Découvrez comment améliorer votre santé intestinale et vos selles avec des moyens naturlels

Voici comment améliorer la santé intestinale, notre assimilation et nos selles par des moyens naturels, concrets et pas chers ! 

😀

« Bonjour, comment allez-vous ? » Cette expression ancienne à l’usage anodin de nos jours provient d’une ancienne coutume romaine qui avait pour but de demander « Comment allez-vous à la selle ? » car on considérait qu’aller régulièrement à la selle était un signe de bonne santé. La fin de la phrase s’est perdue et il n’en est resté que le début.

Aujourd’hui, plutôt que de revenir sur des connaissances scientifiques et médicales admises quant à l’importance de la santé intestinale pour notre état de santé global et notre immunité, je vous propose un retour aux sources antiques ! Apprendre à lire et traduire vos selles… mais surtout… comment améliorer votre santé intestinale, donc vos selles, par des moyens naturels, concrets et pas chers ! En effet, soigner la qualité des selles est essentiel, les laboratoires le savent et leurs compléments alimentaires (levures ou probiotiques) sont chers. Après mon entrée en « matière » (si je puis dire), je vous explique comment faire.

Dans cet article je vais vous dévoiler tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur votre caca sans jamais oser le demander (ou alors, en choisissant scrupuleusement votre interlocutrice ou interlocuteur) ! Bon, vous l’aurez compris, je prends le parti d’en rire mais le sujet est sérieux ! Mais si nous ne devions rire que des choses drôles, ne nous ennuierions-nous pas un peu ? 😉

Allez ! Commençons par le fondement… Oups ! Les fondamentaux, pardon !  Au fait ! Vous comprendrez bien pourquoi cet article est si peu illustré ! 😉 Allez ! Tou(te)s en selles ! Bonne lecture ! 

Apprenez à lire vos selles pour adapter vos besoins ! 😀

Les résidus de la digestion donnent les matières fécales, autrement dit les selles : tous les nutriments qui n’ont pas été absorbés poursuivent leur progression dans le côlon, puis sont évacués dans les heures qui suivent un repas. La couleur, l’odeur et la consistance des selles sont représentatives de notre état de santé. En sachant interpréter vos selles vous saurez mieux adapter votre alimentation en fonction ou encore, si vous devez vous inquiéter et consulter ou non. Lorsqu’on choisit une alimentation alcalinisante la bonne assimilation des macro et micronutriments est essentielle ! Une bonne assimilation des nutriments est déterminante pour le bon fonctionnement métabolique et l’équilibre acido-basique. L’alimentation alcalinisante apporte beaucoup de prébiotiques indispensables à la vie, au développement et à l’action de bactéries et microbes bénéfiques indispensables à l’équilibre du milieu intestinal et l’amélioration de sa capacité d’assimilation.

De façon générale voici 2 premières règles de base :

• Si vous êtes en bonne santé vos selles doivent couler dans l’eau des toilettes. Car lorsqu’elles flottent, cela indique une mauvaise absorption de nutriments ou un excès de gaz, mais c’est généralement sans gravité. Si vous faites dans des toilettes sèches (merci pour notre environnement)… évidemment cette donnée est compliquée à déterminer ! 😀

• Si vos selles s’accrochent trop aux rebords des toilettes, ce n’est pas par peur de disparaître ! Cela indique un excès de graisses.

Voici les 6 couleurs tendances et repères des selles :

La couleur va également nous donner une bonne indication de l’état de santé d’une personne :

  • Selles marrons = selles normales

C’est la couleur naturelle des selles.

  • Selles vertes = à priori, pas de danger

C’est joli le vert ! 🙂 Les premiers excréments d’un nourrisson sont vert foncé. Si vous n’êtes plus un bébé, ce qui me paraît logique si vous lisez cet article, c’est peut-être que la nourriture transite trop vite ou que vous mangez beaucoup d’aliments verts.

  • Selles jaunes clair avec odeur nauséabonde = consultez

Généralement, c’est dû à une mauvaise absorption de graisses liée à un dysfonctionnement du pancréas. Cela peut aussi indiquer une intolérance au gluten, une pancréatite, une tumeur du pancréas ou une mucoviscidose.

  • Selles noires avec une odeur nauséabonde =  consultez

La couleur noire ici n’est pas signe de deuil ! Enfin… jamais immédiatement ! 😉 Elle indique des saignements internes, une hémorragie stomacale ou intestinale liée à un ulcère ou à une tumeur. Cependant, cela peut aussi se produire si vous prenez des compléments alimentaires contenant du fer. Dans ce cas, ce n’est pas dangereux mais dérangeant. 

  • Selles marron avec du sang = consultez impérativement

Assurez-vous qu’une hémorragie intestinale liée à une tumeur ou un ulcère dans l’intestin grêle ou dans le côlon n’en soit pas la cause. Cela peut aussi être un signe d’hémorroïdes, d’une colite ulcéreuse ou de maladie de Crohn. Il vous faut prendre cela très au sérieux et consulter impérativement.

  • Selles très claires = consultez

Cela peut-être dû à une obstruction des canaux biliaires ou à la prise de certains médicaments. Dans les 2 cas, il convient de consulter pour vous assurer de la cause.

Bien sûr, cette liste des causes potentielles des variations de couleurs n’est pas exhaustive. Il existe de nombreuses variantes en fonction du métabolisme singulier de chaque individu. 

Découvrez comment améliorer votre santé intestinale et vos selles avec des moyens naturlels

Il existe une échelle des selles humaines…

Oui ! Vous avez bien compris ! Merci au corps médical de s’occuper de notre corps merdical ! Comme les ouragans ou les tremblements de terre, on classe les selles selon une échelle et des critères. Cette échelle est nommée « échelle de Bristol ». Ça n’a rien à voir avec le papier du même nom et encore moins avec le papier toilette. Cet outils permet au médecin d’identifier un trouble ou d’évaluer l’efficacité d’un traitement. Elle comporte 7 types de selles :  

  • Type 1 (petites boules de selles dures) : vous ne buvez probablement pas assez d’eau et ne mangez pas suffisamment de fruits et légumes (surtout ceux qui contiennent des fibres prébiotiques)
  • Type 2 (en forme de saucisse, mais grumeleux) : c’est mieux, mais il faut manger plus de fibres et boire plus.
  • Type 3 (en forme de saucisse avec craquelures à la surface) : tout va bien, mais il faut boire un peu plus.
  • Type 4 (en forme de saucisse) : le caca parfait, tout va bien !
  • Type 5 (morceaux irréguliers) : normal si vous allez à la selle plusieurs fois par jour.
  • Type 6 (mousseux, pas loin de la diarrhée) : à surveiller, peut-être trop de graisse.
  • Type 7 (complètement liquide) : c’est de la diarrhée, votre corps se défend contre un intrus !

Les selles contiennent surtout de l’eau

Les selles sont essentiellement constituées d’eau (75 %) et de déchets biologiques (25 %). Parmi ces déchets, on compte des bactéries vivantes et mortes, issues du microbiote intestinal (autrefois on disait flore intestinale). On trouve ensuite des résidus de cellules mortes, issues par exemple du renouvellement du tube digestif, et des résidus alimentaires.

La fréquence de selles :

Entre 78 et 7800 Mégahertz. Non ! Je blague ! 😉 Éteignez votre radio ! Je vous parle ici de fréquence d’évacuation. Un transit est considéré normal lorsque la fréquence d’évacuation est comprise entre 2 fois par jour et tous les 3 jours.

La fréquence des selles n’est pas le seul élément de diagnostic de constipation ou de diarrhée. Leur consistance joue aussi. En effet, quand on est constipé, les selles sont dures et difficiles à expulser. Dans la diarrhée, les selles sont molles, voire liquides, et les intestins peuvent être douloureux.

Il ne faut donc pas forcément s’inquiéter de la fréquence à laquelle on va à la selle. D’autant plus que certains métabolismes sont lents et d’autres rapides. Ceci induit une fréquence très différente sans pour autant traduire un problème quelconque. Il convient donc d’ y aller lorsqu’on en ressent le besoin et de rester attentive ou attentif aux modifications du transit, qui peut être un signe de maladie. Avant de tirer la chasse ou de quitter vos toilettes, prenez cette habitude : retournez-vous pour regarder et évaluer.

Plusieurs milliards de bactéries par gramme

Un individu en bonne santé abrite en moyenne 100 milliards de bactéries dans un gramme de sellesL’ensemble des bactéries de notre intestin (le microbiote intestinal ou flore intestinale) pèse environ 1500 grammes. Une selle normale pèse environ 300 grammes, et les bactéries représentent environ 20 % de ce poids. 

Les greffes de selles

La greffe fécale, ou bactériothérapie fécale, est une technique médicale qui fait l’objet de nombreuses études et qui suscite de nombreux espoirs. Le principe est simple : les excréments d’un donneur (qui doit être ultra-sain et compatible avec le receveur) sont prélevés puis introduits dans l’estomac d’un malade via une sonde ou une coloscopie, afin de lui transplanter des bactéries saines et de reconstituer sa flore intestinale. Pour l’instant, la greffe de matières fécales est reconnue uniquement dans le traitement de colites à bactéries Clostridium difficile, une bactérie qui se développe après un traitement antibiotique intense et qui peut entraîner des diarrhées graves. La greffe fécale est donc utile, voire nécessaire.

En revanche, la grève fécale est fortement déconseillée (tout comme un régime sans « selles » d’ailleurs ! ) car elle peut être source de graves soucis notamment le syndrome dit « des yeux marrons » quand la durée de grève est long et que le niveau d’accumulation des selles s’élève (pas comme mon niveau). Dans ce cas, inutile de consulter car même un naturopathe iridologue ne pourrait plus rien pour vous ! Retournez à la selle, ou faites intervenir un vidangeur, c’est tout ! 😀

La posture :

Aujourd’hui, dans les pays occidentaux, on fait presque tou(te)s caca dans la même position : la position assise. Erreur fatale ! Heu… le terme est peut-être abusif ! Heu… erreur fécale !? 

Cette thèse n’est pas « sans fondement » si j’ose dire  ! Et cela pour une raison anatomique. En effet, faire ses besoins accroupi(e) réduirait la pression exercée sur les intestins et faciliterait donc l’acte. Un bénéfice qui réduirait aussi les risques de souffrir de troubles intestinaux.

D’ailleurs, dans une interview accordée à The Guardian, Giulia Enders relève que « les 1,2 milliard de personnes à travers le monde qui s’accroupissent n’ont quasiment pas de diverticulose et moins de problèmes d’hémorroïdes ».

Si vous ne voulez pas installer de toilettes à la turque chez vous…  ni faire vos besoins à même le sol au fond du jardin…  vous pouvez installer un petit tabouret devant la toilette, sur lequel vous poserez vos pieds en vous penchant légèrement en avant. Et Hop ! Prout ! Plouf ! 

Découvrez comment améliorer votre santé intestinale et vos selles avec des moyens naturlels

Comment améliorer ou cultiver concrètement sa santé intestinale ? 

Pour améliorer sa santé intestinale et globale…

Quelques mesures très simples permettent d’aller à la selle plus facilement.

• Veillez à avoir une bonne part de fibres (prébiotiques) dans votre alimentation, mais aussi, à bien vous hydrater.

Si vous suivez Bouchées Doubles et adoptez une alimentation alcalinisante, normalement, vous le faites déjà, sinon, il n’est jamais trop tard pour bien faire ! Même faire caca ! Passez à l’action  ! 😉

On trouve des fibres (prébiotiques) dans tous les aliments d’origine végétale. Parmi les aliments qui aident particulièrement à aller à la selle on peut citer (liste non exhaustive) :

  • les céréales,
  • les légumineuses,
  • les artichauts,
  • les poires,
  • les patates douces,
  • les pommes de terre (consommées froides),
  • le chou-fleur,
  • les épinards,
  • les oranges,
  • les graines de courge,
  • le boulgour,
  • les pruneaux,
  • le café,
  • le thé,
  • les bananes,
  • l’avocat.

De plus, si vous consommez les aliments crus en salades composées vous pourrez y ajouter vos probiotiques maison (cf. plus bas dans le dossier) et vous bénéficierez de tous les enzymes, macro et micronutriments essentiels à nos intestins (prébiotiques et probiotiques), notre organisme et nos défenses immunitaires ! Toutes les recettes alcalines de salades composées proposées sur Bouchées Doubles répondent à ces critères nutritionnels et saisonniers. En les faisant, vous bénéficierez de leurs atouts santé toute l’année en ayant des crudités variées en entrée de chaque repas principal.

Prenez des probiotiques et faites de l’exercice régulièrement.

Ça favorise le transit intestinal, renforce l’immunité, le métabolisme, optimise la capacité assimilation des nutriments et/ou ça participe à les rétablir.

Sceptique ou fausse sceptique ? 😉

Rien à voir avec votre fosse septique, hein ! ! ! Je m’explique : le ou la vrai(e) sceptique (scepticisme négatif) croît tout cela vain et réfute. Il ou elle ne testera pas. Le ou la fausse sceptique (scepticisme positif) restera dubitatif ou dubitative mais testera avant de réfuter. Il ou elle sera capable de changer d’opinion. Alors… si « vos besoins » sont de mieux connaître les bonnes raisons de consommer des probiotiques maison avant de vous lancer dans leur fabrication, je vous invite à lire : 11 bonnes raisons d’essayer les aliments lacto-fermentés

Pour aller plus loin…

Et tout savoir sur les prébiotiques, je vous invite à lire cet article : Les prébiotiques

Et tout savoir sur la fabrication enfantine de probiotiques maison (naturels, efficaces, complets, pas chers, sans risques sanitaires) par lacto-fermentation, je vous invite à lire :

• Conservez vos aliments pendant 18 mois, sans stériliser ni congeler (principes et enjeux)

Comment conserver nos aliments 18 mois et plus, sans congeler, ni stériliser (méthode et bénéfices)

Si vous ne voulez pas de végétaux lacto-fermentés dans vos assiettes (car vous les trouvez trop salés même mélangés à vos salades), pensez à ces boissons qui vous feront du bien : 

Kefir : le probiotique naturel et gratuit !

Kéfir de lait : méthodes, recettes, astuces, culture et conservation

Une idée recette avec du kéfir : Sauce au kefir et aux noix

L’aloé vera peut aussi être une alliée dans certains cas ! Pour les connaître, je vous invite à lire : 10 raisons de consommer l’aloe vera

La marche à de grandes vertus sur l’organisme et l’immunité. Pour en savoir plus, je vous invite à découvrir : Les 10 bienfaits de la marche !

Enfin, et à toutes fins utiles, avant de vous laisser, voici un article qui donne les 4 pistes à suivre pour booster votre immunité : 4 façons simples pour booster votre immunité !

Conclusion : 

Comme le dirait une ami(e) pleine d’humour : si tu es dans la m***e jusqu’au cou, surtout, ne baisse pas ta tête ! 😀

Plus sérieusement, apprendre à lire ses selles est bénéfique et permet souvent de détecter et prévenir, plutôt que guérir. C’est plus exaltant et gratifiant de savoir adapter son alimentation pour optimiser le travail intestinal (et sa capacité d’assimilation) que de devoir consulter pour guérir d’une quelconque pathologie par ignorance de signaux pourtant visibles et lisibles. Même si parfois ça pu un peu ! 😉

Allez ! Zou ! Je file et je vous laisse… mais pas dans le caca ! 😉 Pardon ! Je n’ai pu m’empêcher ce dernier trait d’humour quelque peu goguenard ! 😀 

On en cause ?

Au plaisir de lire vos commentaires qui sont importants et me permettent de maintenir un contenu de qualité et adapté à vos besoins (sans mauvais jeu de mots même si c’est le cas de le dire) !

Merci d’avance ! 😀

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.