner des idées culinaires que je vous propose ce dossier en exclusivité sur votre page abonné(e)s. Voici 17 idées de recettes alcalines, toutes plus chou les unes que les autres ! Bonne découverte et bon app ! MiaM ! Cultivons et nourrissons notre santé ! Bon week-end et bonne cuisine à tou(te)s ! 🙂

Le chou nous chouchoute : Les crucifères… leurs atouts santé… les raisons d’en manger.

Les 17 recettes : 

Chaudes…

Potée au chou (NB : Ma première proposition de recette en créant Bouchées Doubles. Historique ! 🙂 Mais attention ! Comme d’habitude, cette recette n’est alcaline que si l’on dose les proportions de saucisses et lard par rapport aux végétaux).

Sauté de chou tête et de courge ( Celles-ci et les 2 qui suivent correspondent à mes débuts e rédaction sur le blog et en photo culinaire)

Sauté alcalinisant aux 4 légumes

Cocotte alcaline épicée de têtes de choux et légumes racines

Recette acido-basique : Curry de courge, chou, raisins et riz basmati

Cuisine acido-basique : cataplana de légumes aux saveurs asiatiques.

Recette alcaline : wok asiatique aux 2 choux chinois

Velouté de chou fleur alcalin aux 4 épices en 5mn

Soupe alcaline dépurative

Froides…

Coselaw « customisé »

Salade aux 7 légumes d’hiver

Salade alcaline épicée de chou chinois et légumes racines

Salade aux 9 légumes et sa sauce épicée au jus d’agrumes

Crudités alcalines douces et acidulées

Recette alcaline redoutable ! Un cauchemar pour acides et radicaux libres !

Salade alcaline multicolore et multivitaminée

Salade alcaline poireau cru et chou kale marinés, légumes et légumineuses

Mon dossier sur la nutrition

Bonjour à tou(te)s,

Ce dossier à pour ambition de contribuer à « cultiver votre santé » en découvrant ou en approfondissant les bases de la nutrition (micro et macro) tout en chassant les idées reçues, souvent fausses en matière d’hygiène alimentaire et de besoins nutritionnels réels. Les articles sélectionnés abordent des sujets qui dépassent souvent le strict cadre de l’alimentation alcaline.

Je vous propose ici une suite d’ articles scientifiquement sourcés et sous-tendus par, la recherche et les découvertes sur les liens entre alimentation et santé, éclairés par la littérature scientifique disponible sur les sujets traités.

J’espère que cela vous permettra de comprendre et saisir à quel point consommer une alimentation saine peut changer une vie. J’en témoigne ! 🙂

S’informer , échanger, partager les informations nous permettent d’exercer et d’affiner nos capacités de discernement pour mieux faire le tri dans nos têtes, les fausses infos du net et dans nos assiettes ! Poil à la… fourchette ! 😉

Pardon pour ce trait désastreux d’humour calamiteux ! Je ne le ferai plus… promis !

N’hésitez pas vous aussi à partager votre avis dans la zone de commentaire en bas de cette page. 🙂

Bon week end à tou(te)s, bonne lecture et bonne découverte. 🙂

Hervé

Les bases :

Repas alcalin équilibré ça veut dire quoi ?

Équilibre acido-basique : comprendre la micronutrition en 3 mn(vidéo)

 

Des idées d’assiettes saines et complètes…

Repas alcalin : idée d’assiette composée complète

Repas alcalin pas à pas avec moi(vidéo)

 

La bouffe à franchement éviter…

Aliments ultra transformés : péril dans nos assiettes

Les huiles toxiques pour le foie à moyen et long terme

La « drogue » qu’il faut restreindre ou éliminer…

Sucres libres, jus (maison) et santé

Sucre : scandales et mensonges… 60 ans de manipulation enfin prouvés !

 

Les mals aimés…

Libérez les graisses, elles sont bénéfiques.

Graisses alimentaires : quel lipide est essentiel et bénéfique ?

 

Les minéraux alcalins qui nous veulent du bien…

Le potassium contre l’hypertension : des bienfaits prouvé ! Et pas que…

Calcium végétal : le plus bénéfique pour notre santé

Quel magnésium pour notre santé ?

 

Idée recette spéciale calcium végétal : 

Recette alcaline : salade spéciale calcium végétal

 

Liste d’aliments avec PRAL + magnésium

Liste des aliments riches en magnesium et indice PRAL (Potential Renal Acid Load ou charge potentielle rénale acide)

Lettre ouverte aux abonné(e)s

 

Temps de lecture estimé : 4 mn

Bonjour à tou(te)s,

De nombreuses lectrices et de nombreux lecteurs de Bouchées Doubles me questionnent régulièrement sur leur cas particulier sans que j’ai les éléments nécessaires à cerner CE cas particulier, du style :

-« J’ai un pH urinaire acide à 2,5… suis-je en acidose ? »

-« Je bois 1 jus de fruit pressé par jour, est-ce que je risque une stéatite ? »

Tout d’abord… Un GRAND MERCI de la confiance que vous me témoignez en me questionnant ainsi sur votre santé !

Mais… comment pourrais-je sérieusement vous répondre ?

N’y voyez ni un manque d’intérêt ou quoi que ce soit de négatif ! Pas du tout ! C’est juste que tout cela est multifactoriel et que ces facteurs, je ne les ai pas. Or pour pouvoir vous faire une réponse pertinente et des propositions adaptées, il me les faut. C’est entre autre pour cela que dans le cadre d’un suivi personnalisé, nous faisons un bilan initial d’1 h, voire 1 h 30, avec la personne que j’aide.

Je profite donc de l’occasion pour partager avec vous quelques valeurs et notions…

La vocation de Bouchées Doubles est de partager, d’informer, de vous donner des billes, pour mieux connaître les principes et enjeux de nos choix alimentaires sur nos métabolismes (santé, bien-être, vitalité)… d’éclairer les personnes qui souhaitent , de plus, des recettes santé gourmandes… de partager mon expérience et des connaissances elles-mêmes sous-tendues par les recherches et découvertes scientifiques disponibles dans la littérature française et anglo-saxonne, sur les différents sujets abordés sur le blog.

Il vous appartient de vous approprier les recettes et les connaissances partagées, pour les adapter à votre cas particulier. C’est une démarche active, volontaire, éthique et responsable pour votre santé, votre bien-être et votre vitalité, à laquelle j’espère contribuer à vous aider par mes publications. Je m’explique…

De façon générale, comme je l’annonce déjà dans les articles de présentation, sur la page « à propos de » du blog, mes recettes et articles s’adressent aux personnes sans pathologies particulières, ayant déjà pris ou prennant conscience du rôle et des enjeux de l’alimentation alcaline dans le maintient et la prévention d’une bonne santé. Ou encore des personnes qui veulent, de plus, une transition progressive vers une alimentation et une hygiène de vie plus alcalinisantes, plus saines, à titre préventif pour leur santé ou aussi, pour optimiser leur vitalité, leur bien-être et/ou qui souhaitent mettre les chances de leur côté pour vieillir en pleine possession de leurs moyens pour maintenir une vie active. Des personnes, enfin,  qui souhaitent manger sain, vivant, éthique et gourmand, sans s’ennuyer gustativement. Le tout sur du long terme, sans faire ni diète, ni régime et sans exclure aucuns aliments, mais plutôt en apprenant à doser leurs proportions afin qu’elles correspondent vraiment à nos besoins nutritionnels, et favorise notre équilibre acido-basique.

En revanche, il vous appartient si nécessaire, en fonction de votre cas particulier de santé, voire de votre pathologie, de savoir si, par exemple, 100 g de glucides sont admissibles ou pas en fonction de votre diabète (type, taux, etc…). Car au risque de vous décevoir, j’ai un scoop : je suis pas devin, ni bonimenteur et ne souhaite pas devenir charlatan ou encore moins  gourou de la nourriture saine ! 🙂 Je laisse cela à tous ceux qui le font déjà ! Ils sont déjà trop nombreux à mon goût ! 😉

Voilà les raisons pour lesquelles je ne peux sincèrement pas vous répondre sur des cas particuliers sans connaître précisément vos antécédents de santé. Encore moins à la volée sur le blog ou les réseaux sociaux !

Entendond-nous bien… si vous me demandez dans vos commentaires si vous pouvez remplacer du curcuma par du curry, pas de soucis pour vous répondre ! Mais concernant votre santé, ce ne serait franchement pas sérieux de ma part ! En revanche, si toutefois vous souhaitez fassions un bilan initial ensemble, c’est possible par skype ou téléphone où que vous soyez ! Il vous suffit de choisir votre type de suivi individuel sur la page « atelier collectif et suivi personnalisé » du blog. Tout y est expliqué. Si votre question ou vos préoccupations ne nécessitent pas de bilan initial, je vous invite à être détaillé(e) et explicite dans vos questions pour « m’aider à mieux vous aider ».

En cas de doute et/ou de pathologie, il vous faut impérativement vous rapprocher d’un(e) professionnel(le) de santé qui connaisse votre diagnostic santé, et aussi, qui soit sensible et formé(e) à la micronutrition et la macronutrition, pour vous aider à établir un bilan alimentaire de façon cohérente et adaptée à votre cas. Vous pourrez ensuite mieux gérer certaines quantités et certains ingrédients présents dans les recettes du blog ou d’autres. Vous prendrez ainsi de l’autonomie.

C’est entre autre pour cela que je défend une cuisine créative, des recettes alcalines adaptables, et une hygiène de vie que chacun(e) peut s’approprier et adapter, tout en respectant son équilibre acido-basique et son propre cas.

N’oubliez jamais que vous êtes tou(te)s différents(te)s et méfiez-vous des personnes qui vous proposeraient systématiquement les même recettes, méthodes, remèdes en vous disant que ça va le faire, sans connaître votre cas particulier. C’est une hérésie et c’est dangereux pour vous. Sauf évidemment, si vous êtes en pleine santé car vous encaisserez mieux leurs erreurs !

Voilà, je suis ravi d’avoir pu saisir cette occasion de partager mon opinion et mes valeurs sur ce sujet ! 🙂

S’il vous plaît, soyez précis(e) dans vos descriptions et vos questions pour m’aider à mieux vous aider sinon c’est difficile, voire impossible.

Quoi qu’il en soit…  lorsque je vous dit que vos partages, commentaires, avis et questions sont utiles… en voici un exemple ! 😉

Donc… merci de m’avoir posé vos questions, même si malheureusement je n’ai pu y répondre ! Ça m’a donné l’occasion de partager avec vous ces quelques valeurs… 🙂

Bon week-end à tou(te)s.

Portez vous bien ! 🙂

Et… nourrissons notre santé ! MiaM !

On en cause ? 

Laissez-moi votre avis dans la zone de commentaire en bas de page. Merci d’avance !

 

Voici la synthèse de vos 2431 réponses ! 🙂

Vos préoccupations, vos objectifs, vos obstacles vos besoins et vos souhaits à propos du livre.

*** Important*** Pour la bonne compréhension des résultats et à toutes fins utiles : Lorsque les réponses sont multiples,  il est normal et logique que le cumul des résultats en pourcentage dépasse 100%. Dans ce cas, vos réponses expriment une tendance dominante, un choix, une préférence parmis toutes les propositions formulées.

 

Pour la 1 ère question et la plus longue vous souhaitez :

  • Acquérir de nouvelles connaissances pour de nouveaux « réflexes » culinaires et/ou alimentaires (59, 4 %)
  • Savoir optimiser votre bien-être et votre vitalité en mangeant alcalin à (59, 4 %)
  • Cuisiner et manger alcalin quotidiennement (gourmand, alcalin et varié) à (58, 7%)
  • Savoir composer et cuisiner des repas, des menus alcalins équilibrés sur 1 jour, 1 semaine, voire 1 mois (55, 2%)
  • Savoir vous organiser pour cuisiner et manger alcalin et varié au quotidien (53, 8 %)

 

Vos principaux freins personnels sont le manque :

De temps, de supports, de connaissances, de motivation, de volonté, de persévérance.

 

Vos principaux freins extérieurs sont :

Votre entourage, la disponibilité restreinte de certains produits alimentaire en fonction du pays dans lequel vous vous trouvez, les addictions, les maladies.

 

Vos souhaits de contenus sont :

  1. Un livre « pratique » de cuisine et de recettes alcalines (avec des idées repas/menus, desméthodes et des conseils pour s’organiser concrètement pour manger alcalin et gourmand au quotidien). (64 ,3%)
  2. Un livre « 2 en 1 » avec à la fois des conseils pratiques et des explications théoriques (un peu moins développés que dans un livre spécifiquement dédié à ça). (46,9%)
  3. Un livre compilant une sélection des meilleurs contenus du blog (recettes et articles) + inédits. (25,2%)

 

Vos envies de supports sont :

  1. Un livre numérique, interactif et imprimable (avec des liens vers des sources d’infos complémentaires). (67,1%)
  2. Un livre papier. (43,4%)

 

Vos souhaits pour le prix du livre : 

Vous seriez prêt(e)s à investir de 20 à 50 € pour ce livre.

 

BONUS 

Quelques commentaires parmi tous ceux qui font chaud au coeur du blogueur ! 😉

NB : Si le vôtre n’y figure pas… n’y voyez aucun manque d’intérêt ou de plaisir à vous lire, mais plutôt la nécessité de faire un choix parmi de très nombreuses réponses ! 

 

Cliquez ici pour voir les commentaires des lectrices de Bouchées Doubles

Cliquez ici pour voir les commentaires des lectrices de Bouchées Doubles

 

 

Pour mieux vous aider… 

• Des ateliers collectifs (à domicile)

• Un suivi individuel personnalisé

• Un livre de recettes, conseils et méthode (en cours de finalisation)

• Un livre sur les enjeux prévention santé et les principes d’une vie plus alcalinisante (en préparation)

• Un programme multimédia consultable en ligne (en cours de réalisation) VOIR CI-DESSOUS

Pour celles et ceux qui souhaiteraient en savoir davantage sur le sondage qui motive la création de ce programme,  je vous invite à consulter ce qui suit :

 

ANALYSE DE VOS RÉPONSES AU SONDAGE

 

Bonjour à tou(te)s, 

Vous êtes 1612 participant(e)s à avoir pris le temps de répondre au sondage

Bouchées Doubles, destiné à mieux vous connaître pour pouvoir mieux vous

aider, et dont voici  la synthèse.

Encore un GRAND MERCI d’avoir donné de votre précieux temps pour vous

impliquer dans cette démarche ! 🙂

 

Grâce à vous : je sais enfin qui vous êtes ! 🙂

Enfin… dans une certaine mesure… d’après ce que vous avez bien voulu me confier en répondant à ce second sondage ! 😉

Tout d’abord… Mesdames… Plus câlines on le sait… Et… Plus alcalines aussi ! 😉

 

Vous êtes majoritaires de façon écrasante, et c’est donc à vous que je m’adresserai en priorité dans cette synthèse.

***IMPORTANT****

Lorsque les pourcentages additionnés de vos réponse font + de 100% pour 1 seule réponse c’est… normal ! Cela arrive lorsqu’il s’agit d’1 question à choix multiple (QCM) ou d’1 question à réponses multiples (QRM).

Pour commencer…

100 % de vos réponses traduisent votre conscience des liens entre une alimentation alcaline au quotidien et ses répercutions sur votre bien-être, votre vitalité, votre santé.

(QCM) Vos 3 principaux objectifs en suivant Bouchées Doubles sont…

Pour 65, 7 %, d’entre vous : d’acquérir de nouvelles connaissances pour de nouveaux réflexes alimentaires et/ou culinaires durables. 56, 2 % souhaitent manger alcalin, équilibré, gourmand et varié et savoir comment s’organiser au quotidien pour y parvenir… le tout, avec du matériel simple et non onéreux pour 55, 2 % d’entre vous.

(QCM) Vos objectifs secondaires sont…

La « régulation durable de votre poids sans diète, ni régime, ni frustrations, ni carences » et le « changement de vos habitudes alimentaires en douceur » qui sont execo avec 53,3 %.

(QRM) Vos 3 principaux problèmes, freins et frustrations pour atteindre vos objectifs…

Vous avez exprimé par écrit vos principales difficultés rencontrées.

Vous déclarez manquer :

  • De connaissances

38,5% d’entre vous expriment l’envie d’autonomie et souhaitent pour cela acquérir des connaissances, mais disent être déstabilisées par un « trop plein » d’informations disponibles souvent contradictoires sur le Web car cela sème la confusion et le trouble votre esprit.

  • De temps et/ou d’organisation

36, 6 % d’entre vous aimeraient notamment savoir comment mieux s’organiser pour dégager et optimiser le temps nécessaire à : vous informer sur l‘alimentation alcaline, faire les courses et cuisiner alcalin.

  • De motivation

18, 75 % d’entre vous aimeraient savoir comment se motiver au quotidien pour persévérer ou passer à l’acte et ne pas ou plus procrastiner (remettre au lendemain).

Vos facteurs de démotivation et de découragement sont potentiellement :

La peur de l’ennui gustatif à table et de la monotonie des menus liée au manque d’imagination pour concevoir vos propres menus, repas, recettes

Votre entourage (vos proches refusent ou rechignent à s’adapter à ce mode alimentaire)

– La crainte d’un changement draconien de régime alimentaire

– Les difficultés économiques (budget)

– La fatigue et le stress

Ce que vous aimeriez avoir comme type de support et comme fréquence de conseil / information / formation / méthode, qui vous aident à résoudre vos problèmes et à atteindre vos objectifs

  • Un conseil hebdomadaire (51, 4 %) sous forme de vidéo en ligne sur le web (donc 4 rendez-vous par mois minimum qui seraient consultables à tout moment selon vos disponibilités pendant x mois).
  • Un conseil unique, massif sous forme de livre numérique sur l’alimentation alcaline + nutrition + méthodes + menus+ recettes (49,6%).

Vos attentes sur les 3 principaux contenus quel que soit le support :  

  • Apprendre à optimiser votre temps (organisation) pour cuisiner alcalin + gagner du temps (méthode) en cuisine (56, 2%)
  • Méthode de pratique culinaire alcaline, pour créer des recettes / des menus / (53, 3%)
  • Savoir comment cuisiner sain au quotidien tout en économisant de l’argent (33, 3 % )

Ce que vous seriez prêtes à investir pour des conseils qui vous aident à résoudre vos problèmes et à atteindre vos objectifs…

Ah ! L’argent… question difficile et souvent tabou ! Cela ne vous a malgré tout pas empêché de vous prononcer mesdames ! J Bravo ! Car de plus… en parler n’engage à rien… ça ne mange pas de pain… si j’ose dire… et ça tombe bien : le pain n’est pas alcalin ! 😉

La majorité d’entre vous estiment que « tout travail mérite salaire », ce qui est sain et rassurant, car le partage du contenu du blog est déjà entièrement gratuit et la mise en place d’une formation sous forme de rendez-vous hebdomadaires, ou d’un conseil massif sous forme de livre, nécessitent davantage de ressources matérielles, humaines et financières.

Mais… quelle somme pourriez-vous investir pour un contenu qui vous aide et qui soit pertinent  ? 😉

  • 52, 9 % d’entre vous déclarent être prêtes à investir de 100 à 500 €
  • 32, 8 % d’entre vous déclarent être prêtes à investir 0 €
  • 14, 3 % d’entre vous déclarent être prêtes à investir de 20 à 100 €

65 thoughts on “Page abonnés”

  1. Bonjour Hervé. J’ai lu et relu, avec beaucoup d’intérêt, le document sur le curcuma. C’est une racine que j’utilise beaucoup puisque j’ai la chance d’en cultiver chez moi à la Martinique (ainsi que le gingembre) Je prépare moi même ma poudre de curcuma. Mais depuis quelque temps j’hésitais et je me disais que j’irai en chercher en magasin diététique car peut être mieux dosé que ma fabrication maison. J’apprécie donc particulièrement ce document qui remet les choses à leur juste place. Merci beaucoup pour ça. Je continuerai également à me préparer des petits jus de curcuma gingembre ou curcuma groseille.
    Cordialement
    Monique

  2. Bonjour Hervé. J’ai lu et relu, avec beaucoup d’intérêt, le document sur le curcuma. C’est une racine que j’utilise beaucoup puisque j’ai la chance d’en cultiver chez moi à la Martinique (ainsi que le gingembre) Je prépare moi même ma poudre de curcuma. Mais depuis quelque temps j’hésitais et je me disais que j’irai en chercher en magasin diététique car peut être mieux dosé que ma fabrication maison. J’apprécie donc particulièrement ce document qui remet les choses à leur juste place. Merci beaucoup pour ça. Je continuerai également à me préparer des petits jus de curcuma gingembre ou curcuma groseille.

  3. Bonjour Hervé, je ne vous avais encore jamais laissé un commentaire. Ehbé je prends le temps aujourd’hui!
    C’est toujours un plaisir que de recevoir vos émails et de lire tous vos précieux conseils. Merci pour votre investissement.
    Je suis enchantée que votre livre sorte bientôt. Moi j’avais choisi l’option papier, car adorant lire et tenir un livre les mains, pouvoir feuilleter, revenir en arrière. Puis surtout l’emmener avec soi partout….. je fais partie aussi de la vieille école lol.
    Mille mercis et longue vie à bouchées-doubles. Cordialement, Béatrice.

  4. Bonjour Hervé,
    Je sais que ce n’est pas encore pour tout de suite mais il me tarde de pouvoir feuilleter le livre version papier.
    J’ai un peu de mal à m’accrocher au numérique. J’essaie de rester attentive tout de même aux infos et mails très intéressants et éclairants.
    Bonne continuation
    Vanessa

    1. Bonjour Vanessa,
      Merci pour ton message ! Ça fait plaisir de lire que mon travail te plaise !
      Vu ce qui se dessine, les 2 versions sortirons conjointement papier + numérique.
      Tu auras donc le choix !
      Patience, ça approche !
      Au plaisir…
      Belle année à toi et à tes projets ! 🙂
      Hervé

  5. bonjour Hervé

    bravo pour tout ce que vous nous donnez! mais je fais partie des gens qui préfèrent le papier à l’écran! donc j’ai hâte d’avoir votre livre entre les mains

    pouvez vous me dire quand il sortira (approximativement) ; pardon si j’ai zappé l’info.

    très cordialement

    Sylvie

    1. Bonjour Sylvie,

      Merci pour votre commentaire ! Sympa ! 🙂 Non, malheureusement… j’explique pourquoi je n’ai pas de date ou délai à communiquer sur cette page dans les news sur le livre. En revanche, je vous préviendrai, ainsi que tous les abonné(e)s dès sa sortie. Vous pouvez compter sur moi. Promis ! 🙂
      Merci encore. À très bientôt.

  6. bonjour, dans la recette de Ma Giraumade, vous mettez 1 CS de moutarde. condiment de moutarde ou graines de moutarde ?
    merci par avance. cordialement

  7. Bonjour Hervé
    L’ extrait de votre livre me plaît beaucoup ! Il me tarde vraiment sa sortie . Je pense que l’on va aussi bien se régaler à le feuilleter, à le lire qu’à mettre vos recettes en pratique !!
    Pour infos : succulent le petit déjeuner « satiété et énergie » pour la journée ! (lentilles corail au lait de coco et fruits frais) .
    Je recommande !

  8. Merci Hervé pour ces infos et les desserts (4juillet)

    Je suis d accord avec les changements d alimentation et le fait que les desserts n étaient pas courant il y a encore 2 générations.

    J avoue qu apres un repas sain, pleins de salades, accompagné d un bon jus frais fait maison et d aliments alcalins, mon corps n’ a même pas envie de desserts. Il se sent bien, satisfait.
    On n à pas à se priver de dessert, c est ce que beaucoup ne comprennent pas, avec une bonne alimentation, saine, ce choix n est même pas là, c est une évidence. Et notre corps nous le communique.
    Bonne continuation
    Céline

    1. Merci Céline pour ce partage d’expérience ! Je partage quant à moi en partie votre point de vue. Mais les choses ne sont malheureusement pas toujours si évidentes en fonction du niveau d’addiction au sucre de chacun(e).

  9. Merci! Intéressant …on ne sait jamais quoi faire avec l’avocat sinon le manger tel quel! Aujourd’hui par exemple sur un lit de pousses de betteraves un avocat en tranches fines une demi mangue en tranches fines aussi et des crevettes! avec une sauce soja huile d’olive citron et coriandre et menthe! super frais et détox!
    Pascale

  10. Bonjour Hervé
    J’apprécie beaucoup le contenu de votre lettre ouverte . Votre message est d’une grande honnêteté. Nous sommes tous différents , ce qui est bon pour l’un ne l’est pas forcément pour l’autre . L’important est d’écouter son corps afin de voir ce qui nous convient. Vos recettes sont très originales, variées et le tout délicieux ! Merci ! J’attends votre livre avec impatience…..
    À bientôt
    Claudine

  11. Bonjour Hervé je suis très contente de vos recettes et apprécie de l’ai faire
    Toutes la petite famille adorent la cuisine que vous envoyez
    À quant votre nouveau livre j’ai hâte de le recevoir

    Je vous souhaite un bon week end
    Madame deswarte regine

    1. Bonjour Régine,
      Avant tout, merci pour votre intérêt pour Bouchées Doubles et heureux de lire que toute votre famille apprécie la cuisine acido-basique !
      C’est génial et merci de partager cette expérience ici ! 🙂
      Quelles sont les générations présentes à tables si toutefois ce n’est pas indiscret ? Je fais le curieux.

      Concernant le livre… il est décidément très attendu et sa sortie va dépendre des informaticiens qui m’aident à mettre en place le système qui vous permettra de vous le procurer en ligne. Le contenu est prêt, relu, revu et corrigé… ne reste plus que la partie informatique à mettre en place pour que tout soit prêt.
      Du coup, je dirais… septembre… cela me semble réaliste. Patience ! Comptez sur moi pour vous prévenir ainsi que tou(te)s les abonné(e)s ! 😉

  12. Bonjour,
    C’est intéressant mais trop dense.

    30 vidéos et 24 semaines demandent beaucoup de temps disponible.
    Sans parler de la vie familiale, si nos activités diverses et prenantes nous prennent déjà beaucoup de temps, pourra t’on trouver une réelle disponibilité pour consacrer du temps à assimiler tout se savoir ?

    En ce qui me concerne , j’en doute.

    Votre démarche m’intéresse mais dans une formule plus condensée ou plus simplement par le choix de modules spécifiques.
    Est ce réaliste ?

    Bien cordialement

    Ci

    1. Merci d’avoir pris de votre temps pour votre commentaire éloquent et pertinant Ci.
      Heureux de voir que mon programme vous intéresse.^^
      C’est une question qui mériterait peut-être d’être posée à l’ensemble des abonné(e)s.
      Elle pourrait faire l’objet d’un petit sondage supplémentaire pour connaître l’opinion générale sur ce sujet.

      Il est toujours intéressant de répondre avec une forme de programme qui corresponde et puisse aider le plus grand nombre de personnes.

      Ce programme es sur 6 mois car pour une transition alimentaire alcaline durable voire pérenne, les études prouvent qu’il faut compter 6 mois pour changer d’habitudes alimentaires et en asseoir durablement de nouvelles.
      Tel qu’il est définit actuellement, les vidéos des modules se débloqueraient progressivement dans le temps.
      Une fois toutes les vidéos débloquées leur accès serait illimité dans le temps donc vous pourriez les consulter à votre guise même 1 ans plus tard, pour voir ou revoir (à votre rythme et en fonction de vos contraintes ou vos envies) certains points en vidéo.
      Dans ces conditions vous pourriez tout aussi bien ne cibler le visionnage des modules ou des vidéos qui vous intéressent.
      En revanche la pédagogie pas à pas (je regarde—>j’applique) est vraiment préférable et plus efficace pour avancer et mettre en place concrètement une transition alimentaire alcalinisante.
      Elle évite de regarder juste pour s’informer, prendre une info et au final… le risque de ne pas passer à l’action, de ne rien en faire.
      Cela arrive trop souvent et est source d’échec.
      Quoiqu’il en soit la formation est en cours de réalisation et je prends bonne note de votre réflexion.
      Encore merci pour votre commentaire.
      Au plaisir de vous lire…
      Hervé
      PS : A toutes fins utiles si vous n’êtes pas déjà au courant… La sortie de formation en vidéo ayant du retard, je suis en train de finaliser un livre sur les principes et les enjeux d’une alimentation alcalinisante + recettes. Seriez-vous intéressé(e) pour être prévenue lors de sa sortie ?

  13. C’est à peu de chose près mon petit dej de chaque matin mais je prends en plus unelle tranche de pain integrale ou une Wasa fibre. Pas trop mal,non?

  14. Bonjour Hervé,

    Ce programme me semble très complet et m’intéresse vivement.
    Je viens de lire le commentaire de Corinne ci dessus et c’est ce qui m’a interpellé à la lecture, l’ordre du programme, en effet et
    tu as certainement une raison d’avoir insérer les explications sur l’alimentation acido-basique au niveau 4 perso, je trouve que cela arrive un peu tard.

    Et il nous faut arriver à la vidéo 14 pour avoir des recettes……
    Merci pour ton travail, critiquer c’est facile, mais il serait dommage que nous abandonnions faute de pratique…
    Il est vrai qu’il restera toujours ton blog pour pouvoir s’exercer en attendant les recettes.

    Re-merci pour ton travail

  15. Bonjour Hervé,
    Depuis une conférence cet été faite par un naturopathe, je recherchais des infos supplémentaires et peu de choses sur le net. J’ai découvert votre site dans ecolomag et cela a été une belle rencontre.
    Voici un programme très complet. Le petit bémol, c’est l’ordre des modules. J’attends des conseils sur l’alimentation acido-basique et il faut attendre le module 4. Je trouverai certainement aussi des idées pour mieux m’organiser avec les premiers modules mais pour moi c’est secondaire.
    Bonne continuations à vous

  16. Bonjour Hervé !
    J’ai hâte de découvrir ce programme pour bénéficier d’un régime anti-inflammatoire sans prise de tête et en faire profiter ma famille. Mais vous nous tenez en haleine depuis longtemps sans perspective…dur dur !

  17. Bonjour Hervé,
    Ce programme me semble complet et j’ai hâte de le mettre en pratique. Donc :
    1. Cela me convient tout à fait
    2. Oui sauf… le sujet de la semaine 16 ne doit-il pas être traité plus tôt ? comment cuisiner si on ne sait pas quels sont les aliments à cuisiner justement ?
    3. Tout m’intéresse
    4. Pour l’instant, je ne vois pas
    5. Parfait pour le rythme. Pas trop rapide ou trop de pression pour que l’on ait le temps d’assimiler et mettre en pratique…

  18. Bonjour Hervé,

    Décidé à prendre en main ma santé et celle de ma famille, ce programme me semble très pratique, simple et facile à mettre en place tout en respectant le rythme de vie de chacun.
    Merci de nous faire profiter de votre expérience pour mettre en place cette nouvelle alimentation.

  19. Bonjour Hervé,
    Pour ma part, retraitée, très organisée, vivant seule voici mes réponses:
    1 : à partir du module 4 oui.
    2 : non, je commencerais par le 5.
    3 : les modules 1, 2, 3 inutiles pour moi.
    4 : non, ce qui m’intéresse en nutrition acido-basique me semble traité.
    5 : oui, cela me conviendrait.

    Sera-t-il possible de ne s’inscrire qu’aux modules qui nous intéresse?
    Merci Hervé, bonne continuation.

  20. Bonjour Hervé,

    Pour moi le programme est parfait, je trouve la progression logique et le temps a y consacrer raisonnable si l’on veut vraiment essayer de changer ses habitudes.
    Merci beaucoup ! 🙂

    Belles fêtes de fin d’années

  21. Bonsoir Hervé.
    Changer d’alimentation est très difficile pour moi mais indispensable avec mon nouvelle état d’esprit. Votre programme me permet de mettre en place une alimentation nouvelle pour toute la famille. Continuez comme cela ça me convient pour une novice, merci !!

    1. Bonjour Magali,
      Merci pour votre commentaire ! 🙂 Ça fait chaud au coeur d’apprendre que Bouchées Doubles vous est utile pour une transition alimentaire en famille ! C’est encourageant ! A très vite ! Amicalement. Hervé

  22. Bonjour Hervé,
    Les modules 4 et 5 me paraissent essentiels, peut être le 6 également. Penser et agir pour un équilibre acido-basique contrôlé, n’est ni une mode ni un confort, c’est une nécessité pour la santé.
    Merci pour votre travail partagé.

    1. Merci Nadia pour ton intérêt et la précision de ton message ! Je partage bien évidemment ton avis sur la nécessité d’agir pour contribuer à un bon équilibre acido-basique ! 🙂 Je note ton avis au sujet des modules. A bientôt ! Amicalement. Hervé

  23. Bonjour Hervé. J’ai lu attentivement votre projet que je trouve très complet. Je n’aime pas cuisiner, je procrastine beaucoup et j’attends la mise en route de ce projet pour me motiver un peu. Merci beaucoup pour ça. A très bientôt vous lire
    Monique

    1. Bonjour Monique,
      Merci pour votre commentaire et votre intérêt manifeste pour mon programme, qui je l’espère, vous aidera entre autre à ne plus procrastiner. 🙂 A très vite. Amicalement. Hervé

  24. Bonjour Hervé,

    Complet : je pense que c’est vraiment le terme qui convient en plus d’être très intéressant : )
    Il va nous permettre dans un premier temps d’avoir des bases solides et je trouve également super que tu nous sensibilises sur le gaspillage alimentaire !! Pour moi, 24 semaines oh top ; )

  25. Bonjour,
    Je parlais d’un simple déjeuner et repas de midi qd on est pas chez soi
    Et un repas complet le soir à la maison
    Ou avec quoi compléter les lacunes d’un mauvais repas mal équilibré
    Merci Herve

    1. Bonjour, merci pour cette précision. Je comprends mieux ce que vous vouliez dire. C’est justement un des principes de l’alimentation alcaline : la compensation et la régulation.
      Si vous êtes en bonne santé et que vous mangez acide le matin ou le midi… vous pouvez compenser vos excès d’acides et vos lacunes en minéraux alcalins le ou les repas qui suivent dans la journée. Amicalement. Hervé.

  26. Bonjour Hervé
    Félicitations pour tout ce travail très complet.
    Personnellement, j’aimerais aussi cuisiner un seul plat et… ajouter ce qu’il y manque au cours de la journée .
    J’ai hâte de l’essayer
    Belle journée

    1. Bonjour,
      Merci pour votre commentaire! :-). Qu’entendez-vous par « ajouter ce qui manque au cours de la journée » ? Cela m’intéresse… si et seulement si vous avez le temps d’expliquer… 🙂 Merci d’avance !
      Belle journée à vous aussi.;-)

  27. Bonjour Hervé,
    Je n’ai pas participé à l’enquête car je suis en voyage depuis plusieurs mois, je rentre la semaine prochaine et je pourrai à ce moment là me mettre à jour, lire toutes vos communications et commencer de suivre vos recommandations.
    Cordialement

    1. Bonjour Frédérick,
      Merci à vous d’avoir pris le temps de me donner votre avis sur ce programme ! 🙂 Il semble donc vous convenir ? J’ai vraiment besoin de l’avis d’un maximum d’entre vous pour évaluer s’il est bien en adéquation avec vous, pour pouvoir l’adapter au mieux à vos besoins.

      Je préfère ne pas vous annoncer dès maintenant une date précise de sa disponibilité, car comme vous le savez, sa création bat son plein, avec tous les aléas que cela peut réserver. Je préfère donc pour l’instant avoir cette prudence car je ne voudrais surtout pas vous « donner de faux espoirs » en vous annonçant une date qui, en cas d’aléas, pourrait s’avérer fausse.

      Je travaille pour le rendre accessible en ligne le plus rapidement possible et vous pouvez compter sur moi pour faire au plus vite et aussi, pour tenir régulièrement informé l’ensemble des abonné(e)s de Bouchées Doubles sur l’avancées de mon programme et de sa date de sortie. A très vite… 🙂
      Hervé

  28. Bonjour,
    J’ai participé à l’enquête et j’ai lu attentivement votre livret. La démarche me plaît et rejoint celle que j’essaie de mettre en place dans ma vie. Sauf que…. Dans votre livret, vous faites des menus « traditionnels » : entrée, plat ET dessert ! Pitié !! Pensez-vous à nous, qui travaillons de 8h du matin à 8h du soir, sans pouvoir rentrer chez soi, ou vraiment en coup de vent, et qui n’avons pas le temps de préparer 36 plats, ni pour le présent ni pour la semaine ? Nous qui souhaitons profiter de notre dimanche pour faire autre chose que s’enfermer chez soi à cuisiner ? Alors pourquoi tant de plats ? Je n’ai pas de cuisinier personnel et, de toute façon, il y a longtemps je pense, que l’on ne mange plus comme cela dans les familles. Un plat suffit pour peu qu’il contiennent tout ce qu’il faut avec, à la limite, un petit dessert tel un fruit, un yaourt… Pas un gâteau qui aura pris 3 heures à faire.
    Alors, pour vos prochains conseils que j’attends avec impatience, pensez un peu à nous, les actifs comme on nous appelle !
    Merci d’avance

    1. Bonjour Sylviane,

      Tout d’abord je vous prie de bien vouloir excuser le délai de ma réponse Sylviane, mais je suis moi-même très occupé.
      Merci pour votre commentaire intéressant qui traduit bien l’intérêt que vous portez au contenu du blog et aussi, vos souhaits pour son évolution.
      J’essaie effectivement de penser à chacun et bien sûr sans laisser de côté qui que ce soit, y compris les actifs.;-) D’une part car j’en suis un moi-même (je travaille actuellement 50 heures par semaine) et d’autre part car mon but est, que la cuisine et l’alimentation alcaline soient accessibles au plus grand nombre. Si je prône le repas composé (entrée cru , plat cuit), c’est qu’il est nutritionnellement intéressant et participe à un apport varié, voire complet, en nutriments, optimise leur assimilation (si les combinaisons et les proportions alimentaires sont adéquates) et participe au bon équilibre de notre métabolisme.
      On ne peut pas égaler cela avec un plat, unique même varié et notamment : l’alliance du cru et du cuit dans un même bol alimentaire. Alors, j’en conviens, si l’on veut revenir à ce modèle « traditionnel » alimentaire (puisque il était la norme il y a encore 2 générations),faute de pouvoir changer la société et le rythme qu’elle nous impose, il faut envisager de se donner « les moyens de sa politique » si je puis dire. La chose la plus efficace sur laquelle on peut agir c’est… soi-même. Bon, je sais… ça fait un peu pavé dans la marre, dit comme ça ! 🙂 Mais c’est mon opinion… et j’ai bien conscience aussi, qu’en plus du manque de disponibilités dont certains souffrent comme vous, certains ont du mal à s’organiser pour tendre vers cet objectif : (re)prendre le temps de cuisiner sans pour autant y sacrifier tout son temps libre.
      C’est justement le challenge et l’un des volets sur lesquels porteront mes propositions : comment se dégager + de temps pour (re)passer en cuisine puis gagner du temps en cuisinant alcalin et malin.
      Sans y passer « tout le Dimanche » comme vous dites… et je puis vous assurer être en train de m’y coller très activement ! J’espère que vous m’en direz des nouvelles lorsque je les auraient formulées. Belle journée à vous Sylviane. Je vous promets donc de prendre aussi en compte les actifs. À très vite ! 😉
      Hervé
      PS : Compte tenu de vos contraintes, je me permets de vous suggérer d’alterner dès maintenant le cru et le cuit dans vos repas sur une journée pour ne faire qu’un plat unique par repas, plutôt qu’un repas composé à chaque fois. Mais peut-être avez-vous déjà opté pour cette pratique ?

    2. Bonjour Hervé,
      Toutes les rubriques que vous proposez m intéressent et sont utiles.
      J ai un reflux gastrique important et je ne veux pas prendre de médicaments style innexium…j ai donc décidé de changer mon alimentation, pensez vous que le regime acido basique stoppera le reflux gastrique dans l oesophage ?
      Merci
      Cordialement
      Beatrice joly

      1. Bonjour Béatrice,
        Je vous remercie pour votre commentaire ! 🙂 Vos propos m’encouragent ! 🙂 Ravi que cela vous plaise !
        Pour répondre à votre question sur votre reflux gastrique dans l’oesophage… honnêtement… il est difficile de vous dire oui ou non… dans le sens où ce serait malhonnête de vous répondre par l’affirmative ou la négative sans un diagnostique digne de se nom ! Les causes de reflux sont diverses, variées et nombreuses ! Elles peuvent être biologiques, physiologiques, « mécaniques »…
        En revanche, la chose dont je suis certain c’est que vous réaproprier les bonne proportions dans l’assiette entre aliments alcalins et acides tout en respectant des combinaisons alimentaires qui facilitent la digestion (comme je fais dans mes recettes) iront dans le bon sens pour votre système gastrique, le fonctionnement de votre appareil digestif et l’amélioration de votre état général.
        L’alimentation alcaline apporte beaucoup d’oxygène à votre métabolisme et le respect d’un bon équilibre acido-basique facilite le travail enzymatique intracellulaire. Donc toutes les fonctions vitales trouvent ou retrouvent leur efficacité. L’élimination des déchets et la régénération de l’organisme se fait plus facilement, plus rapidement, plus efficacement (pour ne parler que de cet aspect métabolique des qualités de l’approche alimentaire acido-basique et d’hygiène de vie alcalinisante ). Voilà… J’espère avoir su être clair dans mes propos et qu’ils puissent vous être utiles.
        Sincèrement et amicalement.
        Hervé

Répondre à Nicole Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.