Nutrition : Les noix sont un super aliment pour nos intestins et notre côlon
Partager l'article :
  • 25
  • 1
  •  
  •  
  • 9
  •  

 

Manger des noix est loin d’être un conseil à la noix !

 

L’interaction des noix avec le microbiome (ensemble des microbiotes d’un individu) a un impact positif sur la santé. Les noix sont bénéfiques pour la santé du côlon, entre autre ! 🙂

Publiée le 3 mai 2018 dans « The Journal of Nutrition », c’est ce que révèlent les résultats d’une étude de l’Université de l’Illinois aux États-Unis. Elle explique la façon dont les noix impactent le microbiome intestinal (qui est composé de milliards de microbes ou de bactéries dans le tractus gastro-intestinal) ce qui est à l’origine de certains de ses avantages pour la santé.

 

Comme le confirmaient plusieurs études précédentes…

Les régimes riches en noix ont joué un rôle dans la santé cardiaque et dans la réduction du cancer colorectal.

Les données épidémiologiques suggèrent que les régimes riches en noix ont des effets bénéfiques sur la santé, y compris la réduction de la mortalité notamment dans le cas de certains types de cancers et de maladies cardiaques

Bien qu’il existe des preuves précliniques accumulées sur les noix qui mettent en évidence qu’elles affectent de manière bénéfique le microbiote gastro-intestinal, la santé intestinale et métabolique, ces relations n’avaient pas été étudiées chez l’homme.

 

Voici la dernière étude sur l’interaction des noix avec le microbiome humain…

L’objectif des chercheurs…

 C’est d’arriver à voir comment tous les microbes de notre tractus gastro-intestinal interagissent avec la nourriture que nous mangeons et les effets induits sur notre santé. Certains de ces effets sur la santé sont supposés être liés aux métabolites (substance organique formée au cours du métabolisme ou qui y participe) produits par les bactéries.

L’étude…

18 hommes et femmes adultes en bonne santé ont consommé une alimentation contrôlée comprenant :

  • soit 0 g de noix
  • soit 42 g pendant 2 périodes de 3 semaines.

Évaluation :

Des prélèvements fécaux et sanguins ont été recueillis au début et à la fin de chaque période.

Objectif :

Évaluer les résultats secondaires de l’étude, notamment les effets de la consommation de noix sur le microbiote fécal et les acides biliaires et les marqueurs métaboliques de la santé.

Résultats :

1. La consommation de noix a entraîné une abondance significative et plus élevée de 3 bactéries bénéfiques :

  • Faecalibacterium
  • Roseburia
  • Clostridium

 

2. Les microbes bénéfiques en augmentation proviennent de l’un des groupes de microbes de Clostridium qui ont la capacité de faire du butyrate. Malheureusement, les chercheurs expliquent que dans cette étude, ils n’ont pas mesuré le taux de butyrate, donc ils ne peuvent pas dire que ce n’est que parce que ces microbes ont augmenté que le butyrate a augmenté ( le butyrate agit sur la croissance et le renouvellement des cellules de la muqueuse colique et constitue leur principal nutriment. Un déficit local en ce nutriment pourrait participer au développement de certaines maladies du côlon).

3. La bactérie Faecalibacterium est un probiotique qui a un rôle potentiellement anti-inflammatoire et améliore le sensibilité à l’insuline en baissant la résistance à celle-ci.

4. La consommation de noix réduit la production des acides biliaires secondaires. Or, les acides biliaires secondaires sont toujours plus élevés chez les personnes ayant des taux plus élevés de cancer colorectal. Les acides biliaires secondaires peuvent endommager les cellules du tractus gastro-intestinal.

5. Les recherches antérieures qui ont conduit à cette nouvelle recherche microbienne ont montré que la quantité d’énergie (calories) dérivée de l’ingestion de noix est inférieure à ce que l’on pensait auparavant.

Les chercheurs précisent…

« La quantité d’énergie obtenue en mangeant des noix ne correspondait pas à l’énergie absorbée. Vous n’absorbez que 80% de l’énergie des noix, ce qui signifie que les microbes ont accès à ces 20% de calories supplémentaires, les graisses et les fibres qu’ils contiennent, et que se passe-t-il alors ? Résultat positif ou un résultat négatif pour la santé ? Notre étude fournit des résultats initiaux qui suggèrent que les interactions des microbes avec les composants non digérés des noix, produisent des résultats positifs ».

D’autres recherches sur les vertus bienfaisantes des noix se déroulent actuellement avec le but d’examiner d’autres métabolites microbiens et la façon dont ceux-ci influencent les résultats pour la santé, plutôt que de simplement caractériser les changements dans le microbiome.

 

Au-delà des vertus découvertes par ces études, les noix sont source de…

  • Acides gras polyinsaturés

La noix possède un contenu particulièrement élevé en acides gras polyinsaturés (soit plus de 70 % de ses lipides totaux), dont près du cinquième est sous forme d’acide alpha-linolénique, un acide gras oméga-3 essentiel.

Les acides gras polyinsaturés, et particulièrement les acides gras oméga-3, sont considérés comme de bons gras pour la santé cardiovasculaire, vu leur impact positif sur les taux de lipides sanguins. La noix contient la proportion idéale d’acides gras oméga-3 (par rapport aux acides gras oméga-6) à avoir dans notre alimentation.

  • antioxydants

La noix arrive en deuxième place parmi plusieurs autres végétaux (fruits, légumes, fruits à écale, graines et céréales) quant à son contenu en antioxydants. En plus de l’acide ellagique, la noix contient au moins 9 autres composés phénoliques (dont l’acide gallique).

Ces composés sont des inhibiteurs efficaces de l’oxydation du cholestérol-LDL. Il est à noter que les composés phénoliques de la noix se retrouvent en plus grande concentration dans la mince pellicule brune entourant celle-ci. La noix contient de la mélatonine et des phytostérols.

  • Protéines végétales

Les protéines végétales diffèrent des protéines animales par leur composition en acides aminés : elles ont généralement un contenu plus élevé en arginine et plus faible en lysine. La noix possède un contenu particulièrement élevé en arginine, acide aminé à partir duquel le corps fabrique de l’oxyde nitrique, une substance favorisant la dilatation des vaisseaux sanguins nécessaire à une bonne circulation sanguine.

  • Fibres alimentaires

La noix est une source de fibres. Les fibres alimentaires se retrouvent seulement dans les produits végétaux et regroupent un ensemble de substances qui ne sont pas digérées par l’organisme. En plus de prévenir la constipation et de diminuer le risque de cancer du côlon, une alimentation riche en fibres peut contribuer à la prévention des maladies cardiovasculaires et au contrôle du diabète de type 2 et de l’appétit.

 

Bon à savoir…

6 à 9 noix par jour et par personne nous donne la ration quotidienne nécessaire d’oméga 3.

L’indice PRAL pour 100 gr de noix est modérément acidifiant = 6,7

 

La noix riche en lipides = prise de poids ? Faux !  

3 études démontent cette idée à la noix en 3 points !

  • En tenant compte du surplus calorique amené par celles-ci, une étude a démontré que l’ajout de noix dans l’alimentation pendant six mois n’amenait pas une augmentation du poids significatives par rapport aux valeurs.

 

  • 2 autres études prouvent que le poids n’augmentait pas après la consommation de 285 kCal à 400 kCal supplémentaire de noix pendant 6 semaines.

 

  • De plus, deux vastes revues de la littérature scientifique ont aussi démontré que une consommation régulière de fruits à écale et d’oléagineux ne serait pas associée à une prise de poids.

Cet effet s’expliquerait par différents mécanismes tels que l’augmentation du degré de satiété ou de la dépense, le contenu élevé en fibres et en acides gras polyinsaturés des noix et des autres fruits à écale, ainsi que par une absorption incomplète des lipides.

 

Ma conclusion…

• Mangez des noix (fruit du noyer) ! Ce n’est pas un conseil à la noix ! 😉

• Même si la consommation de fruits à écale et d’oléagineux est un plus grand apport en calories, elle ne semble pas associée à un risque plus élevé de prendre du poids, à dépense physique et hygiène de vie égale.

• En cas de surpoids, il est donc préférable de substituer d’autres aliments gras par les noix, plutôt que de les ajouter à l’alimentation habituelle, et de maintenir un niveau d’activité physique stable au quotidien.

• Dommage que cette recherche n’est pas inclus davantage de participants.

 

On en cause ? 

Et-vous ? Consommez-vous régulièrement des noix ?

Merci d’avance de partager votre avis ou votre expérience ci-dessous, dans la zone de commentaires.

Sources de cet article : 

• « Walnut Consumption Alters the Gastrointestinal Microbiota, Microbially Derived Secondary Bile Acids, and Health Markers in Healthy Adults: A Randomized Controlled Trial » .The Journal of Nutrition, 2018

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • 25
  • 1
  •  
  •  
  • 9
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *