découvrez cette étude scientifique : valoriser le goût favorise davantage une alimentation saine que de valoriser ses atouts santé.

Informer sur son goût favorise davantage

une alimentation saine que d’exposer ses atouts santé !

La science le démontre.

Quand notre gourmandise peut influencer une alimentation saine, c’est chouette ! Et ça tombe bien ! C’est ce que démontre une étude très récente menée sur un large panel d’individus…

La malbouffe est connue et « calibrée » nutritionnellement pour être addictive pour le consommateur. Sans même polémiquer ou aborder le sujet des additifs chimiques que contiennent certaines préparations, le cocktail gras + sucre + sel, suffit déjà à susciter l’addiction pour le consommateur, donc l’envie d’y retourner. Ces éléments addictifs sont aussi des exhausteurs de goût, sources de plaisirs et ça donne envie ! 😉

Pourtant, la plupart des gens souhaitent manger plus sain et paradoxalement les efforts faits pour encourager leurs bonnes intentions par des informations nutritionnelles ne changent pas radicalement leurs modes de consommation. En effet, l’être humain est gourmand et des étiquettes ou des articles ne ventant que les qualités santé d’un produit ou d’un aliment semble ne pas suffire à le convertir. 

C’est à ce sujet et ce comportement qui peut paraître contradictoire entre l’intention, la résolution et l’acte de consommation que s’intéresse une étude publiée le 2 Octobre 2019 par la revue Psychological Science. Cette étude met en évidence que des étiquettes qui mettraient l’accent sur une expérience gustative positive seraient bénéfiques pour conforter le consommateur dans un choix d’alimentation saine. En effet, les étiquettes des aliments sains mettent en avant leurs atouts pour la santé là ou la plupart des gens accordent la priorité au goût lors du choix des aliments

Des chercheurs de l’université de Stanford ont vérifié si les étiquettes axées sur le goût comparées aux étiquettes axées sur la santé augmentaient la consommation de légumes dans cinq restaurants universitaires à travers les États-Unis.

En comparant 137 842 choix de repas, pendant 185 jours sur 24 types de légumes, il s’avère que par rapport aux étiquettes de base, les étiquettes axées sur le goût ont augmenté la sélection de légumes de 29% contre seulement 14% pour les étiquettes axées sur la santé. Ainsi, l’attente accrue d’une expérience gustative positive influence donc l’effet des étiquettes axées sur le goût lors de la sélection de légumes.

Des étiquettes aux titres évocateurs du type :

  • « carottes croquantes caramélisées aux agrumes »,

ou,

  • « courgettes grillées aux éclats de pistaches »,

peuvent amener les gens à choisir et à consommer plus de légumes qu’ils ne le feraient autrement. 

Par leurs résultats, les chercheurs démontrent l’importance fondamentale du goût dans le cadre d’une alimentation saine. 

Une approche radicalement différente de notre approche culturelle actuelle…

Concernant une alimentation saine on met quasi toujours l’accent sur la santé et ce, souvent au détriment du goût ! Cette démarche induit de façon subconsciente et sans en avoir l’intention la conviction chez le consommateur que :

Alimentation saine = insipide et sans identité ou valeur gustative.

En 2017, une étude avait déjà démontré le pouvoir positif des étiquettes amusantes, intrigantes et décalées qui pourraient amener les gens à manger des légumes plus fréquemment, si elles portaient des noms neutres, ou axés sur la gustation.

Pour la nouvelle étude, les chercheurs ont étendu les résultats en répétant l’expérience dans des réfectoires universitaires, à travers les États-Unis.

Une collaboration nationale du réseau universitaire américain, à permis à l’équipe de suivre 140 000 décisions de participants concernant 71 plats de légumes étiquetés avec des arguments autour du goût.

Les chercheurs ont constaté que 29% des participants mettaient plus souvent des légumes dans leurs assiettes lorsque l’aliment portait des noms axés sur le goût, contre que 14% seulement lorsqu’il portait des noms neutres ou axés sur la santé. 

Attention toutefois à la duperie car l’équipe a aussi découvert que l’attribution de noms axés sur le goût des légumes ne fonctionne que lorsque les plats sont vraiment délicieux ! La triche ne marche qu’une fois !  

Car dans un des restaurants universitaires dans lequel les participants ont été volontairement amenés à penser que les plats de légumes n’étaient pas savoureux, il s’avère que l’étiquetage descriptif axé sur le goût et la saveur a eu peu d’impact.

Des comparaisons exploratoires révèlent que :

  • Les plats aux étiquettes axées sur la santé réduisent les attentes en matière de saveur et réduisent les chances de sélection du produit.

ET que :

  • Des étiquettes de base même vaguement positives, aux étiquettes fantaisie ou à la simple énumération des ingrédients s’avèrent quand même plus stimulantes que des étiquettes axées uniquement sur la santé.

Pourquoi les étiquettes axées sur le goût sont-elles plus efficaces que celles axées sur la santé?

Car elles augmentent l’espoir d’une expérience gustative positive synonyme de récompense ou de plaisir pour le cerveau.

découvrez cette étude scientifique : valoriser le goût favorise davantage une alimentation saine que de valoriser ses atouts santé.

Les mentions gustatives qui cartonnent :

Des indications fonctionnent particulièrement bien, telles que : 

  • Les références à des ingrédients tels que « l’ail » ou le « gingembre ».
  • Les méthodes de préparation telles que « rôti ».
  • Les mots qui mettent en valeur une expérience telle que « style taverne ».

Toutes ses mentions permettent de transmettre que le plat est non seulement savoureux mais également réconfortant, nostalgique ou encore, roboratif.Cette étude fait partie d’un projet encore plus vaste visant à rendre les aliments sains plus attrayants, plus « sexy » que uniquement « healthy » donc moins assimilés par les consomateurs comme quelque chose d’uniquement bon pour la santé. À long terme, les auteurs pensent que la combinaison de recherches et d’outils permettant un changement réel, pourrait avoir un impact considérable sur les habitudes alimentaires.

Conclusion de l’étude :

  • Les résultats mettent en évidence que l’accent mis sur les attributs savoureux et agréables augmente réellement la consommation de légumes dans des environnements où les légumes sont en concurrence avec des options moins saines.
  • Un étiquetage des aliments et produits sains axé sur le goût est une intervention peu coûteuse et rentable pour augmenter la consommation de légumes.
  • Pour décourager les choix malsains, bien que la recherche et les politiques aient justement appelé à limiter l’exposition du public à la publicité attrayante d’aliments malsains, ou avec une utilisation d’étiquettes de calories ou d’avertissement.Peu d’étiquetage exploitent pour l’instant les composants savoureux et agréables concernant les aliments sains.
  • La présente recherche démontre la possibilité et l’importance cruciale d’intervenir en augmentant l’attrait d’aliments sains par la mise en valeur de leur goût.

Ma conclusion :

Lors de sa création, j’ai nommé mon blog « Bouchées doubles » justement par soucis de défendre une alimentation à la fois saine et gourmande. Ce sont mes valeurs et convictions fondamentales. C’est aussi ce qui contribue au succès grandissant du site. En tant qu’épicurien, ce choix c’est fait naturellement et intuitivement et à en juger par l’audience du blog, vous semblez partager ses valeurs ! 😉 Super ! Épicurien ne change ! 😀 (pardon pour ce jeu de mot calamiteux mais je n’ai pas pu y résister !)

Qu’elle soit saine ou malsaine, une alimentation source de plaisir gustatif aura toujours « plus longue vie » qu’une alimentation fade ou insipide. Sans ce plaisir, le manque de goût, de saveurs ou de textures, génère très vite l’ennui gustatif qui s’invite insidieusement à notre table et devient source de tentations, voire de craquages, pour des choix d’aliments moins sains même lorsqu’on les sait délétères ou addictifs ! C’est la force et la puissance de nos papilles et de nos pupilles ! Et c’est aussi ce qui m’empêche souvent de comprendre l’intérêt de certains régimes dont le manque avéré de gustation me laisse pour le moins dubitatif.

On en cause ? 

Et vous ? Attachez-vous davantage d’importance au goût ou aux aspects santé ? Partagez votre expérience ci-dessous, dans la zone de commentaires. Merci d’avance ! 🙂

Sources :

(cliquez sur les liens ci-dessous pour aller lire les études)

Increasing vegetable intake by emphasizing tasty and enjoyable attributes : a randomized controlled multisite intervention for taste-focused labeling.

Alling flavor before nutrition encourages healthy eating :

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 thoughts on “Science : le goût favorise une alimentation saine”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.