cliquez ici pour découvrir 35 astuces et idées pour manger alcalin et sain.
Partager l'article :
  • 23
  •  
  •  
  •  
  • 4
  •  

35 antisèches acido-basiques :

une trousse à idées pour ne pas être démuni(e) !

 

Piocher dans nos idées pour établir des menus acido-basiques en fonction de nos envies, nos besoins, le contenu du placard et du frigo… pas toujours évident ! Surtout quand on est pris(e) de court, que c’est « l’Ethiopie » dans le frigo, etc…

C’est d’autant plus vrai lorsqu’on débute une transition vers une alimentation plus alcaline :

  • on n’a pas toujours bien prévu la quantité suffisante d’aliments alcalins en faisant les courses.
  • on n’a pas encore constaté de résultats sur son bien-être et sa santé donc, on est moins motivé et plus vulnérable au renoncement (d’ailleurs pas bien grave si temporaire comme expliqué plus bas) ou au craquage.
  • on est stressé(e) par le manque de temps, cuisiner alcalin nous semble chronophage et une contrainte insurmontable !
  • on n’a pas encore changé ses codes et ses réflexes alimentaires, qui permettent par exemple, de ne plus associer quasi systématiquement dans sa tête : le poisson avec du riz ou le bœuf avec des patates !

 

Oh ! Vous avez un paquet de harengs fumés (acides)? Super !^^

Mais… avec des pommes de terres et des oignons et une salade (alcalins) ! Pas du pain et du beurre (acides)! Enfin… ce serait mieux d’éviter ! 😉

Oh ! Envie de pâtes (acides) ? Ok !^^

Mais… ni bolognaise, ni carbonara (acides) ! Plutôt avec une sauce tomate un tartare ou un pesto de légumes dedans, et si possible, accompagnées d’une entrée de crudités.

Vous comprenez l’esprit de cette boîte à idées ? Esprit antisèche et plan B ! Le plan A étant le plan idéal : avoir le temps et les ingrédients pour faire une recette Bouchées Doubles ! 😉

Je ne vais donc pas détailler ici chaque menu ou des recettes en vous disant quand associer des crudités avant ou après votre plat principal, puisque je préconise les repas composés (et non 1 seul plat) chaque fois que l’occasion m’est donnée et ce, pour 3 raisons :

  • Le cru mangé avant le chaud prépare le système digestif de l’organisme à recevoir le chaud, mieux le digérer et bien l’assimiler.
  • Le cru est plus riche en micronutriments (vitamines, minéraux, fibres, eau, antioxydants, etc… n’ont pas subit de cuisson). Ils nous apportent, grâce à leur présence dans l’assiette, des atouts santé à chaque bouchée (on dit alors qu’elles comptent double… ce sont des bouchées doubles ! Oups ! Pardon… je n’ai pas pu me retenir de la faire ! ) 😀
  • Les crudités, grâce à leur richesse en fibres, en eau et micronutriments, impactent le sentiment de satiété. Ceci a logiquement pour effet de nous ôter l’envie de nous ruer sur le plat principal et cela permet de modérer la quantité ingérée de ce plat (utile surtout lorsque ce plat est acidifiant) sans sentiment de frustration.

NB&B (Nota Bene et Bémol):

Si dans un repas composé (entrée + plat) :

Vous vous servez, par exemple : 2 cuillères à soupe de salade composée pour 3 louches de pâtes bolognaises… c’est mieux que rien… mais c’est déséquilibré en acides et très insuffisant en bases. Puisque les pâtes (céréales) et la viande sont acidifiantes et que dans cet exemple (souvent constaté dans la réalité et sans même une entrée de crudités ou sans salade en accompagnement), elles sont la quantité dominante dans l’assiette. Donc… perdu ! Oups !  Essayez encore une fois ! 😉

Pour exemple, regardez sur la page « MiaM », lorsque je propose des idées d’assiettes complètes ou de repas complets alcalins express sur le blog, la variété d’aliments alcalins est là, et la proportion entre aliments acides et basiques est respectée.

 

Que vous soyez « acidobasiquophile » débutant(e) ou confirmé(e), je vais tenter de vous donner des idées de combinaisons pour vous aider dans les jours de disette… quand votre imagination culinaire vous lâche…  lorsqu’elle tombe en panne… lorsque vous séchez… n’avez plus d’idées… lorsque le contenu de votre frigo n’inspire plus la fibre du cuisinier ou de la cuisinière « acidobasiquophile » que vous êtes… alors que ce jour-là, votre fibre « acidobasiquophile » est cruellement en train de laisser tomber, sans doute trop enfouie en vous, voire, qui c’est enfuie de vous ! Snif ! 😮 Bah non ! Il y a toujours moyen de basifier un minimum, même dans un monde de brutes ! 😀

Basifier, alcaliniser… même un peu, c’est mieux que pas du tout ! 

Voici donc des propositions qui permettent d’alcaliniser toujours un peu (plutôt que pas du tout) ce que vous choisirez dans le frigo ou ailleurs. J’ai souhaité vous proposer un outil avec des idées simples qui peuvent vous aider à ne pas céder systématiquement aux sirènes d’une purée maison ( qui est alcalinisante), que ce soit par démission ou par facilité à chaque fois que vous manquez d’idées pour alcaliniser un repas ou un mets. Décidément, il y a toujours un mets ! Elle était facile ! Je ne résiste pas ! 😀

Pour cette raison, les combinaisons proposées sont volontairement minimalistes et ne respectent pas les proportions acido-basiques (70-30 ou 80-20) habituellement admises comme favorisant notre équilibre acido-basique.

Ce sont des « principes idées/outils » afin de prendre des réflexes minimum de combinaisons alimentaires alcalinisantes plutôt qu’acidifiantes et de limiter la casse (façon de parler) dans des circonstances où les proportions alcalinisantes sont difficiles, quasi impossibles à respecter, ou carrément inexistantes compte-tenu des aliments disponibles.

Ces suggestions sont arbitraires (donc subjectives et discutables) et ne sont parfois pas grand chose par rapport à un repas acido-basiquement équilibré, mais c’est mieux que rien ! En effet, ne serait-ce qu’ajouter quelques herbes, des épices ou autres condiments alcalinisants (tout comme s’hydrater avec une eau plate bicarbonatée ou aller marcher), c’est facile, rapide, ça apporte du goût et des minéraux alcalins là où, tout ce qu’on vous propose ou ce dont vous disposez, ne sont que des aliments acidifiants. Vous cernez l’esprit de cette liste ?

D’une façon générale et pour faire simple :

Chaque fois que vous préparez un repas ou faites vos courses, pour tenter d’inverser la tendance bien ancrée (dans nos petites têtes et nos codes alimentaires), posez-vous cette question :

  • Qu’est ce qui pourrait bien accompagner mes légumes ?

Et non…

  • Qu’est ce qui pourrait accompagner ma viande (ou mon poisson, pâtes, riz, pain, fromage, etc…) ?

Ceci permet de se placer dans un état d’esprit qui remet les végétaux au centre de nos préoccupations alimentaires et culinaires, comme élément principal et dominant de notre assiette.  

Nous sommes des omnivores mais (encore un!?) en des temps pas si reculés (pas besoin de remonter à la préhistoire pour voir moins de viande consommée dans l’alimentation humaine), obtenir de la protéine animale nécessitait plus de temps (chasse, pêche, élevage) et ne se faisait pas en abondance comme aujourd’huila profusion de « l’offre carnée », ne correspond plus à nos réels besoins nutritionnels en protéines d’origine animale et nous fait tendre insidieusement vers un régime carnivore acidifiant et délétère pour notre santé. Et je n’aborde volontairement pas là nos excès en sel, riz, pâtes, sucres, alcool, tabac ! 😉

C’est en pleine conscience du fait que casser nos conditionnements et habitudes alimentaires pour rétablir une proportion d’aliments végétaux vertueuse nécessite une gymnastique cérébrale avant de devenir un réflexe, que dans la liste (non exhaustive) qui suit, les idées partent toujours d’un aliment acidifiant pour suggérer une idée simple de combinaison alcalinisante rapide à mettre en œuvre, sans pour autant devoir passer 1 h en cuisine pour cela.

 

Si vous êtes un(e) acidobasiquophile averti(e) et culinairement créatif ou créative, ces suggestions de combinaisons risquent de ne pas satisfaire votre appétit insatiable de recettes gourmandes. 😉 Vous préférerez sans doute dans ce cas continuer à réaliser les recettes alcalines du blog…

 

Quelle que soit votre posture n’oubliez jamais ce principe : 

Pour notre équilibre acido-basique, faute de régularité et sauf cas particulier de santé, c’est la compensation dans une continuité qui compte :

  • 1 jour plus acidifiant peut être compensé par 1 jour plus alcalinisant.

Ou à la rigueur…

  • 1 semaine plus acidifiante peut être compensée par 1 semaine plus basifiante.

C’est donc assez souple (et c’est ce qui est pratique et chouette) mais n’abusez pas ! Si toutefois elle vous effleurait l’esprit… oubliez toute idée d’alternance mensuelle entre acides et bases ! En terme d’équilibre, ce serait : no way !  😉

Vous l’aurez sans doute compris(e) : les idées qui suivent ne peuvent et ne doivent en aucun cas se substituer à une démarche alimentaire alcaline globale équilibrée (variée) et quotidienne. Elles seraient au long terme incomplètes, insuffisantes et pourraient même induire des carences.

Prenez-les ces idées pour ce qu’elles sont : un dépannage ! Une béquille !  🙂

Et puis… niveau goût… entre ces suggestions et une recette alcaline… il n’y a pas photo !

C’est compris ? Paré !? Alors… c’est parti ! ! Youpiiiii !

A

Anchois : tomate crue + poivron vert

B

Bœuf hâché cru : courgette + roquette

Boudin : pomme + courge

C

Cabillaud (ou autre poisson blanc) : courge + fenouil+ aneth

Calamar : tomates au four + herbes

Canard : ananas + navet

Côtes de porc : topinambours + ail

D

Dinde : châtaignes

E

Escalope de veau : bettes + échalote + ail + persil

F

Fêta : tomates + concombre+ poivron + oignon

Foie de veau : choux de Bruxelles

Fromage de chèvre : figues et/ou pomme et/ou herbes aromatiques et/ou épices

G

Gigot d’agneau : courgettes + carottes

H

Hareng fumé : pommes de terre + ail + oignon

Huître : citron ou échalotes

J

Jambon : endives

L

Langues de bœuf : câpres + échalotes + sauce tomates

Lapin : céleri + carottes + oignon

Lasagnes : aubergines + herbes aromatiques (menthe, persil, thym, romarin, coriandre basilique, herbes de Provence)

M

Maquereau : choucroute

Moules : frites maison

O

Œuf dur : épinards ou blettes

Œuf poché : purée de pommes de terre

Œufs au plat : salade frisée ou mâche ou cresson et ail

Œufs brouillés : courgettes + ail

Omelette : champignons

P

Pâtes (semi complètes ou complètes) : épices + herbes aromatiques + oignon + courgette ou poivrons + pesto ou sauce tomates.

Pintade : chou vert + pomme

Poulet rôti : patates douces + chou fleur

R

Riz complet : tomates

Rollmops : pomme verte + endives

S

Saucisse de morteau : chou vert frisé, carottes, poireaux

Saumon : brocolis

Steak : haricots verts ou pommes de terre ou patates douces ou courges

T

Thon à l’huile : tomates ou chou chinois

Thon frais : aubergines + oignons

On en cause ? 

Avez-vous d’autres idées alcalinisantes à partager ? Si tel est le cas, je vous invite à les rédiger dans la zone de commentaire en bas de cette page. Je les sélectionnerai et j’ajouterai les plus alcalines à cette liste.

 

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...
  • 23
  •  
  •  
  •  
  • 4
  •   
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.